Aller au contenu principal
Font Size

Cinq races pour des croisements trois voies

Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au système pâturant, à la transformation et aujourd’hui à la monotraite.

Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables.
© V. Bargain
Un premier changement en 1993 a été le passage de la Holstein à la Normande, plus adaptée au système pâturant. Puis, après la création de l’atelier de transformation, c’est la Jersiaise qui a été introduite en croisement. « En transformation, nous recherchons des taux élevés, explique Benjamin Boileau, l'un des associé du Gaec de Rublé. La Normande a de bons taux, mais la Jersiaise plus encore. Elle donne aussi des vaches moins lourdes, qui abîment moins les prairies. » L’étape suivante depuis cinq ans est le passage au croisement trois voies. « Les vaches croisées trois voies sont plus fertiles, en meilleure santé et produisent plus de matière utile, un point important pour nous. » Dans un premier temps, les éleveurs ont choisi de croiser les F1 Normande x Jersiaise avec des taureaux rouges norvégiens, race adaptée au pâturage et qui amène fertilité et santé de la mamelle. Les produits sont ensuite recroisés avec un taureau normand.

Enfin, la monotraite a encore fait évoluer la réflexion. « La Jersiaise, qui a un gros réservoir mammaire, est plus adaptée à la monotraite que la Normande, dont certaines vaches ont beaucoup perdu lors du changement. C’est aussi la race la plus efficace dans la conversion des aliments grossiers en matière utile. Actuellement, le TP est de 36,5 et le TB de 46. Toutefois, si le TB est trop élevé, il y a des soucis pour la fabrication des fromages. » Les éleveurs ont donc décidé de réintroduire la Holstein, pour augmenter la production et diluer la matière grasse. Ils ont choisi la Holstein néozélandaise, sélectionnée en système pâturant. Et, en parallèle de la Holstein, ils commencent à introduire la Montbéliarde, bien adaptée à la monotraite et qui permet des TP élevés. Un tiers des vaches et toutes les génisses sont actuellement croisées trois voies.

 

Lire l'article complet sur le Gaec de Rublé : "Nous voulons être autonomes à tous les niveaux"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière