Aller au contenu principal

Des marchés du lait encore attentistes

Cet été, la valorisation beurre poudre s'est effritée. Pourtant, la collecte des cinq principales zones exportatrices semble morose.

Cet été, la collecte de l'Union européenne et des USA a été à peu près stable par rapport à 2018.   © J. Chabanne
Cet été, la collecte de l'Union européenne et des USA a été à peu près stable par rapport à 2018.
© J. Chabanne

La valorisation beurre poudre est en deçà de 300 €/1 000 l sur juillet, août et début septembre. Les cotations de la poudre de lait écrémé sont à peu près stables depuis plusieurs mois et les cours du beurre baissent légèrement depuis juin.

" Les cours de la poudre de lait écrémé devraient remonter d'ici la fin de l'année. Cet été, ils sont restés stables car les stocks publics européens qui avaient été achetés par des entreprises et des traders n'avaient pas été complètement revendus et consommés ", explique Gérard Calbrix, à Atla. Sur le second semestre, " les stocks privés devraient sérieusement se vider si la demande mondiale reste dynamique et que la collecte des grands bassins exportateurs ne se redresse pas ". La demande mondiale est encore dynamique par rapport à l'an dernier, surtout pour la poudre de lait écrémé.

Des craintes pour le prix du beurre

Pour le beurre, Atla et l'Institut de l'élevage sont moins optimistes. Les stocks privés sont nettement supérieurs à leurs niveaux de 2017 et 2018. Et les entreprises fabriquant moins de poudre grasse, elles font davantage de beurre. Si la consommation ne se redresse pas vite et fort, il n'y aura peut-être pas de hausse de prix, ou alors de faible ampleur. 

Du coup, d'ici la fin de l'année, " la valorisation beurre poudre risque de ne pas remonter au-delà de 300 €/1 000 l ", selon Gérard Calbrix. Cette situation se répercute sur le prix allemand et irlandais de cet été.

Pourtant, la collecte des cinq principales zones exportatrices mondiales patine. " Elle devrait être à peu près au même niveau qu'en 2018. Dans l'Union européenne, la collecte est au mieux stable, voire en légère baisse (-0,3 %) sur juillet et août. Seuls l'Irlande et le Royaume-Uni ont une production réellement dynamique ", détaille Gérard You, de l'Institut de l'élevage. Les dernières données de collecte indiquaient une baisse en Australie et en Argentine. La collecte est stable aux États-Unis. Seule la Nouvelle-Zélande affichait un +4 % en juillet, mais sur de très faibles volumes (creux de collecte).

Alors pourquoi les prix ne repartent-ils pas à la hausse ? Le niveau des stocks dans l'UE et aux USA pèse sur les prix. Le marché attend la hausse saisonnière de la collecte néozélandaise. Enfin, le ralentissement économique mondial et les guerres commerciales peuvent essoufler la demande. Autant de raisons pour que le marché soit encore attentiste en ce mois de septembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Bcel Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir fusionnent
Annoncée cet automne, la fusion entre Evolution, Bcel Ouest, GDS Bretagne et Copavenir sera effective à compter du 1 er…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière