Aller au contenu principal

Dans la nouvelle PAC, l'aide couplée bovine à l’UGB soutiendra l’élevage de plaine

La fusion des aides couplées bovines dans le cadre de la nouvelle PAC sera avantageuse pour les élevages laitiers grâce à un montant d’aide couplée réévalué.

La nouvelle aide couplée bovine devrait donner un coup de pouce à l’élevage laitier de plaine.
La nouvelle aide couplée bovine devrait donner un coup de pouce à l’élevage laitier de plaine.
© Réussir SA

« Le ministre a voulu donner un coup de pouce à l’élevage laitier de plaine qui a perdu beaucoup d’aides lors de la précédente programmation », décrypte Mary Henry, spécialiste de la PAC à la chambre d’agriculture de Bretagne. La nouvelle PAC comprend en effet une refonte importante des aides couplées bovines. L’aide aux bovins allaitants (ABA) et l’aide aux bovins laitiers (ABL) sont fusionnées en une unique aide couplée à l’UGB.

Certes, l’enveloppe allouée sera inférieure à la fusion des deux budgets et elle baissera progressivement pour cause de transfert vers les protéines végétales (de 735 M€ en 2019, à 696 M€ en 2023 pour atteindre 642 M€ en 2027). Mais pour les éleveurs laitiers, nul doute que « ce passage est favorable », assure le Cerfrance.

Pour revoir les bases de la nouvelle PAC : Les dix points à savoir sur la prochaine PAC

Sont éligibles à cette aide à l’UGB : les bovins de plus de 16 mois présents sur l’exploitation depuis au moins six mois. Les génisses de 16 à 24 mois compteront pour 0,6 UGB. Au-delà, chaque vache équivaudra à 1 UGB.

Le niveau de base pour les vaches laitières

Deux niveaux d’aides sont prévus selon la race et le sexe de l’animal. Le niveau supérieur, estimé par le ministère sur la base de la situation actuelle à 110 €/UGB en 2023 puis à 99 € en 2027, s’appliquera aux mâles de toutes races et aux femelles allaitantes. Le niveau de base sera consacré aux femelles laitières ou de race mixte. Il est évalué à 60 €/UGB en 2023 (54 € en 2027) quand l’ABL était d’environ 40 €.

Des restrictions s’appliquent toutefois. Comme pour l’ABL, seuls 40 UGB pourront être primées au niveau de base. Un critère de chargement (maximum de 1,4 UGB/ha de SFP) a été ajouté mais ne concerne dans les faits que les bovins allaitants. De plus, la transparence des Gaec s’applique.

En d’autres termes, si vous êtes seul sur votre exploitation et que votre troupeau compte plus de 40 vaches, peu importe votre surface fourragère, vous percevrez l’aide pour 40 UGB soit 2 400 € en 2023. Un Gaec de deux associés qui compte 96 normandes, aucun taureau et ne pratique pas l’engraissement, pourra prétendre à 80 UGB primées soit 4 800 € pour 2023 alors qu’il touchait 3 219 € en 2019.

À retenir

Cette aide couplée n’est plus une aide à la vache « mère » mais à l’UGB. Les génisses et les mâles deviennent éligibles.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière