Aller au contenu principal

Conjoncture économique
Production et consommation alimentaires plutôt en forme en France

Les branches de l’agriculture et de l’alimentation rejoignent globalement leur niveau d’avant crise et font mieux que bien d’autres secteurs. Quelques bémols existent.

© Nattanan Kanchanaprat / Pixabay

Au deuxième trimestre de 2021, la branche de l’agriculture, sylviculture et pêche, en termes de production, a enregistré des pertes d’activité économique de – 2,4 % par rapport au niveau atteint au quatrième trimestre de 2019, dernier trimestre de référence en termes d’activité économique normale d’avant la crise de la Covid-19, selon le nouveau point de conjoncture tenu par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) du 7 septembre. Cet écart était de – 1,8 % au premier trimestre et devrait se situer à – 1 % pour chacun des deux trimestres à venir, sauf aléa.

La fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac est repassée au-dessus de la référence de 2019 (+ 2,1 % après + 0,5 % pour ces deux premiers trimestres et + 4 % attendus pour chacun des trimestres suivants en 2021).

La consommation des ménages dans la branche agriculture, sylviculture et pêche était encore à 2,3 % en dessous de son niveau de la référence de 2019 à la fin du deuxième trimestre de 2021 et devrait se situer à – 4 % et – 3 % au cours des deux trimestres de fin d’année. La consommation dans le secteur de la fabrication des denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac ressort à + 2 % au deuxième trimestre 2021 comparé à la référence de 2019. Elle devrait être tout juste à l’équilibre au troisième trimestre et être positive (+ 1 %) au quatrième.

Tensions sur les approvisionnements

Dans l’ensemble, l’activité économique agro-alimentaire du pays « s’est maintenu au-dessus de son niveau d’avant crise » peut-on lire dans la publication de l’Insee. Et surtout, ces activités sont beaucoup plus proches d’un retour à la normale par rapport à bien d’autres branches d’activités du pays.

Mais des tensions apparaissent sur les approvisionnements, même si agriculture et alimentaire ne sont pas les plus touchés. Un peu plus de 20 % des entreprises de l’agroalimentaire expriment des difficultés d’approvisionnement limitant leur production (55 % dans les biens d’équipement). L’Insee souligne aussi qu’en juillet 2021, « les prix agricoles à la production ont ainsi augmenté d’environ 8 % sur un an » et que « parmi les services, les prix de production du transport maritime et côtier de fret ont augmenté très fortement en raison de la hausse soutenue de la demande ». On note aussi une « insuffisance de personnel dans certains secteurs, notamment les transports routiers de marchandises ».

Pour l’ensemble de l’économie nationale, l’Insee table désormais sur un PIB qui devrait croître de 2,7 % au troisième trimestre 2021 et de 0,5 % au quatrième. Cela donnerait + 6,25 % sur 2021 au lieu de + 6 % prévu. Côté consommation, l’institut prévoit un niveau de consommation des ménages qui retrouverait au quatrième trimestre son niveau d’avant crise.  Mais certains secteurs vont continuer à éprouver des difficultés pour retrouver ce niveau. C’est le cas pour les achats de véhicules, les services de transports mais aussi l’hébergement-restauration. En 2021, la consommation des ménages progresserait de 4,5 % contre une baisse de 7,2 % en 2020.

L’inflation pourrait temporairement dépasser le niveau des 2 % sans pour autant vraiment créer de tension sur les salaires dans un premier temps. Le taux d’épargne des ménages français flirte toujours avec les 20 % et se situe donc encore nettement à son niveau moyen de 15 %.

Enfin, l’Insee a commencé à étudier l’effet « Pass sanitaire » : peu d’impacts juste après sa mise en service dans les cinémas, les bars-cafés, les discothèques et les lieux touristiques (attractions, musées, expo…) au vu des transactions bancaires enregistrées. En revanche, on enregistre une baisse des dépenses dans les restaurants à partir du 9 août.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Euronext/Sitagri : un contrat à terme Blé dur en novembre pour la filière Pâtes/Semoules
En gestation depuis 2017, les travaux sur un nouveau contrat à terme Blé dur d’Euronext, basé sur un indice Sitagri, sont achevés.
Avril négocie avec Bigard pour la vente d'Abera et Porcsgros
Porcsgros et Abera continueront d'assurer des débouchés aux filières Nutrition animale de Sanders, filiale du groupe Avril.
Algue, pois et soja en alternative aux œufs et crevettes chez Nestlé
Le groupe suisse poursuit le développement de sa gamme d’alternatives alimentaires aux produits d’élevage.
Egalim 2 : Intercéréales attend des décrets dérogatoires, le Snia et l'Ania des éléments pratiques
Cécile Adda Dailly, responsable RSE d’Intercéréales, explique que la loi mérite encore quelques précisions pour la filière…
Le groupe Avril projette des perspectives de production d’Oleo100 spectaculaires d’ici 2023
La production d’Oleo100 devrait passer de près de 55 000 m3 aujourd’hui à 200 000 m3, voire 300 000 m3, à l’horizon 2023.
Vincent Jouan succède à Etienne Henriot à la présidence du Gie CRC

Administrateur de la coopérative Ynovae (née de la fusion en 2016 de Capserval et Cérépy et basée à Véron, dans l’Yonne),…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne