Aller au contenu principal

Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour

Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques alternatifs qui semblent prometteurs pour rénover des prairies permanentes.

Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
© Arvalis

Identifier et évaluer des solutions alternatives au labour ou au glyphosate pour la destruction de prairies, tel est le but du projet Praigly lancé en 2019 pour une durée de trois ans.

Un premier essai a été mené en Lorraine sur la ferme expérimentale de Saint-Hilaire-en-Woëvre, dans la Meuse. La prairie initiale, peu productive, était composée uniquement de graminées, essentiellement du RGA. Un dispositif en bandes compare plusieurs modalités de rénovation de prairie à une bande témoin ‘prairie initiale’ (4,5 t MS en 2020 et 7,5 t MS en 2021), et à une destruction au glyphosate.

Semis sous couvert de méteil d’automne

Premier constat : la rénovation a eu dans tous les cas un effet favorable sur la productivité. La destruction de la prairie par un travail du sol superficiel, puis son resemis avec un mélange multiespèce (RGH + RGA + fétuque élevée + trèfle violet + trèfle banc) permet d’augmenter le rendement et d’introduire une part significative de légumineuses. « L’itinéraire qui a fonctionné le mieux est le semis sous couvert de méteil d’automne (+3 t MS en 2020 et +3,6 t MS en 2021) », affirme Didier Deleau d’Arvalis. Il apporte un surcroît de rendement dès la première coupe. Il se distingue également au niveau de la qualité d’implantation et par une faible présence de flores diverses. « L’objectif avec cet itinéraire est de décaler la date d’implantation à fin septembre-début octobre pour esquiver la période de sécheresse estivale. Et le méteil protège les jeunes plantules des risques de gel ».

Introduction d’une dérobée fourragère agressive

Le semis après un colza fourrager de fin de printemps a aussi obtenu de bons résultats sur la prairie (+2 t MS en 2020 et +4 t MS en 2021). « Il s’agit, avec une dérobée agressive, d’interrompre le cycle de la prairie. Après une première exploitation fin avril-début mai, elle est détruite mi-mai par déchaumage afin d’implanter un colza fourrager exploitable fin juillet. La prairie est resemée la deuxième quinzaine d’août après un passage de rotative. » La contribution fourragère du colza reste toutefois aléatoire. Il a souffert d’une attaque d’altises et de la sécheresse.

Sauf avec une prairie riche en agrostis

Un deuxième essai a été conduit à la ferme expérimentale de la Blanche maison, dans la Manche, sur une parcelle avec une forte densité d’agrostis stolonifère. Cette plante colonise la prairie au détriment des espèces semées. Elle entraîne un appauvrissement du mélange prairial avec une perte de productivité et de valeur alimentaire. Des itinéraires analogues à ceux de Saint-Hilaire-en-Woëvre ont été testés dans un dispositif en blocs avec trois répétitions. « L’objectif était de diminuer, voire supprimer l’agrostis pour la remplacer par un couvert multiespèce (RGA + fétuque élevée + trèfle violet + trèfle blanc) », précise Soline Schetelat, de l’Idele.

Aucun des itinéraires testés n’a permis d’augmenter significativement le rendement par rapport à la prairie initiale (8,2 t MS), ni d’introduire des légumineuses. « Il ne semble pas y avoir d’intérêt à rénover une prairie riche en agrostis », conclut-elle. Si les modalités alternatives permettent de détruire une partie de l’agrostis, elle ne disparaît jamais : dès 2021, sa proportion a eu tendance à réaugmenter. Pour le contrôle de l’agrostis, les itinéraires avec glyphosate et labour apportent les meilleurs résultats.

 

Efficacité de l’outil à dents avec ailettes

À la ferme des Bordes, dans l’Indre, trois outils de travail superficiel du sol ont été testés mi-juillet 2021. Ils ont été comparés sur le taux de réussite à la levée fin octobre. L’efficacité des outils à dents avec ailettes s’avère proche de celle du labour et nettement supérieure à celle du glyphosate qui a eu du mal à détruire le trèfle. La charrue déchaumeuse obtient un résultat intermédiaire satisfaisant. Le rotavator obtient un bon résultat inférieur, contrairement à ce que laissait penser l’aspect visuel de la parcelle mi-juillet.

Le saviez-vous ?

Les essais se poursuivent en 2022. Objectif : évaluer le coût des itinéraires, du temps de travail, de la consommation de fioul ou encore des émissions de GES.

Les plus lus

Ramassage de vaches laitières de réforme avant le transport vers l'abattoir
Quel est le prix d'une vache laitière de réforme ?

L'année 2023, le prix de la vache laitière de réforme aura été marquée par le retour de la saisonnalité, après…

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière