Aller au contenu principal

Arvalis: Bilan contrasté pour la récolte de maïs fourrage 2020

2020 aura été une année culturale difficile. D'après le bilan de campagne dressé par Arvalis mi-novembre, à l’Ouest, le maïs s’en sort plutôt bien. La situation est moins positive à l’Est de la France.

© Arvalis

Sèche et chaude, 2020 a mis à rude épreuve les cultures. Pourtant le maïs ne s’en sort pas si mal. En moyenne nationale, les rendements sont corrects, à 11,9 tonnes de MS, contre 12,4 t pour la moyenne des cinq dernières années (données Agreste-Arvalis). « C’est meilleur que ce qu’on pensait au 1er août, reconnait Michel Moquet, spécialiste du maïs fourrage pour Arvalis. Moins de températures très hautes et un retour des pluies sur la deuxième quinzaine d’août ont limité la casse ».

Néanmoins, il y a une grande variabilité entre régions, de 5 à 6 tonnes de MS à 18/20 tonnes, avec une fracture Ouest/Est. La bordure maritime Ouest et Nord a été relativement épargnée par les stress hydriques et les rendements y sont corrects. Alors que le déficit hydrique autour de la floraison a été plus marqué dans le Centre et le Nord-Est, avec un impact fort sur le nombre de grains et une très forte hétérogénéité de rendement. Comme il n’y a pas eu de retour significatif des pluies en août et septembre, le remplissage des grains a été moins bon, alors que le taux de matière sèche a progressé rapidement, plutôt par dessication que maturation physiologique.

Arvalis a chiffré les variations de rendement par rapport à 2019 à -17% en Rhône Alpes, -14% en Bourgogne Franche Comté, -5% en basse-Normandie mais +1% en Bretagne et +4% dans les Pays de la Loire.

Un cru correct à l'Ouest, très hétérogène du Centre à l'Est

En terme de valeur alimentaire, le cru 2020 s’en sort aussi plutôt mieux que ce que l’on craignait mais toujours avec de fortes disparités régionales. « L’ensilage 2020 est très proche de celui de l’an dernier, il y a juste un peu moins d’amidon », synthétise Hugues Chauveau Arvalis a chiffré les variations de rendement par rapport à 2019 à -17% en Rhône Alpes, -14% en Bourgogne Franche Comté, -5% en basse-Normandie mais +1% en Bretagne et +4% dans les Pays de la Loire.

, ingénieur valorisation des fourrages chez Arvalis. Les récoltes se sont passées dans de bonnes conditions. « On arrive à une moyenne nationale de 33,5% de matière sèche, détaille l’ingénieur. Mais dans 37% des chantiers, le maïs avait une teneur supérieure à 35%. C’était souvent le cas dans le Centre et l’Est. Ces plantes desséchées donnent des silos difficiles à tasser, donc à conserver ».

Si la teneur en MAT est équivalente à celle de 2019, en moyenne 7,5%, elle est influencée par un effet rendement. « Un bon rendement a tendance à diluer le taux de matières azotées, explique Hugues Chauveau. Dans la zone « bord de Manche », les rendements sont plutôt élevés mais le taux MAT est à 7%. Dans le Centre et l’Est, les rendements sont moins bons mais les MAT sont supérieures d’un point ».

Moins riches en amidon mais plus digestibles

Comme la floraison a eu lieu à une période sèche, les maïs sont moins riches en amidon, 28,3% contre 30% en 2019. « Mais la digestibilité est plutôt bonne avec 53% dNDF. Les dates de récolte précoces ont permis des maïs moins lignifiés donc plus digestibles, explique Hugues Chauveau. Cette année a encore montré que des maïs stressés lignifient moins. Il y a certes moins de rendement mais une meilleure digestibilité des fibres ».

Rendu auge, cela donne un maïs avec une valeur moyenne de 0,91 UFL/kg MS, soit 0,01 de moins qu’en 2019. «Cette moyenne cache une forte hétérogénéité, prévient Hugues Chauveau. Il y a quand même un tiers des maïs à moins de 0,9 UFL. Dans certains secteurs du Centre et de l’Est, la baisse de rendement et de qualité aboutit à une production d’UFL par hectare divisé par deux ».

En sortie de silo, les éleveurs devront faire avec des maïs moins riches en énergie et plus encombrants. « Pour une ration avec 12 kg MS d’ensilage de maïs, ça représente 0,23 UFL de moins par jour, soit ½ kilo de lait perdu », prévient l’ingénieur. L’ajustement de la complémentation sera crucial.

rendement maïs

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Raphaël Legendre, un des deux associés du Gaec. « Nous voulions un bâtiment lumineux, bien ventilé et permettant d’intervenir seul sur les animaux. » © F. Mechekour
Troupeau laitier : « Le bâtiment circulaire permet d’intervenir seul »
Dans la Manche, le Gaec du Gard a opté pour un bâtiment très original. Circulaire et ouvert sur 360°, son aménagement intérieur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière