Aller au contenu principal

Assemblée générale Anvol
Volailles : conserver la cohérence entre rêve du citoyen et achats du consommateur

Lors de son assemblée générale d’Angers, jeudi 8 juillet, l’interprofession des volailles de chair Anvol a creusé la question des modes d’élevage car si le poulet sort des bâtiments, il coûte plus cher notamment car il mange plus et plus longtemps…

© Danganhfoto (Pixabay)

Avec 2 % de Bio, 18% de Label Rouge, 6% de certifié, 16% de standard ++ et 49% de standard sans oublier les 8% de poulet export, la production française de poulet de chair est déjà bien segmentée. « Mais, explique Anne Richard (directrice d’Anvol,) lors de l’Ag de l’interprofession de la volaille de chair, jeudi 8 juillet, la segmentation est en forte évolution depuis dix ans et pour de nombreuses années encore ».

Elle illustre ce constat avec les résultats d’une étude réalisée l’institut technique, l’Itavi : en 2030, le bio pourrait atteindre 5% et le poulet export rester assez stable vers 7% mais tout le corps des rayons serait chamboulé avec une grande porosité entre segments : continuité entre Label Rouge et certifiés sortant à l’extérieur (european chicken commitment) qui pèseraient un quart de la production, modes de productions intermédiaires avec le certifié qui ne sort pas (29%) et une montée en gamme du standard (lumière dans les bâtiments et moindre densité) pour les 34% restant.

Anne Richard  directrice de l’anvol
Anne Richard directrice de l’anvol montre les resultats de l’étude Itavi sur la segmentation des poulets de chair.

Avec son AG consacrée aux modes d’élevages et aux pressions des ONG dans différents pays de l’UE, Pays-Bas et en Pologne notamment, l’Anvol a fait passer plusieurs messages dont un oui aux évolutions des modes d’élevage mais un non aux pressions des activistes dont l’agenda porte avant tout la suppression de toutes les formes d’élevage. Le choix des professionnels est de monter en puissance grâce à des prises de paroles de fond (communication positive) et des réactions préparées et rapides lors d’attaques ciblées.

Laisser le choix aux consommateurs

En France comme en Pologne, les acteurs des filières ne souhaitent pas que le modèle retenu aux Pays-Bas se généralisent : chez nos partenaires hollandais, toute la distribution a en effet signé pour que d’ici 2023, au pire 2025, toutes les volailles soient produites dans un standard + (1 étoile). « Comme on l’a déjà vu en 2014/2015 lors du passage aux volailles à croissance lente, si le consommateur n’a pas le choix, il paiera plus sans se détourner de la volaille », estime pourtant Mark L. Den Hartog, secrétaire général de l’association néerlandaise des abattoirs de volailles (Nepluvi).

Mais tant Gilles Huttepain (président de la FIA) que Jean-Michel Schaeffer (président CFA et Anvol), estiment que le consommateur doit avoir le choix, surtout pour le poulet du quotidien tant en restauration qu’en produits élaborés. « Il ne faut pas s’éparpiller dans des segments avec des surcouts qui ne sont pas répercutés », assure J.M. Schaeffer quand G.Huttepain insiste : « il ne faut pas laisser les frontières ouvertes à tout vent en nous imposant des contraintes et en négociant des tonnes de poulets à droit réduits contre des voitures ou des avions dans des accords internationaux ».
Pour Paul Lopez, président de l’Avec (association européenne des volailles), la vigilance doit être quotidienne : ainsi, les anti-viandes ont tenté de faire interdire le soutien financier de l’UE aux campagnes de promotion des viandes.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Prix des céréales le 19 août : Après la hausse, la baisse pour les céréales

Les cours des principaux contrats sur le blé et le maïs ont vivement reculé ce jeudi 19 août 2021 à Chicago. Sur Euronext, la…

Prix des Céréales le 20 août : recul des cours du blé à Chicago, très légère hausse sur le marché européen

Les principaux cours du blé et du maïs ont nettement reculé vendredi 20 août à Chicago. Sur Euronext, ceux-ci…

Histoire et traçabilité de la bière grâce à Transparency lancé par Malteries Soufflet
Le spécialiste de l’orge de malterie propose une application pour mieux faire connaître les processus d’élaboration et de…
Roquette ouvre un centre d’expertise entièrement dédié aux protéines végétales dans l’Aisne
Cet « accélérateur en R&D » renforce la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale ».
La récolte française de blé tendre 2021 ne dépasserait pas les 35 Mt
La tension sur les marchés mondiaux des grains s’accroît. En France, les meuniers doivent s’adapter à la forte hétérogénéité des…
StatCan ne calme pas les craintes de pénurie en blé dur
Un risque de pénurie de pâtes alimentaires en Algérie est possible, lié notamment à la faible récolte canadienne de blé dur. En…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne