Aller au contenu principal

"Créhen n'a pas encore atteint son potentiel"

Guy Le Bars, président de Laïta, répond à l'impatience des éleveurs adhérents des trois coopératives fondatrices de Laïta (Even, Terrena, Triskalia). "En début d'année, nous avions dit que notre objectif était de payer le lait au moins le même prix qu'en 2017. Ce n'était pas gagné car nous avions encore des hausses de tarif à faire passer. Pour le beurre, le déficit d'offre fait que les hausses nécessaires ont été obtenues. Mais nos poudres plombent la valorisation(1). Le beurre poudre pèse 45% dans le mix produit de Laïta, or la valorisation beurre poudre 2018 est encore inférieure à 2017 à ce jour. Ce sera donc un vrai défi de tenir notre objectif pour le prix du lait. Le site de Créhen permettra d'améliorer la valorisation de la protéine en répondant à des marchés spécifiques, avec des poudres de lait infantile et des poudres élaborées pour l'industrie agroalimentaire. L'usine a démarré il y a un an. Aujourd'hui, nous faisons plus de poudres de lait infantiles que prévu ; nous avons récupéré quelques marchés suite à l'affaire Lactalis. Mais cela prend trois ans pour développer tout en maîtrisant techniquement les outils."

Laïta sortira des produits différenciés

Laïta continue d'investir dans les fromages et prépare son arrivée dans les produits laitiers différenciés. "Nous allons faire du brie pour nos clients allemands en filière non OGM. C'est une première étape. Dans les mois à venir, nous sortirons des produits segmentés amont, c'est-à-dire au lait issu de vaches nourries sans OGM, lait de pâturage... pour du beurre, du fromage, des ingrédients..." Enfin, Laïta regarde du côté de la bio. "Nous pourrions faire des produits bio avec des partenaires déjà dans le bio."

(1) 1 kg de beurre fabriqué engendre 1,7 kg de poudre de lait écrémé
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière