Aller au contenu principal
Font Size

Covid-19 : Feu vert de Bruxelles pour le dispositif national de régulation de la production de lait

Une première tendance à la modération de la production est constatée sur le mois d'avril, mais les chiffres consolidés de collecte remontés par les laiteries ne seront pas connus avant la mi-juin.  

Les éleveurs qui ont joué le jeu de la modulation en avril pourront bénéficier du fonds de solidarité doté de 10 M€ mis en place par l’interprofession laitière dans le cadre de la crise liée au coronavirus. La Commission européenne a validé cette demande de mesure de planification temporaire de la production ( le règlement d'application d'application permettant l'activation de l'article 222 de l'OCM est paru). L'aide se calcule sur la totalité du volume non produit pour une baisse de 2 à 5% (sur la base de la production d'avril 2019) à un prix maximum de 320€/1000 litres. Le calcul sera fait directement sur les données de livraisons mensuelles à partir des fichiers des laiteries: pas besoin donc de réaliser une demande individuelle. L'enveloppe de 10 M€ ne pourra être dépassée: si besoin, le seuil maximal d'idemnisation établi à 5% (pour le volume indemnisé) pourra être revu à la baisse.

L’enjeu était d’éviter de jeter du lait

"Une première tendance à la modération de la production est constatée sur le mois d'avril, mais le chiffre consolidé ne sera pas connu avant mi-juin", affirme le Cniel. L’enjeu prioritaire de cette mesure était d’éviter de jeter du lait. Le pic de production de lait était en effet estimé  par le Cniel à 3,3% de plus que la collecte hebdomadaire moyenne enregistrée sur le début d’année soit 16 millions de litres par semaine. Sur la durée du pic, cela représente 64 millions de litres de lait supplémentaires que la filière aurait du absorber avec des outils de production d’ores et déjà saturés suite aux évolutions de circuits de distribution et de consommation (fermeture des marchés, des restaurants….).

A lire aussi : Les détails du dispositif de régulation demandé par l'interprofession laitière

30 millions d’euros d’aide au stockage privé

La Commission européenne a aussi proposé au Conseil des ministres de l’Agriculture d’activer le dispositif d’aide au stockage privé de beurre, de poudre maigre et de fromages qui sera ouvert jusqu’au 30 juin prochain. Elle a débloqué 30 millions euros dont 6 M€ pour 90 000 t de poudre maigre, 14 M€ pour 140 000 t de beurre et 10 M€ pour 100 000 t de fromages dont le volume est pré-ventilé entre pays (21 726 t pour l’Allemagne, 18 394 t pour la France, 12 654 t pour l’Italie…).

Pas de dispositif géré au niveau européen

En revanche, elle n'a pas proposé l'activation de l'article 219, faute de demande forte des Etats membres. Cet article permet la mise en place d'un dispositif européen d'incitation volontaire de réduction des livraisons par les éleveurs, comme en 2016. "En dehors de la France et de l'Italie, peu de transformateurs laitiers incitent leurs livreurs à la modération. Sans dispositif communautaire fort d'incitation à la réduction volontaire des livraisons, l'Union européenne s'achemine vers une crise laitière qui pourrait être bien plus longue et profonde que les deux précédentes", estime l'institut de l'élevage (dans Tendances de mai 2020).

Des épandages de poudre de lait dans sept pays

poudre

Des actions symboliques d’épandage de poudre ont été organisées le 7 mai en Belgique, Allemagne, Italie, Danemark , Lituanie, Luxembourg et France à l’initiative de l’EMB (European milk board). Ces actions ont été organisées en France par la Coordination Rurale et l’Apli qui protestent ainsi contre les aides au stockage privé pour la poudre, le beurre et le fromage. Une mesure qu’elles estiment prises au profit de l’industrie de la transformation et non pour les producteurs. La seule mesure qu’elles jugent efficace pour réduire la pression sur le prix du lait est l’instauration d’un programme de réduction volontaire de la production géré au niveau européen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière