Aller au contenu principal

[Covid-19] À l'étranger, les filières laitières vivent des situations contrastées

Aux États-Unis, des éleveurs jettent du lait. En Allemagne, quelques laiteries appellent les éleveurs à réduire leur production. En Irlande et Aux Pays-Bas, les éleveurs produisent et les laiteries stockent à défaut de vendre. Le point de la situation connue mi-avril 2020.

Les images les plus choquantes sont venues des États-Unis et du Royaume-Uni, où des éleveurs ont dû jeter du lait certains jours. Les laiteries concernées sont très spécialisées sur des produits très dépendants de la restauration hors foyer (RHF). Par exemple, le lait frais au Royaume-Uni. « Aux États-Unis, 45 % des fromages sont consommés en RHF ! Difficile quand on est très spécialisé de passer des gros conditionnements à des préparations de produits de détail pour les magasins. Dans ce grand pays, s'ajoute le problème du manque de chauffeurs routiers depuis la crise du Covid-19 », expose Jean-Marc Chaumet, de l'Institut de l'élevage. Enfin, l'export est également en berne. Le Mexique, acheteur de 50 % des exportations de poudres de lait étasuniennes et de 25 % des fromages, voit son pouvoir d'achat baisser à cause de la dévaluation du peso face au dollar. « Les coopératives ont donc demandé à leurs membres de freiner la production, de réduire leur cheptel, et certains jours de jeter leur lait. De grosses structures comme Dairy Farmers of America ont payé du lait jeté, mais cela peut difficilement tenir dans le temps », estime Jean-Marc Chaumet. Le Congrès américain a annoncé des milliards de dollars pour aider le secteur agricole et agroalimentaire. 

Aux Pays-Bas, une filière bien organisée

En Allemagne, quelques transformateurs, le Bayern MeG (OP en Bavière)... ont demandé aux éleveurs de réduire les livraisons de lait, jusqu'à -20 % en avril par rapport à mars pour une laiterie du centre (land de Hesse). « Le Nord MeG prévient ses livreurs de ne pas produire de lait supplémentaire », ajoute l'Institut.

En Irlande, pas de pression sur la production, mais les coopératives évoquent des baisses de prix du lait, de -20 €/1 000 l dans un premier temps, qui pourraient aller jusqu'à -40 € en été.

Aux Pays-Bas, les laiteries ont mis en place un plan national d'urgence permettant de transférer du lait d'une entreprise à une autre pour pouvoir tout transformer. Mais elles préviennent « qu'en cas de saturation des capacités de transformation, le lait pourrait temporairement ne plus être collecté ».

Source : Institut de l'élevage

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière