Aller au contenu principal

Danone convertit sa laiterie de Villecomtal-sur-Arros dans le Gers en usine de lait végétal

Suite au changement de destination de l’usine gersoise de Danone, un possible plan de cessation de la production est en discussion.

La laiterie de Villecomtal-sur-Arros ne fabriquera plus que des laits végétaux
La laiterie de Villecomtal-sur-Arros ne fabriquera plus que des laits végétaux
© Danone

D’ici 2023, l’usine Danone de Villecomtal-sur-Arros (Gers) ne transformera plus une goutte de lait de vache mais de l’avoine et autres produits végétaux pour en faire des boissons végétales UHT vendues sous sa marque Alpro. Après avoir déjà investi cette année 16 millions d’euros pour développer sa marque spécialisée dans l’alimentation végétale sur le site d’Issenheim en Alsace, cette fois l’installation de lignes de dernière génération coûtera 43 millions d’euros. Cela permettra au géant de l’agroalimentaire d’augmenter de 25 % ces capacités de production de boissons végétales d’ici 2024.

« Nous observons l’engouement des consommateurs pour les recettes végétales qui constituent une solution simple pour ceux qui souhaitent adopter un régime alimentaire plus varié et diversifié. Plus que jamais, nous croyons à la complémentarité des offres végétales et laitières », explique François Eyraud, directeur général de Danone Produits frais France.

Un plan social

Car l’industriel tient à rassurer : un second investissement de 24 millions d’euros est destiné aux laiteries de Bailleul (Hauts De France), Pays de Bray (Normandie) et Saint-Just-Chaleyssin (Auvergne Rhône-Alpes) vers lesquelles pourront être rebasculés les volumes transformés à Villecomtal. Toutefois, des discussions sont en cours entre les organisations de producteurs livrant le site et Danone en vue d’un possible accompagnement à la cessation d’activité.

La FNPL dénonce un « plan social brutal qui ne dit pas son nom » et demande à Danone de « proposer des solutions de collecte pour tous ». « Danone peut dire 'nous continuons la collecte' mais, en même temps, diminuer les volumes ou dégoûter les producteurs de continuer », prévient Daniel Perrin, secrétaire général du syndicat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
Un flux de départ important, des installations en nombre insuffisant pour remplacer tous les départs, moins de croissance et de…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière