Aller au contenu principal

« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »

L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée. Simplicité et actions préventives sur les animaux sont les deux facteurs de réussite.

Le chemin d’accès à l’EARL Les chapelles traverse les prairies accessibles aux vaches et aux génisses. En cette fin novembre, les animaux sont dehors et pâturent une herbe grasse. « Dans notre secteur, les terres ont un très bon potentiel (maïs fourrage à 18 tMS/ha). Avec l’agrandissement des troupeaux et la concurrence des grandes cultures, peu d’éleveurs laitiers font encore sortir autant leurs vaches laitières », pointent Béatrice et Olivier Piron, les deux associés de l’EARL Les chapelles, à Irodouër, en Ille-et-Vilaine. Pourtant, ne vous y trompez pas : le système de l’EARL est intensif avec du maïs toute l’année.

L'herbe est pour l'essentiel pâturée par les vaches traites, les génisses de plus de 12 mois, et les taries qui ont une parcelle pauvre en trèfle et un apport d'ensilage de maïs. Seuls quelques débrayages au printemps produisent du foin, qui est donné aux génisses. © C. Pruilh

Une ration tout maïs ensilage

Béatrice et Olivier Piron ont voulu un système très simple et efficace. Les 49 vaches laitières reçoivent toute l’année une ration semi-complète calée pour une production de 30 kilos de lait par vache, dont les quantités distribuées changent en fonction de la pousse de l’herbe. Elle contient de l’ensilage de maïs et un correcteur mixte tourteau de soja et colza (70-30) dont la proportion varie en fonction de la pousse de l’herbe. Au printemps, les tourteaux sont tannés. « Le potentiel génétique des animaux fait que cette ration permet de produire 33 kilos de lait en définitive », estiment les éleveurs.

Pour les vaches en début de lactation et les vaches à forte persistance (à plus de 30 kg), « il y a une complémentation individuelle pour valoriser leur potentiel. Elle est uniquement composée du correcteur azoté, car, avec cette ration tout maïs, c’est surtout la protéine qui est limitante pour aller chercher quelques litres de plus. »

Le maïs ensilage est distribué toute l'année. En octobre, la ration se composait d'environ 1 kg MS d'herbe pâturée par vache, 18 kg MS/VL de maïs ensilage 2021, avec 3,8 kg de tourteaux dans la ration de base et jusqu'à 2 kg de complémentation individuelle amenée à l'auge aux plus productives. La taille réduite du cheptel permet de se passer de DAC. © C. Pruilh

Sophie Auvé, conseillère d’entreprise Eilyps, vérifie régulièrement que la ration reste bien équilibrée en fonction de l’évolution du maïs dans le temps et des transitions avec le pâturage, ce qui est fondamental avec des hautes productrices. « En période de transition, je pilote la quantité de maïs en fonction de la production laitière et de l’évolution des taux », précise l’éleveur.

Un petit troupeau pour mieux le suivre

Les éleveurs connaissent le nom de chaque vache. Ils prennent le temps d’observer tous les animaux et les champs. Ici, pas de caméra de surveillance, ni de capteurs, ni d’échographie : les quatre yeux aiguisés des éleveurs font le travail. « Nous appelons rarement le vétérinaire. Quand il se déplace, c’est que nous n’avons pas pu intervenir nous-mêmes », ajoutent les éleveurs.

« Mon expérience m’a montré que le manque de surveillance coûte cher. Quand un problème est détecté et que l’on intervient précocément sur une vache, cela coûte moins cher que de réparer les dégâts par la suite. Alors, nous observons les animaux et les bouses. J’écoute la caillette. Nous prenons la température, etc. », raconte Oliver Piron.

Du préventif, encore plus avec le maïs très sec

L'ensilage de cette année étant très sec, il a été mouillé pour stimuler l'ingestion, avec 3 litres d'eau. « Avec les maïs de cette année, on peut monter jusque 5-6 litres d’eau par vache », souligne Sophie Auvé. © C. Pruilh

En préventif, les éleveurs réalisent une purge du foie avec un hépato-draineur une à deux fois par an, en début de ration hivernale et parfois en sortie d’hiver, du fait d’une alimentation hivernale très riche en maïs. Cet hiver, avec des maïs très secs, les éleveurs ajoutent 50 grammes de levures vivantes par vache et par jour pour aider les papilles du rumen et l’équilibre de la flore du rumen.

De bons résultats de reproduction en découlent

Au vêlage, Béatrice et Olivier Piron surveillent de près la délivrance. « Au moindre soupçon et après un vêlage difficile, pour éviter une métrite et faciliter l’involution utérine, nous donnons un produit à base d’oligo-éléments, de vitamine E et d’extraits de plantes. Cela suffit en général à éviter d’en arriver à l’antibiotique, qui va perturber la flore du système digestif. Nous apportons également du propylène glycol si le TP est inférieur à 28-29 et qu’il y a un écart trop important entre le TP et le TB (indicateur d’acétonémie). »

Un tarissement court et un IVV court

L’intervalle vêlage-vêlage est très bon : il est passé de 379 à 373 jours ces trois dernières années, avec un choix de tarissement court de 45 jours. « C’est une différence importante par rapport à la moyenne du groupe (399 jours sur 2021-2022), pointe Sophie Auvé. C’est un avantage pour la performance laitière de l’EARL. »

Peu de charges de structure

L’EARL fait très attention aux investissements. La stabulation en aire paillée date de 1981 et n’a pas connu d’agrandissement. Après l’installation de Béatrice en 2014, le volume de lait est passé de 275 000 à 454 800 litres. Les génisses ont quitté la stabulation des vaches et ont été logées dans un nouveau bâtiment. La salle de traite est passée de 2x4 à 2x5. « Nous avons trouvé une salle de traite d’occasion et ajouté le décrochage automatique. »

Côté matériel, l’EARL en a peu en propriété. « Nous en avons eu de moins en moins, au fur et à mesure que la Cuma a grossi, et aujourd’hui elle fonctionne bien. » L’ETA se charge de l’ensilage et de la moisson. Béatrice et Olivier Piron préfèrent investir là où il y a un retour sur investissement, et plutôt dans le sol que dans les bâtiments et le matériel. « Car le sol est à la base de tout système agricole vivant. »

L’objectif du couple est de dégager du revenu et du temps libre. « Nous prenons une semaine de congé par an en été. Nous faisons en sorte qu’il n’y ait pas de vêlage à ce moment-là. Nous nous libérons aussi certains week-ends. »

Peu d’espoir de transmettre en lait

Les enfants du couple ne reprendront pas l’exploitation. Olivier et Béatrice ne cherchent pas à installer de nouveaux éleveurs. « Nous avons investi dans notre maison d’habitation, dont nous savons que la vente nous apportera une plus-value. Par contre, les bâtiments d’élevage, c’est beaucoup moins sûr ! Dans notre coin, très peu de jeunes cherchent à s’installer en bovin lait. En revanche, il y a toujours des gens intéressés par la terre. »

Fiche élevage

2 UMO

49 vaches laitières prim’Holstein (58 %), pie rouge des plaines (40 %) et montbéliardes (2 %).

63 UGB

10 500 l/VL/an

68,5 ha de SAU, dont 34 ha de cultures de vente (blé et colza), 18 ha de maïs fourrage, 14 ha de prairies accessibles par les vaches traites et les taries, et 2,5 ha de prairies pour les génisses

Avis d'expert : Sophie Auvé, conseillère d’entreprise Eilyps

« La force du duo maïs et herbe pâturée »

Sophie Auvé, conseillère d'entreprise Eilyps © C. Pruilh
« L’atelier lait de l’EARL est plus petit que la moyenne du groupe Eilyps «]]>troupeau mixte]]>» (103 élevages) - 49 versus 97 vaches - pour le même nombre d’unités de main-d’œuvre, soit 2. Cela permet aux éleveurs d’avoir le temps d’observer les animaux et d’anticiper les problèmes, et leur permet d’atteindre une forte productivité des animaux avec des frais vétérinaires et de reproduction réduits.

La force de cet atelier lait est sa simplicité, avec une ration tout maïs et herbe. L’EARL parvient à maîtriser ses coûts alimentaires par une valorisation de l’herbe pâturée plutôt que récoltée, et par une utilisation au plus juste du correcteur azoté. »

 

Le soin apporté au sol est la base de tout

Le maïs est fertilisé et amendé avec le fumier de l’EARL, du lisier de porc fourni en plan d’épandage par un voisin, et avec des biostimulants (extraits d’algues et/ou de plantes, microorganismes…).

Les prairies reçoivent les eaux de lavage de la salle de traite, et tous les deux ans, des amendements calciques. Une année sur six, de la chaux vive et du lithotamme (1 t/ha) sont épandus. La chaux vive «]]>nettoie]]>» les sols des bactéries, moisissures et parasites (strongle, douve…), et améliore la minéralisation de la matière organique. Deux ans plus tard, « je mets du carbonate de calcium (1,2 t/ha). Puis encore deux ans plus tard, j’épands des scories potassiques (calcium, potassium, phosphore, magnésium, manganèse…) », détaille Olivier Piron.

« Mon expérience des biostimulants sur prairie et cultures me fait dire qu’il y a un effet : une meilleure exploration du sol par les racines, des rendements, des valeurs et des repousses d’herbe meilleurs. »

Ainsi, cet investissement est rentabilisé pour l’EARL. « Le poste engrais s’élève à 153 €/ha de prairie, ce qui est élevé. Mais ramené à la tonne de matière sèche et au point de MAT, ce coût rejoint la moyenne d’un groupe équivalent Cerfrance », chiffre Arnaud Frin, responsable économie système Eilyps.

 

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière