Aller au contenu principal
Font Size

Covid-19 : quelles mesures s'appliquent aux vétérinaires ?

La profession vétérinaire a pour mission d’assurer la continuité du service auprès des animaux nécessitant des soins qui ne peuvent être différés sans mettre en danger leur santé. Les déplacements et les interventions jugées non indispensables doivent être restreintes au maximum.

Si certaines activités vétérinaires peuvent être différées, d’autres ne le peuvent pas pour des raisons de risques sanitaires, d'impact élevé en termes économique ou de bien-être animal.
© B. Griffoul

Dans un communiqué publié le 15 mars, le Conseil national de l’Ordre des vétérinaires, en collaboration avec les organisations professionnelles vétérinaires syndicales et techniques, et en concertation avec les services du Ministère en charge de l’agriculture, incite la profession à prendre les mesures nécessaires pour lutter contre la propagation du virus responsable de la maladie Covid-19.« Il est de la responsabilité éthique et déontologique de chaque vétérinaire, acteur de la santé publique, de contribuer aux efforts demandés à la Nation, et par l’exemplarité des mesures mises en œuvre, d’agir en professionnels responsables dans l’intérêt collectif de la santé des animaux et de la santé publique », peut-on lire dans le communiqué.

L'arrêté du 14 mars 2020 publié au JORF n°0064 du 15 mars 2020 ne classe pas les établissements de soins vétérinaires parmi les établissements recevant du public soumis à l’obligation de fermeture jusqu’au 15 avril 2020. Ainsi, la profession vétérinaire a pour mission d’assurer la continuité du service auprès des animaux nécessitant des soins qui ne peuvent être différés sans mettre en danger leur santé, d’assurer la continuité de la surveillance individuelle ou collective des maladies contagieuses ainsi que les interventions en lien avec la qualité sanitaire des denrées alimentaires d’origine animale conformément aux prescriptions de la Direction générale de l’alimentation et en parfaite coordination avec les Directions départementales de la protection des populations (DDPP).

 

Ci-dessous figure la liste des activités vétérinaires ne pouvant pas être différées et celles devant l'être.

Activités vétérinaires ne pouvant pas être différées pour des raisons de risque sanitaire ou d’impact élevé en termes économique ou de bien-être animal, en élevages bovins:

· Activités de soins aux animaux dans les établissements de soins vétérinaires y compris les centres hospitaliers universitaires des écoles nationales vétérinaires, sur les lieux d’hébergement des animaux ou sur les lieux d’élevage : ces activités doivent être effectuées sur rendez-vous afin de limiter le nombre de personnes en présence ;

· Contrôles programmés dans le cadre de la prophylaxie nationale des maladies animales : lorsque les conditions d’élevage ne permettent pas de reporter ces opérations (sortie des animaux), ces contrôles doivent être effectués en limitant le nombre de personnes présentes tout en garantissant la contention des animaux. Les vétérinaires doivent mettre en œuvre les mesures d’hygiène et de biosécurité visant à limiter un éventuel risque de dissémination du virus ;

· Etat des lieux en élevage en cas de suspicion, et activités de gestion induites, des maladies sujettes à notification obligatoire ;

· Inspections vétérinaires prévues dans le cadre de l’abattage, y compris les inspections spéciales d’urgence ;

· Vente d’aliments pour animaux.

Activités vétérinaires devant être différées car concernant une situation de risque limité :

· Les activités de guichet (vente, conseil, etc.) non directement liées à des activités considérées comme essentielles. A noter que la vente d’aliments pour animaux est en revanche considérée comme essentielle;

 · Les interventions non urgentes et les chirurgies de convenance ;

· Les actes ostéopathiques ou de confort.

"Ces dispositions sont susceptibles d'évoluer à la lumière de l'évolution de la situation sanitaire ou des constats qui seront fait quant à l'application des mesures prescrites", précise encore le communiqué.

 

Lire aussi [Coronavirus] : Mobilisation chez Sodiaal

                 [Coronavirus] : les organismes de conseil en élevage s'adaptent

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière