Aller au contenu principal

Bâtiments : Davantage de risque sanitaire avec les pigeons

Quelques pigeons durablement installés font courir plus de risques que les étourneaux. 

© J.-C. Gutner

Les oiseaux peuvent être porteurs d’un certain nombre d’agents pathogènes détectés également dans les élevages bovins. Ils sont souvent suspectés d’être vecteurs de maladies par leurs déjections, les plumes qu’ils laissent à terre ou leurs pattes souillées. Mais peu d’études établissent un lien direct entre ce portage et la survenue de problèmes sanitaires. Ce qui laisse suggérer que les oiseaux auraient davantage un rôle dans le maintien d’une infection déjà présente dans l’élevage.

Ne vous fiez pas aux apparences. Ce n’est pas la présence massive et spectaculaire d’étourneaux sur le silo ou la table d’alimentation qui fait courir le plus grand risque sanitaire à l’élevage. Un chercheur a fait le calcul pour la salmonelle : compte tenu de la fréquence de portage de ce pathogène chez les étourneaux (estimée à 1,6 %) et de la dose infectante minimale pour un bovin, il faudrait le passage de plus de 6 000 étourneaux sur la ration d’une même vache pour atteindre la dose minimale infectante pour un bovin. Encore faudrait-il que la vache accepte de manger la ration souillée et infectée.

Une étude cas-témoin menée sur 102 élevages de la Manche sur les avortements à Salmonella enterica montre aussi que pour ce pathogène les facteurs de risque sont ailleurs. Elle en identifie deux : la présence d’oiseaux au niveau des stocks de céréales en grains ou concentré (le pigeon étant la seule espèce vue régulièrement dans cette zone – un seul éleveur y a vu des étourneaux), et l’installation sur l’exploitation de pigeons ou tourterelles depuis plus de trois ans. Les auteurs de l’étude préconisent donc de protéger les stocks de grains des oiseaux (mais aussi des rongeurs ou autres espèces). Ils conseillent aussi de gérer au plus tôt les populations de pigeons pour éviter leur installation sur une longue durée, car ils peuvent alors participer aux cycles de différents agents pathogènes, même s’ils n’en sont pas la source initiale. Cette étude n’a en revanche pas mis en évidence de lien statistique entre la présence d’oiseaux et les avortements à salmonelles, bien que le portage par les oiseaux soit incontestable.

Source : Oiseaux sauvages et risques sanitaires pour les élevages bovins : connaissances actuelles et étude épidémiologique dans la Manche - GDS Manche,

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière