Aller au contenu principal

[Covid-19] Détails du dispositif de régulation demandé par l'interprofession laitière

Voici des précisions sur le fonctionnement et l’éligibilité du dispositif déposé par le Cniel à Bruxelles, suite à la crise du coronavirus. La réponse de la Commission est espérée dans le courant du mois de mai 2020.

traite
© A. Conté

L’interprofession a demandé à la Commission Européenne l’autorisation de mettre en place pour le mois d’avril une mesure d’incitation à la baisse de production, financée sur les réserves propres du Cniel à hauteur de 10 millions d’euros. Les détails sur le fonctionnement et l’éligibilité à ce dispositif figurent dans un notice technique (en pièce jointe) dont voici les grandes lignes.

Le volume non produit éligible à l’aide serait indemnisé à hauteur de 320 €/1000 litres. L’aide concernerait les exploitations ayant réduit leur production du mois d’avril de plus de 2%. Elle porterait sur une baisse de volume maximale de 5% entre avril 2019 et avril 2020. Autrement dit, la totalité de la baisse de volume entre 0 et 5% serait indemnisée par le dispositif mais il n’y aurait pas d’indemnisation sur la baisse au-delà de 5%.

Les cas dérogatoires concernent d'une part les exploitations qui n’ont pas de volume de livraison dans leur laiterie en avril 2019. A savoir celles qui entre avril 2019 et février 2020  ont connu les évènements suivants:  installation, changement de statut ou changement de laiterie. D'autre part les exploitations qui ont bénéficié d'attributions de volumes entre avril 2019 et avril 2020. Dans ces cas dérogatoires, la comparaison se ferait entre mars 2020 et avril 2020  (les critères restent les mêmes).

Au cas où l’enveloppe serait dépassée, le seuil maximal d’indemnisation établi à 5% pourrait être revu à la baisse.

Pas besoin de déposer une demande individuelle

Dans le dispositif demandé, le producteur n’a pas besoin de réaliser une demande individuelle, le calcul est fait directement à partir des données de livraisons mensuelles à partir des fichiers laiteries. Les laiteries regroupent les demandes, traitent les cas dérogatoires et envoyer un fichier de synthèse au Cniel. Ce sont elles qui recevront l’aide et seront chargées de la reverser aux producteurs (le montant sera versé sur un document spécifique).

A noter que pour les producteurs passés en bio entre avril 2019 et avril 2020 , il n’y aurait pas de calcul spécifique (même critères que dans le cas général).La réponse de la Commission est attendue au plus tôt à la fin du mois de mai 2020. Et le paiement n’interviendrait pas avant le mois de juin 2020.  

Lire aussi : La FNPL demande un dispositif de régulation

Plus de précisions sur la notice technique V3:

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
Un flux de départ important, des installations en nombre insuffisant pour remplacer tous les départs, moins de croissance et de…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière