Aller au contenu principal

Covid-19: Les vétérinaires sont autorisés à expérimenter la télémédecine pour 18 mois

Un décret paru au Journal officiel le 6 mai autorise les vétérinaires à expérimenter la télémédecine pour 18 mois. Une avancée lié à la crise du coronavirus.

Un décret entrant en vigueur le 7 mai autorise les vétérinaires à réaliser des consultations à distance et à recourir à des expertises via des outils numériques. « La médecine vétérinaire, à la différence de la médecine humaine , ne disposait pas jusqu’à présent d’un cadre réglementaire autorisant les pratiques de télémédecine », souligne le ministère de l’Agriculture dans un communiqué. Ce décret était attendu depuis le 9 avril, date d’un courrier du ministre annonçant le coup d’envoi de la télémédecine pour pallier les difficultés de consultations engendrées par le Covid-19.

Répondre au problème de l'éloignement en zone rurale

La télémédecine recouvre la téléconsultation, la télésurveillance, la télé-expertise  échange avec un autre vétérinaire expert et la télésurveillance médicale vétérinaire. Elle « doit faciliter le travail en en zone rurale, sans toutefois se substituer à l’obligation de continuité de soins et de réalisation de visites et d’examen clinique des animaux pour la délivrance de médicaments vétérinaires ».La télémédecine doit respecter la réglementation relative aux médicaments vétérinaires, et le décret souligne par exemple que les antibiotiques d’importance critique ne peuvent être prescrits lors d’un acte de télémédecine.

Les vétérinaires devront adresser au Conseil régional vétérinaire une déclaration d’activité en télémédecine. Sa mise en place  "relève de la seule responsabilité du vétérinaire", qui doit s’assurer que l’acte de télémédecine ne compromet pas le pronostic médical de l’animal. Un rapport d’évaluation de cette expérimentation sera produit fin 2021, l’objectif étant de tirer les enseignements permettant de pérenniser cette nouvelle approche de la médecine vétérinaire.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Ferme des 1000 vaches: les porteurs du projet déboutés par le Conseil d'Etat
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la ferme des 1000 vaches…
Le chantier du nouveau bâtiment pour les vaches taries du Gaec Losser.
« Avec la hausse des prix des matériaux, notre nouveau bâtiment coûte 20 % plus cher que prévu »
Alexis Losser, un des quatre associés du Gaec Losser, en plaine d’Alsace dans…
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
Dans la Loire, le Gaec des Gauds a réussi sa conversion bio, sans baisse de productivité laitière, mais avec une profonde…
La collecte des cinq principaux bassins exportateurs a été moins dynamique en juillet, comparée au printemps.
Des marchés laitiers fermes en lait conventionnel
À la mi-septembre, les cotations des produits laitiers se redressent.
Le robot d'alimentation sur roues alimenté par une cuisine revient, pour un troupeau de 300 VL, plus cher qu'une remorque mélangeuse ou qu'une désileuse automotrice, selon l'étude.
Combien coûte un robot d’alimentation aux 1000 litres de lait ?
L’enquête sur l’automatisation de l’alimentation en élevage bovin, publiée en 2020 par l’Idele et les chambres d’agriculture des…
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable

« Fini les bâches en plastiques qui font perdre un temps fou et causent de nombreuses difficultés à chaque fois qu'…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière