Aller au contenu principal

Agriculture
Danemark : triple spécialisation et industrialisation

Dans un pays de 42 920 km2 (sans prendre en compte le Groenland) et comprenant 5,8 millions d’habitants, l’agriculture a toujours beaucoup compté.

L'agriculture danoise est nette exportatrice (ici le port de Fredericia), notamment grâce aux productions de la pêche, des ingrédients, de l'orge...
© Copenhagen Merchants

Avec une superficie agricole frôlant les deux tiers du pays et une production agricole supérieure à 40 Md€, l’agriculture danoise pèse pour 1 % du PIB national, alors que le secteur agroalimentaire représente plus de 8 % de ce même PIB.

Autre caractéristique du secteur agri-agroalimentaire national, la présence de méga coopératives (Danish Crown dans la viande, Arla Foods dans les produits laitiers) qui structurent pour une bonne partie le secteur, intégrant amont et aval de l’activité économique. Les ventes des coopératives du secteur agri-agro compte pour 10 % du PIB national. C’est aussi au Danemark que l’on trouve l’un des plus grands brasseurs du monde, Carlsberg (marques Carlsberg, Tuborg, 1664...).

Grains

Les trois secteurs principaux de l’agriculture danoise sont les céréales, l’élevage (porc, bœuf, volailles) et la pêche (notamment grâce au développement massif de
l’aquaculture qui permet au Danemark de se positionner en tant que premier exportateur européen de poissons et de fruits de mer).

Dans le secteur des céréales, le blé et l’orge dominent, utilisés à 75 % par l’alimentation animale, mais les productions de seigle (farine) et d’avoine (céréales pour le petit-déjeuner) sont significatives.

L’orge de brasserie pour la malterie est également importante. On relève
aussi des productions conséquentes de colza, de pommes de terre et de betteraves à sucre (dans le sud du pays).

Ingrédients et bio

L’industrie des ingrédients alimentaires est également particulièrement présente au Danemark, un pays qui détient environ 15 % de parts de marché mondial dans le secteur et qui exporte entre 95 et 98 % de sa production totale. Les sociétés danoises sont particulièrement performantes dans les domaines des enzymes, des émulsifiants, des colorants alimentaires naturels, des arômes et de certaines protéines tirées du lactosérum.

Les investissements réalisés dans la R&D dans ce secteur le sont toujours sous les angles du développement durable, de la réduction des déchets ou encore de l’optimisation de la consommation énergétique nécessaire à la fabrication de ces
produits.

Pour suivre la tendance sociétale actuelle, la R&D se focalise également sur les extraits les plus naturels possibles à partir des matières premières agricoles tout en développant aussi des extraits pour l’industrie de la santé. On note égale-
ment des efforts de R&D de plus en plus importants concernant les
cultures de grains riches en protéines.

L’agriculture danoise est aussi l’une des plus développée en matière d’agriculture biologique avec 12 % des surfaces cultivées en AB. Les Danois sont parmi les plus
gros consommateurs de produits bio en Europe.

Enfin, les autorités du Danemark ont particulièrement mis l’accent, ces dernières années, sur les aspects de transparence et de traçabilité de la production agroalimentaire, d’une part, et de réduction de l’empreinte carbone de la production agri-agro, d’autre part.

La législation sur le bien-être animal et sur l’hygiène est également très exigeante.

Les plus lus

Le bioéthanol pourrait représenter 1 % de la SAU française en 2035

Si la France compte 30 millions de voitures en 2035 dont 5 millions fonctionnant à l’E 85 à raison de 3,5 litres/100 km alors…

Prix des céréales - Nette progression des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 3 et le 6 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Net rebond des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 2 et le 3 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Repli des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme en récolte 2023 mais hausse en récolte 2024

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 1er et le 2 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Marché des engrais : tendance baissière en azote et phosphore

Malgré un contexte géopolitique incertain au Moyen-Orient engendrant la crainte de pressions sur les matières premières, le…

Tour de plaine en France : des surfaces de tournesol attendues stables entre 2023 et 2024, voire en légère baisse

Les pluies ont perturbé les semis de tournesol en France, qui se profilent sans grande évolution d'un an sur l'autre. 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne