Aller au contenu principal

Des investissements judicieux pour concilier robot et pâturage

Concilier robot et pâturage n’est pas toujours aisé. Contrairement à un système avec une salle de traite, elles sont libres de leur mouvement. Voici des astuces pour faciliter le travail.

La largeur de chaque doigt est de 25 cm. L'extrémité basse du doigt se situe à 1 m du sol. Le dégagement maximum est de 1,82 m.
La largeur de chaque doigt est de 25 cm. L'extrémité basse du doigt se situe à 1 m du sol. Le dégagement maximum est de 1,82 m.
© D. Denion/ Seenovia

Une barrière anti-retour pour optimiser la circulation des lots

 

 
La largeur de chaque doigt est de 25 cm. L'extrémité basse du doigt se situe à 1 m du sol. Le dégagement maximum est de 1,82 m. © D. Denion/Seenovia
En Loire-Atlantique, Frédéric Duhil, de l'EARL du Bouton Joyeux, a investi dans une barrière anti-retour « Finger » pour fluidifier la circulation de son troupeau de 65 prim’Holstein scindé en deux lots. « Ce type de barrière est particulièrement bien adapté à la traite robotisée avec une conduite du troupeau en lots », précise Denis Denion, consultant nutrition-robot chez Seenovia. « Elle permet aux lots de vaches de rentrer rapidement dans le bâtiment tout en empêchant la sortie de celles qui seraient restées à l’intérieur. » L’éleveur a investi 1 040 € HT dans cette barrière de 3,30 m de large : 80 € HT x 13 doigts. La largeur de la barrière peut s’adapter à différentes largeurs de couloir. « Des caoutchoucs amortissent le mouvement des doigts et atténuent le bruit. »

 

Une barrière à décrochage automatique

 

 
Le décrochage automatique de la barrière permet un gain de temps pour l'éleveur, en particulier pour les paddocks les plus éloignés. © M. Letablier
« Les vaches ne font pas toujours ce que nous voudrions », plaisante Marion Letablier, éleveuse dans la Manche. Alors, pour qu’elles valorisent une herbe un peu moins appétente, le Gaec éponyme a investi dans une porte automatique programmée Batt-Latch. Concrètement, il s’agit d’un tendeur disposant d’un crochet et d’un boîtier programmable fonctionnant à l’énergie solaire. Fixé à l’entrée d’un paddock, il s’ouvre automatiquement selon l’heure que l’on a programmée. Une fois toutes les vaches sorties dans le paddock de jour, soit vers 11 h, l’éleveuse ferme cette barrière et programme son ouverture automatique, permettant aux vaches le retour au bâtiment, trois heures plus tard. « En contraignant les vaches à rester plus longtemps dehors, nous avons gagné près d’un mois de pâturage », assure Marion Letablier. Pour éviter des alarmes intempestives du robot, il convient alors de veiller à paramétrer des durées de non-utilisation plus grandes. Comptez un peu moins de 400 € pour vous en procurer un.

 

Le saviez-vous ?

La mise en place d’un robot est plus aisée à l’automne. Cela laisse le temps au troupeau de s’adapter au changement de conduite avant la mise au pâturage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour
Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques…
Un nouvel essai est actuellement en cours à Derval sur une vingtaine de génisses de première année pour mesurer s'il y a un gain de temps de travail avec la clôture virtuelle.
« Nous avons testé les clôtures virtuelles sur les génisses »
La ferme expérimentale de Derval a expérimenté à l’automne 2020 et au printemps 2021 les clôtures virtuelles Nofence sur une…
Xavier (à gauche) et Estelle, avec leur salarié, Florian Caillaud, et les enfants du couple, Agathe et Arthur. « Nous cherchons à augmenter la production sans dégrader le coût de production, mais nous investissons aussi régulièrement pour avoir un outil fonctionnel, agréable et transmissible. »
« Notre système compense le faible potentiel fourrager de nos terres »
Le Gaec Beneteaud, en Charente-Maritime, a misé sur un système intensif à base de maïs et ray-grass italien pour compenser le…
Le prix du lait français toujours distancé
Les prix du lait en Allemagne, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis... sont plus élevés qu'en France. Un écart qui s'est creusé…
Les niches avec courettes sont une solutions pour se conformer au nouveau règlement bio.
En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés
Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière