Aller au contenu principal

[Changement climatique] Le label Bas carbone validé pour les haies

Chiffrer le stockage du carbone par une gestion optimisée des haies et le valoriser sur le marché du carbone, c’est aujourd’hui théoriquement possible.

Les nombreux cobénéfices apportés par les haies (biodiversité, paysage, énergie renouvelable, eau…) intéressent les entreprises. © Crab
Les nombreux cobénéfices apportés par les haies (biodiversité, paysage, énergie renouvelable, eau…) intéressent les entreprises.
© Crab

La « méthodologie Haie » du label Bas carbone est validée depuis fin novembre 2020. Il s'agit du pendant, pour les haies, de la méthodologie Carbon agri qui, à partir des diagnostics Cap2’ER et des plans d’actions, permet de quantifier le carbone émis et capté en élevage laitier. Le label Bas carbone est le cadre national développé par le ministère de la Transition écologique pour valoriser les actions en faveur du climat. « C’est le stockage de carbone additionnel qui sera monnayable sur le marché du carbone en adoptant des modes de gestion adaptés », précise Samuel Le Port, conseiller agroforesterie des chambres d’agriculture de Bretagne. Sont donc potentiellement concernés les agriculteurs qui s’engagent dans la plantation de haies ou dans la réhabilitation de haies improductives.

Une méthode officielle pour évaluer les crédits carbone

 

 
© APCA

 

Cette « méthodologie Haie » découle du projet Carbocage financé par l’Ademe de 2017 à 2020. Elle est basée sur un plan de gestion durable d’une durée de quinze ans. Ce document conçu dans le cadre de Carbocage permet de réaliser un inventaire des haies et d’identifier les modes de gestion permettant d’augmenter le stockage carbone. Par ailleurs, le projet Carbocage a permis d’expérimenter la mise en place d’un marché carbone local sur trois territoires pilotes dans le Maine-et-Loire, le Morbihan et la Sarthe.

Il reste aujourd’hui à définir le mode d’organisation pour mettre en relation les porteurs de projets (agriculteurs ou groupes d’agriculteurs) et les entreprises souhaitant acheter des crédits carbone. Un premier contrat vient d’être signé en janvier entre un agriculteur mayennais et l’entreprise MBPack par l’intermédiaire de l’association Solenat. Celle-ci a été mise en place par la chambre régionale d’agriculture, la FRSEA et JA des Pays de la Loire pour faire fonctionner le dispositif. L’entreprise spécialisée dans les emballages alimentaires compensera les émissions de gaz à effet de serre de ses véhicules. L’agriculteur entretient treize kilomètres de haies et s’engage à maintenir et améliorer son réseau bocager sur cinq ans renouvelables. Avec un contrat négocié à 80 euros par tonne equivalent CO2, il percevra 1 400 euros par an sur cinq ans pour le carbone additionnel stocké.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière