Aller au contenu principal

80 % des vaches laitières françaises pâturent plus de 10 ares mais…

Dans les troupeaux de plus de 100 vaches, la proportion de vaches disposant de plus de 10 ares tombe à 60 %, avec de forts écarts suivant les régions.

© A. Conte
Missing élément de média.

D’après l’enquête structure d’Agreste 2016, 92 % des vaches en lactation sortent, c’est 2 % de moins qu’en 2008. Et 80 % des vaches pâturent plus de 10 ares, contre 88 % huit ans plus tôt. L’évolution est plus nette si l’on s’intéresse à la proportion de vaches qui dispose au moins d’une surface de 20 ares par vache : celle-ci descend de 72 % en 2008 à 60 % en 2016. « Ce mouvement est à relier à la forte croissance des exploitations et à l’évolution du nombre de troupeaux de plus de 100 vaches qui a été multiplié par trois entre 2008 et 2016 (1) », souligne Christophe Perrot de l’institut de l’élevage

stats

.

Chez les plus de 100 vaches: 16% des vaches en zéropâturage

L’effet taille du troupeau joue beaucoup : à partir de 100 vaches, c’est net, le pourcentage de vaches pâturant plus de 10 ares décroche. En 2016, il est de 61 % contre 80 % pour les 75 à 100 vaches, 87 % pour les 50-75 vaches et jusqu’à 94 % pour les moins de 50 vaches. « Le pourcentage de vaches pâturant plus de 10 ares dans les troupeaux de plus de 100 vaches était plus fort en 2008 (71 %). Cette baisse de 10 % s’explique par l’apparition de troupeaux encore plus grands et encore moins pâturants : on compte fin 2018, 1 700 troupeaux de plus de 150 vaches, six fois plus qu’en 2008. Elle s’explique aussi par la possibilité d‘augmenter davantage le cheptel que les surfaces durant la période de sortie progressive des quotas. »

La proportion de vaches en lacatation en zéro pâturage est aussi plus importante pour les grands troupeaux: 16% pour les plus de 100 vaches contre 8% chez les 75-100 vaches, 5% chez les 50-75 vaches et seulement 5% chez les moins de 50 vaches.

Garder cet atout pâturage par rapport aux autres pays

Mais il existe des zones où cet effet taille est modéré comme le montre le tableau ci-contre : le pourcentage de vaches pâturant plus de 10 ares, dans les troupeaux de plus de 100 vaches, varie de 30 % à 92 %. « C’est surtout dans les zones de polyculture élevage que la pratique du pâturage régresse avec la taille, et en particulier dans les zones peu favorables à la pousse de l’herbe (Sud-Ouest) ou dans des zones intensives à potentiel agronomique fort (Hauts de France, Somme, Oise, Aisne). À l’inverse, dans les zones avec une place des prairies permanentes très importante (montagnes herbagères, zones herbagères de plaine ou mixte type Basse-Normandie), la pratique régresse peu avec la taille. La Bretagne Pays de Loire, les piémonts et l’Est du Massif central sont en position intermédiaire. »

Le pâturage reste un grand atout de l’élevage français vis-à-vis de nos voisins européens, si l’on met de côté l’Irlande et le Royaume-Uni. « Les Pays-Bas avec Friesland Campina ont su réagir et stopper le déclin en sensibilisant leurs éleveurs au fait que les consommateurs voulaient voir les vaches sortir. C’est le cas dans 3 élevages sur 4. Leur lait de pâturage (120 jours, 6 h par jour, pas de surface minimum) est opportuniste, mais ils le vendent et versent aux éleveurs le plus souvent 15 €/1 000 litres. » L’Allemagne essaie de remonter la pente : « officiellement 4 vaches sur 10 pâtureraient mais elle part de bas excepté dans quelques zones. Les grands élevages du Nord à plusieurs centaines de vaches et 11 000 litres/vache qui ont beaucoup de mal à trouver des salariés, ne sont pas prêts à baisser leur niveau de production et à augmenter la charge de travail en pâturant. Tandis que les petits élevages du Sud, majoritairement en étables entravées et traditionnellement sans sortie des vaches sont sous la pression des distributeurs, des citoyens et du gouvernement fédéral ». Et Christophe Perrot de conclure : « il semble prudent et opportun de ne pas dégrader le pâturage, de chercher à le réconcilier avec le modèle de croissance qui prédomine aujourd’hui ».

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière