Aller au contenu principal

Candia satisfait de ses résultats 2020

Les ventes de lait de consommation au détail ont progressé en volume et en valeur, plus nettement que les tendances de marchés.

En 2020, le lait de consommation vendu au détail a profité à fond des perturbations liées à la Covid-19. Les Français ont repris l’habitude de petit-déjeuner avec du lait, ils ont cuisiné. Les ventes ont explosé pendant le premier confinement, pour redescendre ensuite. « Mais il y a des habitudes qui sont restées, du fait du télétravail. Le marché a progressé de 5 % en volume et en valeur en 2020. Candia a réalisé +7 % en volume et +7,5 % en valeur », souligne Gérald Saada, directeur marketing Candia. Ces bons résultats compensent les pertes sur le débouché de la RHD et de l’export.

Gros boom en infantile et en bio

Il n’y a que le lait frais qui n’a pas fait de croissance en 2020. Candy up (lait aromatisé) a fait +11 % en volume et +13 % en valeur (marché à +9 %) (1), grâce à une nouvelle recette avec moins de sucre ajouté qui permet d’afficher un nutriscore B. Les laits vitaminés (Viva pour l’essentiel) ont fait +13 % en volume et en valeur (marché à +11 %). Le délactosé affiche +17 % dans un marché à +10 %. Le lait infantile liquide Candia baby fait +12 % sur un marché qui décline (-2 %) du fait de la baisse des naissances.

Le segment bio fait +14 % en volume et en valeur (marché à +8 %), grâce au succès de la brique « écoconçu ». « Les volumes sont faibles (2 millions de litres) mais cette brique a trouvé sa clientèle et fera progresser l’ensemble de la filière. » Et le lancement de Candy Up bio en 2019 a fait de la croissance en 2020.

Un « Lait de coopérative » accessible

En novembre dernier, une brique Lait de coopérative a été lancée, à un prix accessible pour le consommateur, pour répondre au problème d’un nombre important de ménages qui ont des budgets serrés. À 1,05 €/l pour la version bio et 0,79 €/l pour la version conventionnelle, ce prix permet de rémunérer le lait à la valorisation GMS, soit 370 €/1 000 l prix de base pour le conventionnel. « Ces briques sont réalisées dans une usine avec une ligne haute cadence, dans une zone de collecte dense, pour que la maîtrise des coûts de fabrication permette d’afficher ce prix tout en rémunérant correctement les éleveurs », développe Gérald Saada.

(1) Panel distributeur IRI, CAM P13 2020 (données arrêtées au 27/12/2020).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
Le prix du lait standard conventionnel payé aux producteurs a augmenté de 21% sur les six derniers mois de l'année.
Prix du lait : les coopératives visent 500 €/1000 litres
Lors de sa conférence de presse de rentrée, les coopératives membres de la Coopération laitière ont assuré vouloir augmenter…
La ferme de Grignon a baissé de 800 g par vache et par jour le tourteau de colza 35 et a pu éviter d'acheter un camion de 30 tonnes de tourteau de colza tanné ce printemps.
« Nous avons limité l'explosion du coût alimentaire sur l’atelier vaches laitières »
Quentin Bulcke, responsable de la ferme expérimentale de Grignon, témoigne des actions ayant permis d'économiser du tourteau de…
La brique de lait Merci! est depuis juillet à 0,92 €/l, avec un prix primes comprises garanti aux éleveurs de 480 €/1000 l pour un lait en non-OGM, avec du pâturage.
Prix du lait : l’OP Saint-Père exaspérée par Les Mousquetaires
Alors qu’Intermarché (Les Mousquetaires) se targue d’accepter des hausses de tarifs sur les produits laitiers, l’organisation de…
Les trois associés du Gaec de l'Uvry, Pierre et Benoît Vallance, Jean-Pierre Barbier, et Mickaël leur apprenti (à gauche). « Nous privilégions des fourrages avec des récoltes au printemps pour sécuriser les stocks. »
« Nous recherchons l’autonomie… mais à l’échelle locale »
Au Gaec de l’Uvry, en Meurthe-et-Moselle, la recherche d’autonomie est un objectif en soi. Mais plutôt que de miser sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière