Aller au contenu principal

Ruralité
La lutte contre la désertification vétérinaire commencerait à porter ses fruits

Lors d’une récente rencontre avec les organisations professionnelles agricoles et vétérinaires et en présence des représentants des collectivités, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a fait le point sur l’avancée des mesures pour le maintien des vétérinaires dans les territoires ruraux.

Vétérinaire de campagne
Le ministère de l’Agriculture entend lutter contre le manque cruel de vétérinaires dans les campagnes.
© Jean-Marie Nicol

Initiée en 2017, la feuille de route visant à lutter contre la désertification vétérinaire commence à porter ses fruits grâce à différentes initiatives, affirme ce jour Julien Denormandie. Un décret du 3 décembre 2020 a ouvert une nouvelle voie d’accès post bac (recrutement des étudiants de terminale) aux Ecoles nationales vétérinaires. L’objectif est d’assurer une diversification sociale et territoriale des étudiants et de recruter des profils en adéquation avec les besoins de la profession vétérinaire. Jusqu’alors les candidats issus des grandes métropoles étaient surreprésentés. Ce concours post bac répond à la préoccupation de ces jeunes générations, notamment celles issues de milieux moins favorisés, qui hésitent à s’inscrire dans un cursus généraliste de classe préparatoire aux grandes écoles, préférant, dès le bac, s’orienter dans des cursus intégrés conduisant au métier bien identifié de vétérinaire. On recense davantage de boursiers (près de 12 % de boursiers du lycée) et d’élèves issus des lycées agricoles parmi les lauréats, affirme le ministère de l'Agriculture.

Diversité des profils et stages en zone rurale facilités

En 2021, 160 étudiants issus de milieux sociaux et géographiques diversifiés ont pu intégrer les écoles via cette nouvelle voie. Par ailleurs, le dispositif visant à permettre aux étudiants en cinquième année des quatre écoles nationales vétérinaires, de réaliser un stage de 18 semaines dans un même cabinet vétérinaire en zone rurale, montre que 80 % des étudiants prenant part à ce dispositif exercent ensuite en milieu rural. Lors de l’année scolaire 2020-2021, 43 stages tutorés ont été financés par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation avec un budget de 530 000 euros. Ce dispositif  doit être élargi pour 2021-2022 avec 91 dossiers déposés.
 

La télémédecine vétérinaire expérimentée

Grâce à la loi DDADUE du 3 décembre 2020 et à ses textes d’application, les collectivités territoriales et leurs groupements peuvent dorénavant soutenir financièrement les vétérinaires et les étudiants s’engageant à exercer auprès des animaux d’élevage dans certaines zones rurales désignées par l'arrêté du 9 novembre 2021. Un décret du 5 mai 2020 autorise l’expérimentation de la télémédecine vétérinaire sur une durée de 18 mois. Il doit permettre de favoriser le travail des vétérinaires en milieu rural en limitant notamment les temps de déplacement. Pour faire suite à cette expérimentation, une évaluation de l’impact de ce dispositif sur le maillage vétérinaire est en cours de finalisation grâce aux données quantitatives et qualitatives recueillies. Un nouveau décret pourra être pris pour pérenniser le dispositif.

 

Des diagnostics territoriaux

Une démarche a été lancée pour réaliser en 2022 six diagnostics territoriaux via un appel à projets multipartenarial financé par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Ce dispositif destiné aux acteurs locaux va permettre de mettre en place une méthodologie de diagnostic territorial et d’identifier des outils opérationnels de lutte contre la désertification adaptés à la situation de chaque territoire. Quant aux travaux du portail informatique Calypso accessible aux vétérinaires, destiné à répondre aux obligations de cession des antibiotiques, et à faciliter le travail des vétérinaires sur le terrain et les échanges de données avec l’Etat, ils se sont poursuivis. Ce projet est financé par les ministères de l’Agriculture et de la Fonction publique pour la première version du dispositif qui sera effective courant 2023 et bénéficie de crédits à hauteur de 4,5 millions d’euros.

Pour en savoir plus : https://agriculture.gouv.fr/file/veterinaires-en-territoire-rural

Les plus lus

Une pétition lancée pour demander la dissolution de l’association L214
Agacés par les actions menées par l'ONG animaliste, des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour demander…
Plein de gazole non routier
Flambée du GNR : les entreprises de travaux agricoles demandent le remboursement anticipé de la TICPE
La fédération nationale des entrepreneurs des territoires demande le remboursement partiel anticipé de la TICPE sur le gazole non…
Et si une agriculture intensive préservait mieux l’environnement ?
Une étude que vient de publier l’université de Cambridge arrive à une conclusion à laquelle on ne s’attendait pas vraiment : une…
vaches limousines avec colliers Nofence sous les pommiers.
« Nous testons les clôtures virtuelles pour faire du pâturage tournant »
Soutenus par le conseil régional et la chambre régionale d’agriculture d’Ile-de-France, Florentin Genty et son frère Germain du…
Pacifica et Groupama annoncent une augmentation de l’assurance récolte de 10 à 25 % en 2022
Chez Pacifica et Groupama, une hausse des primes de l’assurance multirisque climatiques est prévue en 2022. Pour ces Pacifica,…
Le PDG d’Ecomiam ne veut pas céder aux attaques de l’association L214
Le 8 novembre, l’entreprise Ecomiam a été « attaquée » par l’association L214. Coups de téléphone, mails, messages publiés sur…
Publicité