Aller au contenu principal

« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »

Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’origine du problème de boulimie de leurs 60 Montbéliardes. 

Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer."
© E. Bignon

« Avant, quand on distribuait la ration le matin, nos 60 Montbéliardes se jetaient littéralement sur la table d’alimentation. A un moment donné, ce niveau d’ingestion est réellement devenu problématique. Les vaches avaient des rumens tellement pleins, un peu comme si elles météorisaient, qu’elles ne pouvaient même plus rentrer correctement dans la salle de traite en TPA !

On avait conscience de ce problème mais le fait de visualiser le comportement du troupeau la nuit grâce à la caméra time lapse nous a aidés à mieux analyser la situation. On ne pensait pas recourir à un tel diagnostic mais comme on avait gagné cette prestation de Rhône Conseil Elevage lors d’un concours départemental, on a en profité. En fait, on a très surpris car dès 2h du matin, la ration n’était déjà plus accessible aux laitières… D’où leur comportement boulimique à la distribution du matin. Après, elles étaient ballonnées et mettaient du temps à se coucher. L’ingestion était très irrégulière au cours de la journée. Comme nous sommes deux associés, on a pu s’organiser pour modifier nos pratiques. Au lieu de distribuer la ration le matin, on est passé à une distribution le soir. C’est sûr qu’en exploitation unipersonnelle, une telle solution est moins facilement envisageable.

Les vaches se sont calées sur un nouveau rythme

Aujourd’hui les rumens ne font plus l’accordéon comme auparavant avec des rumens vides le matin et pleins après l’ingestion du premier repas. La digestion s’est améliorée et la production aussi. En moyenne, on a gagné 1,8 kg de lait par vache traite par jour, sans augmenter les quantités distribuées. L’écart de lait entre la traite du matin et du soir ne dépasse pas 1 à 2 l, contre 3 à 4 l auparavant. Comme les vaches accèdent à l’auge tout le temps, elles se sont calées sur un nouveau rythme. Il y a également moins de refus. Nous sommes plus vigilants sur l’affûtage des couteaux de la mélangeuse pour limiter le tri. On les contrôle désormais deux fois par an.

Le plus marquant, c’est le comportement du troupeau qui est devenu beaucoup plus calme depuis qu’on distribue le soir. On le voit dans la stabulation et à la traite. Avec la caméra, on a vu aussi que différentes petites choses pouvaient être améliorées dans le bâtiment. On a notamment déplacé et ajouté des points d’eau. Et dès que la météo le permet, on ouvre l’un des deux portails qui donne sur l’aire d’exercice extérieure pour fluidifier la circulation. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Monnaie
Prix du lait : la grande distribution annonce plusieurs accords tarifaires 2021
A 385 ou 386 euros les 1000 litres, toutes primes confondues : c'est le prix du lait que Lidl, Carrefour et Système U annoncent…
Imposante structure de 25 m de haut et de 6,10 m de diamètre, le silo tour date de 1978. © B. Griffoul
"Notre ensilage d'herbe est stocké en silo tour"
Dans le Cantal, le Gaec de la Chevade dispose d'un silo tour de 800 m3 pour stocker l'ensilage d'herbe. Ce système permet aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière