Aller au contenu principal

Des marchés du lait encore attentistes

Cet été, la valorisation beurre poudre s'est effritée. Pourtant, la collecte des cinq principales zones exportatrices semble morose.

Cet été, la collecte de l'Union européenne et des USA a été à peu près stable par rapport à 2018.   © J. Chabanne
Cet été, la collecte de l'Union européenne et des USA a été à peu près stable par rapport à 2018.
© J. Chabanne

La valorisation beurre poudre est en deçà de 300 €/1 000 l sur juillet, août et début septembre. Les cotations de la poudre de lait écrémé sont à peu près stables depuis plusieurs mois et les cours du beurre baissent légèrement depuis juin.

" Les cours de la poudre de lait écrémé devraient remonter d'ici la fin de l'année. Cet été, ils sont restés stables car les stocks publics européens qui avaient été achetés par des entreprises et des traders n'avaient pas été complètement revendus et consommés ", explique Gérard Calbrix, à Atla. Sur le second semestre, " les stocks privés devraient sérieusement se vider si la demande mondiale reste dynamique et que la collecte des grands bassins exportateurs ne se redresse pas ". La demande mondiale est encore dynamique par rapport à l'an dernier, surtout pour la poudre de lait écrémé.

Des craintes pour le prix du beurre

Pour le beurre, Atla et l'Institut de l'élevage sont moins optimistes. Les stocks privés sont nettement supérieurs à leurs niveaux de 2017 et 2018. Et les entreprises fabriquant moins de poudre grasse, elles font davantage de beurre. Si la consommation ne se redresse pas vite et fort, il n'y aura peut-être pas de hausse de prix, ou alors de faible ampleur. 

Du coup, d'ici la fin de l'année, " la valorisation beurre poudre risque de ne pas remonter au-delà de 300 €/1 000 l ", selon Gérard Calbrix. Cette situation se répercute sur le prix allemand et irlandais de cet été.

Pourtant, la collecte des cinq principales zones exportatrices mondiales patine. " Elle devrait être à peu près au même niveau qu'en 2018. Dans l'Union européenne, la collecte est au mieux stable, voire en légère baisse (-0,3 %) sur juillet et août. Seuls l'Irlande et le Royaume-Uni ont une production réellement dynamique ", détaille Gérard You, de l'Institut de l'élevage. Les dernières données de collecte indiquaient une baisse en Australie et en Argentine. La collecte est stable aux États-Unis. Seule la Nouvelle-Zélande affichait un +4 % en juillet, mais sur de très faibles volumes (creux de collecte).

Alors pourquoi les prix ne repartent-ils pas à la hausse ? Le niveau des stocks dans l'UE et aux USA pèse sur les prix. Le marché attend la hausse saisonnière de la collecte néozélandaise. Enfin, le ralentissement économique mondial et les guerres commerciales peuvent essoufler la demande. Autant de raisons pour que le marché soit encore attentiste en ce mois de septembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière