Aller au contenu principal

Brasserie
[Coronavirus - Covid-19] Cavac : La Coopine, une bière artisanale, biologique et éthique

La Cavac fait la promotion de sa bière artisanale biologique après un lancement commercial perturbé par le confinement.

© Cavac

« Une bière artisanale fabriquée en Vendée, brassée avec des orges biologiques cultivées localement . » Telle est la promesse de La Coopine, créée à l’initiative de Adrien Caufment et Jean-Claude Piveteau, deux salariés du service Céréales de la coopérative agricole Cavac, selon le communiqué de presse. L’orge brassicole et le blé (pour la bière blanche), issus d’une agriculture biologique, sont de fait cultivés par les producteurs adhérents de la Cavac, l’opération de maltage étant sous-traitée pour l’instant. « Nous travaillons pour atteindre l'objectif de 50 000 l de bière (15 t d’orge brassicole, transformées en 12,5 t de malt) pour l'exercice 2022, soit lors de la troisième saison. Pour notre première année et en ce début juin, nous passons déjà les 20 000 l », précise la Cavac. Et le communiqué de compléter : « Même si le confinement a quelque peu bouleversé le lancement commercial, la toute jeune brasserie artisanale a pu profiter de cette période pour constituer ses stocks en vue de l’été et tester de nouvelles recettes ».

Une gamme restreinte, une distribution locale

La Coopine, c’est à la fois le nom de la brasserie et de la marque. Elle se décline aujourd’hui en trois produits : ambrée, blonde et la bière saisonnière (par exemple, la bière de Noël ou la bière blanche estivale). « Cet automne nous devrions avoir une bière d'hiver et nous réfléchissons déjà sur le style que nous allons rechercher car les possibilités sont infinies ! », dévoile la coopérative agricole.

La première bière Agri-Ethique

« La Coopine est la première bière française à bénéficier du label de commerce équitable Agri-Ethique, qui garantit le revenu des agriculteurs de la coopérative », note le communiqué.

« Le label Agri-Ethique garantit aux agriculteurs engagés un revenu juste et durable », détaille la coopérative agricole. Ils signent un contrat avec la Cavac et la brasserie La Coopine, qui leur permet de bénéficier d’un prix de l’orge biologique fixe pendant trois ans sur un volume déterminé. « Grâce à un prix sécurisé sur une durée contractuelle, Agri-Ethique assure visibilité et sérénité à l’agriculteur. Pour ce dernier, c’est aussi une satisfaction de voir que leur production d’orge est valorisée dans une bière locale, brassée en Vendée à Luçon (85) », assure la coopérative agricole. Et d’insister : « L'écart de rémunération perçu peut représenter jusqu'à 250 € de plus par hectare par rapport à la culture de l'orge français bio ».

Un prix intermédiaire

« Les prix des brasseurs artisanaux sont très divers car tous ne font ni ne cherchent la même chose », explique la coopérative agricole.  Certains font des bières complexes destinées à des marchés très étroits mais très rémunérateurs. Certains artisanaux « visionnaires » ont vécu un succès énorme et peuvent désormais « écraser leurs charges » avec des volumes décuplés. « Nous nous situons dans le marché de l'artisanal à des niveaux intermédiaires. La maîtrise de nos charges et l'appui de la coopérative nous permet de produire notre bière biologique et labellisée Agri-Ethique sans surcoût conséquent pour le consommateur », note la Cavac.

Une recette simplissime

« La brasserie artisanale La Coopine a pris ses quartiers fin 2019 dans l’ancien Gamm vert de Luçon, à deux pas des silos de céréales de la coopérative », précise la Cavac. Elle est équipée de trois fermenteurs (une cuve isobarométrique de 1 000 l et deux cuves atmosphériques de 1 000 l et 2 000 l) et d’une embouteilleuse. « La bière La Coopine est fabriquée le plus simplement possible, sans additif, sans pasteurisation, sans filtration comme en témoigne le léger dépôt au fond de la bouteille », souligne le communiqué.

La Coopine cible une clientèle locale et les touristes de passage en Vendée. « Elle est aujourd’hui distribuée localement via les réseaux de magasins du Groupe Cavac (Gamm vert et AgriVillage) ainsi que sur son épicerie digitale www.coopcorico.fr. On peut également trouver La Coopine chez l’enseigne V’n B et dans les GMS du territoire », conclut le communiqué.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Axereal espère des gains de compétitivité de 30 millions d’euros
La coopérative Axereal investira davantage dans le digital et l'innovation agronomique.
Regain d'optimisme au sujet des exportations françaises de blé tendre, selon FranceAgriMer
Les experts de FranceAgriMer (Fam) confirment que l'ouverture du cahier des charges algérien aux blé tendre d'origine mer Noire…
Cotations Céréales/Oléagineux/ Produits animaux : revue mensuelle de juillet à septembre 2020

Vous trouverez ci-après (cliquez sur le lien ci-dessous), pour les principaux produits, la moyenne mensuelle des cours relevés…

Blé tendre : l’Algérie accepte des lots d'origine mer Noire à 0,5% de dégâts d’insecte dans son appel d’offres du 11 octobre
Des traders jugent que le nouveau cahier des charges algérien reste favorable aux origines hexagonales.
Tendance Céréales/Oléagineux du 16 octobre : la météo fait monter les cours du blé, le colza s'apprécie à l'image du canola canadien

Vendredi 16 octobre, les cours du blé cotés à Chicago et sur Euronext ont continué de progresser. Le contrat blé sur le CBOT a…

Seulement 850 000 ha de colza en France ?
L’analyste Stratégie Grains voit un certain potentiel de hausse des prix du colza européen et français.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne