Aller au contenu principal

Blanc des Pyrénées : une initiative de producteurs pour sauvegarder leur filière laitière

Forte de son ancrage local, la marque de producteurs Blanc des Pyrénées a commercialisé en 2021 un million de briques de lait UHT demi-écrémé dans le Sud-Ouest.

Les éleveurs de la marque Blanc des Pyrénées réalisent eux-mêmes des animations en magasin.
Les éleveurs de la marque Blanc des Pyrénées réalisent eux-mêmes des animations en magasin.
© SAS Lait Fleurs de Bigorre

Face à la perte inquiétante de fermes laitières en Hautes-Pyrénées, une poignée d’éleveurs, accompagnée par la chambre d’agriculture, a conduit une réflexion sur des solutions de valorisation de leur lait. Début 2018, le groupe a proposé aux laiteries, collectant dans le département, un projet de diversification, nécessitant de dérouter une partie de la référence de leurs producteurs. Seules les entreprises Danone et Savencia ont donné leur accord. Ainsi les exploitants de quinze fermes, réparties dans tout le département, ont fondé la SAS Lait Fleurs de Bigorre en juin 2018. Une première brique estampillée Blanc des Pyrénées a été commercialisée en janvier 2019.

Dès la première année, quelque 600 000 briques de lait ont été commercialisées, soit environ 10 % de la production des adhérents. L’effet Covid, avec l’appétence pour le local, a boosté les ventes en 2020 permettant deux collectes par mois, soit 20 % du volume des producteurs. En 2021, un million de litres ont été valorisés. « Nous projetons de terminer 2022 avec une valorisation de 25 % du volume annuel de nos producteurs », affirme Thierry Ségouffin, président de la SAS Lait Fleurs de Bigorre.

 

 
Cette brique de lait permet de valoriser, à 400 euros pour 1 000 litres, 20 % de la production des adhérents.
Cette brique de lait permet de valoriser, à 400 euros pour 1 000 litres, 20 % de la production des adhérents. © SAS Lait Fleurs de Bigorre

 

Le lait collecté lors d’une tournée spécifique est rémunéré directement par la SAS qui reste propriétaire du lait de la collecte à la distribution. « Nous avons démarré avec une rémunération de 380 euros pour 1 000 litres, pour atteindre 400 euros en 2021 ». Cette valorisation est permise grâce à un prix de vente de la brique soutenu, entre 0,99 et 1,10 euro. « En grande surface, nous sommes plus chers que le bio. L’engouement des consommateurs pour les produits locaux nous permet cette plus-value. »

Les ventes ont doublé en trois ans

Afin de proposer un lait local, équitable et de qualité, la SAS a mis en place un cahier des charges basé sur une alimentation sans OGM et un minimum de 20 % d’herbe dans la ration annuelle, sous forme de pâturage, de foin, d’ensilage ou d’enrubannage. Le meilleur argument de vente est la présence des producteurs dans les magasins. « Nous avons introduit dans le cahier des charges l’obligation pour tous de réaliser des animations en magasin. Nous en avons organisé plus d’une centaine en 2019, ce qui a permis de nous implanter durablement dans nos points de vente. »

Aujourd’hui, la SAS ne cherche pas de nouveaux producteurs, car son objectif est d’accroître la part du lait valorisée par la marque. « L’idéal serait d’atteindre 75 000 litres par collecte, afin de remplir trois semi-remorques. Pour pérenniser notre démarche et sécuriser nos points de collecte, notre challenge de demain est le renouvellement des producteurs qui partent en retraite. »

« Nous devions nous prendre en main pour freiner l’hémorragie du lait en Hautes-Pyrénées ! » Thierry Ségouffin, président de la SAS Lait Fleurs de Bigorre

Étendre le périmètre local pour toucher plus de consommateurs

La brique Blanc des Pyrénées est commercialisée dans près de 130 points de vente, magasins de la grande distribution comme boutiques de produits locaux, situés à 80 % dans le département des Hautes-Pyrénées. « Nous souhaitons accentuer notre présence sur le secteur toulousain », espère Thierry Ségouffin. Ce grand bassin de consommation est en effet à proximité du département, mais la concurrence dans les rayons lait UHT est intense. « Nous mettons à présent plus en avant notre origine pyrénéenne, que le seul département. Nous possédons aussi l’estampille Sud de France, un atout pour étendre notre périmètre. »

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière