Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Covid-19] Détails du dispositif de régulation demandé par l'interprofession laitière

Voici des précisions sur le fonctionnement et l’éligibilité du dispositif déposé par le Cniel à Bruxelles, suite à la crise du coronavirus. La réponse de la Commission est espérée dans le courant du mois de mai 2020.

traite
© A. Conté

L’interprofession a demandé à la Commission Européenne l’autorisation de mettre en place pour le mois d’avril une mesure d’incitation à la baisse de production, financée sur les réserves propres du Cniel à hauteur de 10 millions d’euros. Les détails sur le fonctionnement et l’éligibilité à ce dispositif figurent dans un notice technique (en pièce jointe) dont voici les grandes lignes.

Le volume non produit éligible à l’aide serait indemnisé à hauteur de 320 €/1000 litres. L’aide concernerait les exploitations ayant réduit leur production du mois d’avril de plus de 2%. Elle porterait sur une baisse de volume maximale de 5% entre avril 2019 et avril 2020. Autrement dit, la totalité de la baisse de volume entre 0 et 5% serait indemnisée par le dispositif mais il n’y aurait pas d’indemnisation sur la baisse au-delà de 5%.

Les cas dérogatoires concernent d'une part les exploitations qui n’ont pas de volume de livraison dans leur laiterie en avril 2019. A savoir celles qui entre avril 2019 et février 2020  ont connu les évènements suivants:  installation, changement de statut ou changement de laiterie. D'autre part les exploitations qui ont bénéficié d'attributions de volumes entre avril 2019 et avril 2020. Dans ces cas dérogatoires, la comparaison se ferait entre mars 2020 et avril 2020  (les critères restent les mêmes).

Au cas où l’enveloppe serait dépassée, le seuil maximal d’indemnisation établi à 5% pourrait être revu à la baisse.

Pas besoin de déposer une demande individuelle

Dans le dispositif demandé, le producteur n’a pas besoin de réaliser une demande individuelle, le calcul est fait directement à partir des données de livraisons mensuelles à partir des fichiers laiteries. Les laiteries regroupent les demandes, traitent les cas dérogatoires et envoyer un fichier de synthèse au Cniel. Ce sont elles qui recevront l’aide et seront chargées de la reverser aux producteurs (le montant sera versé sur un document spécifique).

A noter que pour les producteurs passés en bio entre avril 2019 et avril 2020 , il n’y aurait pas de calcul spécifique (même critères que dans le cas général).La réponse de la Commission est attendue au plus tôt à la fin du mois de mai 2020. Et le paiement n’interviendrait pas avant le mois de juin 2020.  

Lire aussi : La FNPL demande un dispositif de régulation

Plus de précisions sur la notice technique V3:

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Anthony, Christian et Evelyne Ripoche. « Cette technique nous a bluffés. Désormais, à tout moment de la journée, les vaches accèdent exactement à la même composition de ration. » © DR
« Nos vaches ne trient plus grâce au compact feeding »
Le Gaec Ripoche, dans le Maine-et-Loire, ajoute de l’eau à la ration pour obtenir un mélange condensé et homogène. Tel le…
Alain Piet. « Le simple fait d’ajouter de l’eau dans la ration a boosté la production laitière. » © E. Bignon
Compact feeding : "Je ne reviendrai pas en arrière"
Le Gaec du Puits, dans le Maine-et-Loire, converti au compact feeding depuis un an et demi, prépare sa ration en…
Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière