Aller au contenu principal

Agrial travaille son référentiel pour le lait bio

La coopérative comptait 294 exploitations bio fin 2019, pour 100 millions de litres de lait collectés, soit 340 000 litres par exploitation en moyenne. Agrial travaille un plan protéine origine France.

Bruno Martel, président du Conseil métier lait de vache biologique chez Agrial. « La ferme laitière bio française actuelle correspond déjà bien aux attentes des consommateurs. » © Agrial
Bruno Martel, président du Conseil métier lait de vache biologique chez Agrial. « La ferme laitière bio française actuelle correspond déjà bien aux attentes des consommateurs. »
© Agrial

La particularité d'Eurial est d'être la branche lait d'Agrial, coopérative polyvalente fabriquant aussi de l'aliment du bétail. « L'objectif de la coopérative est d'étoffer pour l'hiver prochain une gamme complète d'aliments du bétail et de matières premières 100 % françaises, notamment protéiques, à des tarifs compétitifs, indique Bruno Martel, président du Conseil métier lait de vache biologique chez Agrial. En lait de vache bio, on a encore une dépendance au soja bio importé (origine Europe et Asie). »

Bruno Martel estime que « la ferme laitière bio française actuelle correspond déjà bien aux attentes des consommateurs. Il faut donc rester sur un modèle de ferme familiale de 50 à 60 vaches en moyenne, avec des troupeaux de 100 à 150 vaches maximum. Avec beaucoup d'herbe pâturée ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Xavier (à gauche) et Estelle, avec leur salarié, Florian Caillaud, et les enfants du couple, Agathe et Arthur. « Nous cherchons à augmenter la production sans dégrader le coût de production, mais nous investissons aussi régulièrement pour avoir un outil fonctionnel, agréable et transmissible. »
« Notre système compense le faible potentiel fourrager de nos terres »
Le Gaec Beneteaud, en Charente-Maritime, a misé sur un système intensif à base de maïs et ray-grass italien pour compenser le…
Dans le dispositif en bandes de la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre, le semis sous couvert de méteil d’automne est l'itinéraire qui a le mieux fonctionné.
Deux pistes prometteuses pour rénover une prairie sans glyphosate et sans labour
Semis sous couvert de méteil d’automne ou après un colza fourrager de fin de printemps sont deux itinéraires techniques…
Le prix du lait français toujours distancé
Les prix du lait en Allemagne, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis... sont plus élevés qu'en France. Un écart qui s'est creusé…
Un nouvel essai est actuellement en cours à Derval sur une vingtaine de génisses de première année pour mesurer s'il y a un gain de temps de travail avec la clôture virtuelle.
« Nous avons testé les clôtures virtuelles sur les génisses »
La ferme expérimentale de Derval a expérimenté à l’automne 2020 et au printemps 2021 les clôtures virtuelles Nofence sur une…
Les niches avec courettes sont une solutions pour se conformer au nouveau règlement bio.
En bio, ils ont trouvé des solutions pour faire sortir leurs veaux non sevrés
Installation de niches collectives ou ouverture vers l’extérieur de la nurserie, deux élevages de Loire-Atlantique ont réalisé…
Les tensions sur l'offre font craindre de nouvelles restrictions d'exportation, après celles de l'Inde sur le blé et de l'Indonésie sur l'huile de palme. Elles auraient pour effet de renforcer la volatilité des marchés.
L'offre peine à suivre la demande, pour l'instant
Céréales, lait... Peu de matières premières agricoles échappent au déséquilibre actuel offre/demande. Un déséquilibre qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière