Aller au contenu principal

Des indicateurs de bien-être animal annoncés fin 2018

L’interprofession laitière planche sur un socle d’indicateurs communs pour évaluer le bien-être animal mais aussi pour valoriser les savoir-faire des éleveurs.

Ceux qui pensaient repartir de la conférence organisée au Space par l’interprofession laitière avec des indicateurs de bien-être animal en poche sont restés sur leur faim. Une liste de 15 indicateurs, parmi plus de 150 qui ont été proposés lors d’une première réunion, a bien été élaborée par le groupe de travail interprofessionnel qui planche sur le sujet depuis 2017. Ces indicateurs non dévoilés ont été testés dans une centaine d’exploitations par une trentaine de conseillers issus de 16 entreprises de transformation. Mais le dépouillement des tests, qui permettra de valider ou faire évoluer cette liste, est en cours. « Notre objectif est de disposer d’un guide d’évaluation du BEA dans les troupeaux laitiers pour un déploiement en fin d’année », a toutefois annoncé Nadine Ballot du Cniel rappelant que cet outil s’inscrit dans la démarche durable France Terre de lait du plan de filière (voir p…). « Le sujet est complexe », a-t-elle insisté. Il s’agit d’évaluer le bien-être animal en mettant en place une démarche de progrès quand c’est nécessaire, mais en même temps de valoriser les savoir-faire des éleveurs et d’apporter des réponses aux consommateurs et clients. Les indicateurs doivent être utilisables dans tous les élevages laitiers, facilement observables et mesurables tout en étant une démarche scientifique et reconnue. Ceci en répondant à dix principes définis par l’OIE et aux cinq libertés fondamentales du bien-être(1). Et en faisant en sorte que l’audit bien-être se fasse en deux-trois heures au maximum. 

Une quinzaine d’indicateurs testés dans 100 exploitations

« Différents types d’indicateurs ont été retenus, a précisé Béatrice Mounaix de l’Institut de l’élevage. « Des indicateurs qui concernent l’animal, par exemple les boiteries ou la distance de fuite qui traduit la relation homme/animal. Des indicateurs de gestion de l’environnement, par exemple l’accès à l’eau. Et plus original, des indicateurs qui parlent de procédures, par exemple ce qui est prévu par l’éleveur en cas de canicule, ou de mammites ». Il n’est en tout cas pas question de définir des seuils : « L’objectif est plutôt que tout le monde monte une marche : on est dans une démarche de progrès ».

Ce travail est mené en concertation avec l’interprofession bovine (Interbev), qui applique la même méthodologie en associant toutefois les vétérinaires. Il sera présenté aux ONG dans le cadre de la la démarche RSE du plan de filière. Ces indicateurs pourraient à l’avenir être intégrés à la Charte des bonnes pratiques d’élevage. Pour Daniel Perrin, président de la commission sciences et techniques de l’élevage du Cniel: « Le bien-être animal est un sujet qui préoccupe les consommateurs, à juste titre. A nous de leur montrer ce que nous faisons. Il est plus facile d’expliquer notre travail que de répondre à une critique. Le confort et le bien-être de mes vaches, c’est mon souci au quotidien. Et cela leur permet d’être des vaches rentables ».

(1) Absence de faim/soif, d'inconfort, de maladies/lésions/douleur, et de peur/détresse, possibilité d'exprimer des comportements normaux.4 photos de brosse au choix de préférence la rouge (je vois pas bien si elles sont nettes)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière