Aller au contenu principal

Inzo
Des protéagineux et de la lysine protégés Sweetan

La firme services propose désormais à ses partenaires des protéagineux ruminoprotégés grâce au process 3P mis au point par la R&D Neovia. Une démarche qui prend tout son intérêt avec le développement de cahiers des charges « sans OGM » et la recherche d'autonomie protéique. Le process, utilisé jusqu’à présent sur des tourteaux de soja et colza commercialisés sous la marque Sweetan, a été adapté à la féverole et au pois. Le procédé technologique consiste à ajouter du sucre et à chauffer les graines broyées pour améliorer leur valeur nutritionnelle. « Au bout d’une heure de chauffage, on réduit la dégradabilité de la féverole dans le rumen de 50 % sans détériorer la MAT, souligne Inzo. Cela se traduit par une augmentation des valeurs PDIN de +15% (200g), PDIE de +85% (183 g) et PDIA de +194% (135 g). Ces valeurs ont été validées par un essai à la ferme. »

Le process 3P est aussi utilisé pour protéger la lysine, deuxième acide aminé limitant derrière la méthionine. En mélangeant de la lysine de base très soluble au tourteau, et en appliquant le process, on obtient un tourteau enrichi en lysine digestible. « C’est plus intéressant avec le tourteau de colza qui est pauvre en lysine qu’avec le tourteau de soja. Le Sweetan colza-lysine ruminoprotégée (260 PDIE, 220 PDIA et 18 lysine) est équivalent à un tourteau de soja seul ( 255 PDIE, 200 PDIA ET 17,5 lysine). Il est économiquement avantageux vu le prix de la lysine. "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière