Aller au contenu principal

Coronavirus : Mobilisation chez Sodiaal

Les laiteries mettent en œuvre des  mesures pour sécuriser l’activité. Exemple chez la coopérative Sodiaal dans le Nord de la France.

Le secteur agricole est l’un des rares à pouvoir poursuivre son activité. Des précautions sont nécessaires lors de la collecte.
© J. Chabanne - Archives

À la coopérative laitière Sodiaal, un plan de crise a été mis en place, informe L'Action Agricole Picarde. «Les chauffeurs ont des consignes strictes. Ils doivent notamment être seuls près du tank à lait lorsqu’ils collectent, et n’entrer en contact physique avec personne», précise Olivier Gaffet, président du réseau Nord de la coopérative. Sur le site, des mesures ont été prises pour limiter le contact des salariés entre eux. Toutes les personnes titulaires du permis poids lourd ont aussi été recensées, chauffeur ou non, et pourront être réquisitionnés à la collecte si besoin. Car trois priorités sont bien distinctes chez Sodiaal : «La santé des salariés, la collecte du lait, et le travail du lait.» Il s’agit de répondre à la demande du consommateur, «très forte en ce moment puisque les gens font des réserves. Elle est de + 40 % sur certaines références».

Si la période de confinement devait se prolonger, ou si les salariés étaient moins nombreux, un plan de rationalisation pourrait être imposé. «Nous nous concentrerons alors sur certaines références uniquement, comme le lait demi-écrémé en litre, le produit qui se vend le plus», ajoute Olivier Gaffet. Les producteurs, eux, seront informés régulièrement du planning de ramassage. Mais jusqu’ici, en Hauts-de-France, «nous parvenons à nous débrouiller.» Des interrogations demeurent néanmoins : quel sera l’ampleur de la crise ? L’indispensable logistique sera-t-elle efficiente ? Les cours, notamment de la poudre de lait, très liés aux cours du pétrole qui chutent, s’effondreront-ils ?

Lire l'intégralité de l'article de L'Action Agricole Picarde

De leur côté, les organismes de contrôle de performance aussi s'organisent.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
Le prix du lait standard conventionnel payé aux producteurs a augmenté de 21% sur les six derniers mois de l'année.
Prix du lait : les coopératives visent 500 €/1000 litres
Lors de sa conférence de presse de rentrée, les coopératives membres de la Coopération laitière ont assuré vouloir augmenter…
La ferme de Grignon a baissé de 800 g par vache et par jour le tourteau de colza 35 et a pu éviter d'acheter un camion de 30 tonnes de tourteau de colza tanné ce printemps.
« Nous avons limité l'explosion du coût alimentaire sur l’atelier vaches laitières »
Quentin Bulcke, responsable de la ferme expérimentale de Grignon, témoigne des actions ayant permis d'économiser du tourteau de…
La brique de lait Merci! est depuis juillet à 0,92 €/l, avec un prix primes comprises garanti aux éleveurs de 480 €/1000 l pour un lait en non-OGM, avec du pâturage.
Prix du lait : l’OP Saint-Père exaspérée par Les Mousquetaires
Alors qu’Intermarché (Les Mousquetaires) se targue d’accepter des hausses de tarifs sur les produits laitiers, l’organisation de…
Les trois associés du Gaec de l'Uvry, Pierre et Benoît Vallance, Jean-Pierre Barbier, et Mickaël leur apprenti (à gauche). « Nous privilégions des fourrages avec des récoltes au printemps pour sécuriser les stocks. »
« Nous recherchons l’autonomie… mais à l’échelle locale »
Au Gaec de l’Uvry, en Meurthe-et-Moselle, la recherche d’autonomie est un objectif en soi. Mais plutôt que de miser sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière