Aller au contenu principal

Management : Anticiper et organiser le travail

Ce n’est pas forcément évident de s’improviser employeur. Pour Antoine Thibaut, cela exige une bonne communication, de l’anticipation et de la flexibilité.

Marianne, salariée et Antoine Thibault qui l'emploie depuis six ans forment un bon binôme. © E. Bignon
Marianne, salariée et Antoine Thibault qui l'emploie depuis six ans forment un bon binôme.
© E. Bignon

« Au début avec ma salariée, j’étais un peu désorienté en début de journée car il me fallait planifier le travail. Or, ce n’était pas un réflexe, avance Antoine Thibaut, éleveur qui emploie Marianne depuis six ans à Cintray dans l’Eure. Cela nécessite un effort d’anticipation pour réfléchir à comment utiliser le temps disponible à bon escient, comment prioriser les différentes tâches, etc. »

Si leur relation éleveur-salarié marche bien, c’est notamment parce qu’ils ont appris à connaître leur mode de fonctionnement mutuel. « Antoine sait que je n’aime pas avoir quelqu’un sur le dos, ni qu’on me mette la pression », indique Marianne. « Et moi, je sais que si j’ai deux ou trois remarques sur tel ou tel point qui cloche, j’ai de bonnes chances de voir ma prime du mois s’envoler ! », poursuit-elle avec un sourire espiègle. Sa rémunération s’élève à 110 % du Smic, auquel s’ajoute une prime de 100 euros par mois à la qualité. « Je le vois plus comme un malus en cas de relâchement temporaire », considère Antoine qui a également instauré une prime annuelle, fonction de l’EBE (un demi-salaire si l’EBE est compris entre 60 000 et 80 000 €, et un salaire complet au-delà).

« Être producteur laitier tout seul, c’est du sport ! »

En termes de communication, « je n’attends pas si j’ai quelque chose à lui dire, souligne l’éleveur. Et puis, il y a ce dont il faut parler et la façon de se le dire. C’est encore plus vrai avec un salarié car il peut partir du jour au lendemain… »  La flexibilité d’un côté comme de l’autre compte aussi beaucoup. « Pour s’entendre, il n'y a pas de secret, chacun doit mettre de l’eau dans son vin », enchaîne Marianne du tac au tac. L’éleveur insiste enfin sur la nécessité d’anticiper les absences, comme lors du récent congé maternité de Marianne. « Elle m’a prévenu dès son troisième mois de grossesse et j’ai ainsi pu m’organiser. Il m’est déjà arrivé de me retrouver tout seul du jour au lendemain, pendant un mois et demi, à enchaîner 60 à 65 heures par semaine, et là c’est vraiment sportif ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-François et Olivier Glinec, avec Groupie, croisée montbéliarde de 11 ans, fille de la doyenne du troupeau de 16 ans.
« Nos vaches font en moyenne 7,5 lactations »
Dans le Finistère, avec un système très économe, le troupeau du Gaec de Trevarn bat tous les records de longévité. Si le niveau d…
Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour
Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques…
Un nouvel essai est actuellement en cours à Derval sur une vingtaine de génisses de première année pour mesurer s'il y a un gain de temps de travail avec la clôture virtuelle.
« Nous avons testé les clôtures virtuelles sur les génisses »
La ferme expérimentale de Derval a expérimenté à l’automne 2020 et au printemps 2021 les clôtures virtuelles Nofence sur une…
Les niches avec courettes sont une solutions pour se conformer au nouveau règlement bio.
En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés
Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé…
Suite au passage à la méthode Single Step, les éleveurs devront modifier leurs critères de choix de taureaux.
Sélection génétique : Avec la nouvelle méthode Single Step, un taureau montbéliard sur deux sort du Top 100 en lait
En montbéliarde, le lait et la longévité sont les caractères les plus impactés par le passage au Single Step. Il faudra en tenir…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière