Aller au contenu principal

Blanc des Pyrénées : une initiative de producteurs pour sauvegarder leur filière laitière

Forte de son ancrage local, la marque de producteurs Blanc des Pyrénées a commercialisé en 2021 un million de briques de lait UHT demi-écrémé dans le Sud-Ouest.

Les éleveurs de la marque Blanc des Pyrénées réalisent eux-mêmes des animations en magasin.
Les éleveurs de la marque Blanc des Pyrénées réalisent eux-mêmes des animations en magasin.
© SAS Lait Fleurs de Bigorre

Face à la perte inquiétante de fermes laitières en Hautes-Pyrénées, une poignée d’éleveurs, accompagnée par la chambre d’agriculture, a conduit une réflexion sur des solutions de valorisation de leur lait. Début 2018, le groupe a proposé aux laiteries, collectant dans le département, un projet de diversification, nécessitant de dérouter une partie de la référence de leurs producteurs. Seules les entreprises Danone et Savencia ont donné leur accord. Ainsi les exploitants de quinze fermes, réparties dans tout le département, ont fondé la SAS Lait Fleurs de Bigorre en juin 2018. Une première brique estampillée Blanc des Pyrénées a été commercialisée en janvier 2019.

Dès la première année, quelque 600 000 briques de lait ont été commercialisées, soit environ 10 % de la production des adhérents. L’effet Covid, avec l’appétence pour le local, a boosté les ventes en 2020 permettant deux collectes par mois, soit 20 % du volume des producteurs. En 2021, un million de litres ont été valorisés. « Nous projetons de terminer 2022 avec une valorisation de 25 % du volume annuel de nos producteurs », affirme Thierry Ségouffin, président de la SAS Lait Fleurs de Bigorre.

 

 
Cette brique de lait permet de valoriser, à 400 euros pour 1 000 litres, 20 % de la production des adhérents. © SAS Lait Fleurs de Bigorre

 

Le lait collecté lors d’une tournée spécifique est rémunéré directement par la SAS qui reste propriétaire du lait de la collecte à la distribution. « Nous avons démarré avec une rémunération de 380 euros pour 1 000 litres, pour atteindre 400 euros en 2021 ». Cette valorisation est permise grâce à un prix de vente de la brique soutenu, entre 0,99 et 1,10 euro. « En grande surface, nous sommes plus chers que le bio. L’engouement des consommateurs pour les produits locaux nous permet cette plus-value. »

Les ventes ont doublé en trois ans

Afin de proposer un lait local, équitable et de qualité, la SAS a mis en place un cahier des charges basé sur une alimentation sans OGM et un minimum de 20 % d’herbe dans la ration annuelle, sous forme de pâturage, de foin, d’ensilage ou d’enrubannage. Le meilleur argument de vente est la présence des producteurs dans les magasins. « Nous avons introduit dans le cahier des charges l’obligation pour tous de réaliser des animations en magasin. Nous en avons organisé plus d’une centaine en 2019, ce qui a permis de nous implanter durablement dans nos points de vente. »

Aujourd’hui, la SAS ne cherche pas de nouveaux producteurs, car son objectif est d’accroître la part du lait valorisée par la marque. « L’idéal serait d’atteindre 75 000 litres par collecte, afin de remplir trois semi-remorques. Pour pérenniser notre démarche et sécuriser nos points de collecte, notre challenge de demain est le renouvellement des producteurs qui partent en retraite. »

« Nous devions nous prendre en main pour freiner l’hémorragie du lait en Hautes-Pyrénées ! » Thierry Ségouffin, président de la SAS Lait Fleurs de Bigorre

Étendre le périmètre local pour toucher plus de consommateurs

La brique Blanc des Pyrénées est commercialisée dans près de 130 points de vente, magasins de la grande distribution comme boutiques de produits locaux, situés à 80 % dans le département des Hautes-Pyrénées. « Nous souhaitons accentuer notre présence sur le secteur toulousain », espère Thierry Ségouffin. Ce grand bassin de consommation est en effet à proximité du département, mais la concurrence dans les rayons lait UHT est intense. « Nous mettons à présent plus en avant notre origine pyrénéenne, que le seul département. Nous possédons aussi l’estampille Sud de France, un atout pour étendre notre périmètre. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Une action de relevé de prix en supermarché. L'objectif est de faire passer des hausses de prix des produits laitiers et qu'elles soient répercutées aux producteurs.
Prix du lait : Les éleveurs français s'impatientent
Avec 428,5 €/1000 l pour Lactalis de prix de base en 38/32 sur juin-juillet-août en moyenne nationale et environ 415 € de prix…
Stéphane Luet, éleveur dans le Maine-et-Loire. " Depuis début juillet, les laitières sont passées à 100 % en ration hivernale. Les génisses et les vaches taries ont commencé à être complémentées depuis mi- juin, soit trois semaines plus tôt que d'habitude."
« Je m’attends à un hiver compliqué pour produire du lait »
Installé à Noyant la Gravoyère dans le Maine-et-Loire sur un élevage de 75 Prim'Holstein à 8500 litres, Stéphane Luet n'avait…
Les betteraves fourragères sont majoritairement mélangées à de la paille, du foin ou de l’ensilage de maïs.
Les éleveurs laitiers sont de plus en plus séduits par la betterave fourragère
La betterave fourragère assure une sécurité alimentaire à l’élevage, tant en volume qu’en valeur nutritionnelle. Quelle que soit…
Bien s’organiser et surveiller les paramètres importants sont essentiels pour réussir l’ensilage de maïs.
Reprendre la main sur ses ensilages de maïs
Alors que réussir son ensilage du maïs est crucial pour de nombreux éleveurs laitiers, des plannings établis trop longtemps à l’…
Dans les conditions climatiques actuelles, de nombreux chantiers de récoltes de maïs commenceront avant le 15 août.
Les récoltes de maïs fourrage ont déjà commencé
Les premiers chantiers d’ensilage de maïs fourrage ont déjà débuté.
En aménageant une ancienne grange en escape game, Romain Soucaze entend attirer un nouveau public sur sa ferme où il vend du lait cru et du beurre.
Un escape game à la ferme
Enfermés dans une ancienne grange, les visiteurs de la ferme « Chez Sancet » découvriront au fil des énigmes la tradition…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière