Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des exportations records pour la Brune made in France en 2019

Plus de 84 000 doses de semences de taureaux issus du programme BGS Création ont été exportées en 2019. C’est deux fois plus qu’en 2018.

La sortie d’O Malley, né au Gaec La Vinçais en Loire-Atlantique, a donné un sérieux coup de pouce aux ventes à l’export.
© Gejp

Le nombre de paillettes de taureaux bruns exportées (84 000) a largement dépassé celui des inséminations réalisées en France (50 000 IAT) en 2019. Il a doublé entre 2018 et 2019. La sortie d’une star comme le taureau O Malley, né au Gaec La Vinçais en Loire-Atlantique, a donné un sérieux coup de pouce aux ventes. O Malley était numéro un en Suisse l’année dernière et il l’est encore actuellement en France. La perte de son leadership en Suisse est atténuée par le fait que le futur numéro un (Noro) est issu d’un embryon acheté par Swissgenetics au Gaec Brast en Aveyron. Par ailleurs, Optimal, le nouveau taureau phare du catalogue BGS Création, devrait prendre le relais d’O Malley. « Il a un profil plus laitier tout en restant très bon en morphologie », souligne Olivier Bulot, le directeur de Brune génétique services

Des exportations vers la Suisse, les USA, l'Italie, la Tunisie...

La sortie d’excellents taureaux est toujours une très bonne nouvelle mais elle n’explique pas tout. Cette année record pour les ventes de doses de semences est avant tout le fruit d’un long travail pour faire reconnaître la valeur de la génétique issue du schéma français dans des pays tels que la Suisse et les Etats-Unis. Cela s’est aussi construit en partenariat avec Evolution International. « Nous sommes partis de loin. Les autres pays nous connaissaient peu il y a une dizaine d’années. Exporter des doses de semences d’O Malley aux Etats-Unis est tout un symbole pour nous. Il y a 20 ans, nous achetions beaucoup de doses de semences de taureaux américains. Aujourd’hui nous en exportons plus vers ce pays que nous en importons. Et c’est également vrai pour les autres pays », explique Olivier Bulot.

Maintien du prix des doses et services grâce à l'export

Les principales destinations en valeur sont la Suisse et l’Italie. En volume, la Turquie et la Tunisie se taillent la part du lion. Cette dynamique est une bonne nouvelle pour les éleveurs de l’Hexagone. « Cela permet de ne pas augmenter les tarifs des doses de semences et des services proposés par notre organisme de sélection. Si cette activité export se pérennise on pourrait peut-être même les baisser », souligne avec prudence Olivier Bulot. « Dans le domaine de l’exportation de semences, rien n’est jamais gagné. Nous sommes tributaires à la fois du niveau génétique des taureaux, de leur classement dans les autres pays et des aléas sanitaires. »

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Anthony, Christian et Evelyne Ripoche. « Cette technique nous a bluffés. Désormais, à tout moment de la journée, les vaches accèdent exactement à la même composition de ration. » © DR
« Nos vaches ne trient plus grâce au compact feeding »
Le Gaec Ripoche, dans le Maine-et-Loire, ajoute de l’eau à la ration pour obtenir un mélange condensé et homogène. Tel le…
Alain Piet. « Le simple fait d’ajouter de l’eau dans la ration a boosté la production laitière. » © E. Bignon
Compact feeding : "Je ne reviendrai pas en arrière"
Le Gaec du Puits, dans le Maine-et-Loire, converti au compact feeding depuis un an et demi, prépare sa ration en…
Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière