Aller au contenu principal
Font Size

Coût rendu auge : Comparer différentes stratégies de distribution

BCEL Ouest a analysé l'impact de différents modes de distribution sur le coût alimentaire rendu auge, incluant les charges de structure et le temps de travail. Avec une même ration, ce coût varie de 162 à 183 euros pour 1 000 litres.

© E. Bignon

Indicateur de pilotage, le coût alimentaire rendu auge est une approche exhaustive. Il tient compte non seulement des habituelles charges opérationnelles mais aussi des charges de structure et du temps de travail, depuis la culture des fourrages jusqu’à la distribution. Une simulation a été réalisée pour une exploitation de 100 vaches livrant 800 000 litres de lait. Quatre stratégies de distribution ont été comparées à une stratégie de mécanisation moyenne. « La ration est assez typique de ce qui se fait en Bretagne », précise Samuel Danilo. Le coût alimentaire (coût de la ration) est de 85 euros pour 1 000 litres, 31 euros pour les fourrages, 54 euros pour les concentrés en minéraux. 

ration
ration2

 

° Dans le scénario « méca coûteuse », les tracteurs sont en cours d’amortissement, la consommation de carburant est élevée, il y a des parcelles éloignées. Cette situation voit une augmentation du coût de 20 euros pour 1 000 litres, pour moitié liée à la hausse du coût de récolte, et pour moitié à une mécanisation de distribution coûteuse. Avec une mécanisation économe, par exemple des tracteurs gardés plus longtemps en bon état, donc amortis, on peut économiser 10 euros pour 1 000 litres.

°Dans le scénario « affouragement en vert », à cause de parcelles non accessibles, le pâturage est remplacé par de l’affouragement. L’amélioration de 3 tMS/ha du rendement fourrager ne compense ni la hausse du temps passé, ni le surcoût de récolte. Le coût rendu auge atteint 183 euros pour 1 000 litres.

° Dans le scénario « automatisation », d’un côté il y a 180 000 euros d’investissements supplémentaires, mais de l'autre beaucoup moins de temps passé à l’alimentation. Le pâturage est maintenu. « Dans notre exemple à 100 vaches, l'investissement est surdimensionné, reconnaît Samuel Danilo. Il faudrait le diluer sur plus de têtes. » Mais même si les charges augmentent, ce scénario reste moins cher que de l’affouragement en vert car moins gourmand en temps. Il faut cependant prendre en compte d’autres aspects, comme l’intérêt zootechnique de conserver une part d’herbe fraîche dans la ration.

° Avec une organisation plus classique, désileuse et distribution manuelle des concentrés, le coût du temps de travail est compensé par le faible coût de mécanisation. « Si on choisit d’investir dans quatre DAC, on reste au même coût car l’investissement est compensé par une diminution conséquente de la main-d’œuvre », note Samuel Danilo. Ces deux stratégies reviennent à 166 euros pour 1 000 litres.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière