Aller au contenu principal

Alimentation animale : l’énergie pèse sur le prix des minéraux

Le marché des compléments minéraux et vitaminiques connaît des tensions mais le risque de pénurie est écarté.

Même s’ils représentent peu en poids dans la ration, entre 200 et 300 g par jour, les minéraux sont indispensables pour équilibrer une ration.
Même s’ils représentent peu en poids dans la ration, entre 200 et 300 g par jour, les minéraux sont indispensables pour équilibrer une ration.
© Réussir

La complémentation minérale et vitaminique n’échappe pas au contexte actuel de hausse des prix des matières premières. « Les approvisionnements en minéraux se font sur des marchés mondialisés », présente Yves Reneaume, vice-président de l’Afca, l’association des fabricants de compléments et fournisseurs d’additifs et ingrédients fonctionnels pour l’alimentation animale. « Leurs procédés de fabrication sont énergivores. Donc leur prix a été impacté par la hausse du prix de l’énergie. »

Moins d’offre pour le phosphore

C’est particulièrement marqué pour le phosphore. « Avant la hausse des prix de l’énergie, sur la période 2018-2019, le phosphore avait augmenté du fait de la raréfaction de l’offre suite à la faillite d’un des gros acteurs européens, rappelle Michel Layus, président de l’Afca. La fermeture des approvisionnements russes, la concurrence actuelle avec les engrais ont renforcé les tensions autour des phosphates. »

Il y a également de fortes hausses sur le cours du magnésium, car le processus de fabrication de la magnésie calcinée demande beaucoup d’énergie. C’est la même chose pour le sodium et le calcium, alors même que la matière première brute est peu chère et disponible.

Pour les oligoéléments et les vitamines, il n’y a pas de risque de pénurie mais les cours sont plus fluctuants. « Pour nos approvisionnements, nous sommes très dépendants de l’Asie, explique Michel Layus. Plus que le coût de fabrication, c’est le prix du transport maritime, voire les difficultés d’acheminement comme pendant le Covid, qui vont avoir des répercussions sur les cours. »

Réfléchir à produire en Europe

Malgré ces tensions sur les prix, les éleveurs n’ont pas à craindre de rupture d’approvisionnement pour la complémentation minérale et vitaminique de leurs animaux. Néanmoins, entre la crise sanitaire et les tensions géopolitiques actuelles, la mondialisation des approvisionnements interroge. « Les difficultés rencontrées pendant la crise du Covid ont remis en avant le sujet de la relocalisation, reconnaît Michel Layus. Il trouve un écho dans la volonté de nos entreprises d’intégrer plus de durabilité, de naturalité, de lien nutrition-santé, de réduire leur empreinte carbone. »

Des vitamines extraites de végétaux encore trop coûteuses

Pour le complexe minéral (phosphore, calcium, magnésium), l’approvisionnement en matière première est majoritairement européen. Pour les oligoéléments, zinc, cuivre, manganèse, comme pour les vitamines, une majorité de la fabrication est faite en Asie. D’autres sources d’approvisionnement sont étudiées, par exemple des vitamines extraites de végétaux. Leur coût est encore prohibitif.

S’il serait pertinent de relocaliser la production en Europe, le contexte énergétique vient compliquer la réflexion. Les process d’extraction et de fabrication des minéraux sont très énergivores. Or, actuellement, la Chine est beaucoup moins impactée que l’Europe par la hausse de l’énergie. « Cela améliore la compétitivité des fabrications chinoises, admet Michel Layus. Comme nos industries n’arriveront pas à produire au même coût, c’est un choix politique qui doit être fait à l’échelle européenne pour savoir si on veut relocaliser certaines fabrications, et comment. En attendant, les entreprises développent des alternatives et innovent. Ces nouvelles solutions sont de développement européen. »

À retenir

Les minéraux majeurs dont ont besoin les bovins sont : calcium, phosphore, magnésium, potassium, sodium, soufre.

S’y ajoutent des oligoéléments importants : cuivre, zinc, manganèse, iode, cobalt, sélénium.

La complémentation comprend aussi les vitamines essentielles A, D3 et E.

Maintenir la couverture des besoins

Pour alléger le coût de sa ration, il pourrait être tentant de diminuer la complémentation minérale. Mais « il faut toujours veiller à bien couvrir les besoins de ses animaux, car un déficit aura des conséquences à long terme sur la production, la reproduction et la santé », rappelle Romain Marie, responsable de projets stratégiques chez Néolait. Pour être sûr d’apporter la juste dose, il faut commencer par analyser l’ensemble de ses fourrages et calculer les apports en minéraux dans la ration. « Depuis 2016, nous proposons des minéraux formulés sur mesure pour complémenter parfaitement les fourrages de l’exploitation », témoigne Romain Marie. Les fabricants adaptent en permanence leur recette pour proposer le meilleur rapport efficacité/coût. Ils travaillent également sur la digestibilité et l’assimilabilité des minéraux pour que ce qui est apporté soit pleinement valorisé par l’animal.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière