Aller au contenu principal

« La colère est toujours vive » prévient Arnaud Rousseau avant le salon de l’Agriculture

Le président de la FNSEA s’inquiète de n’avoir aucune nouvelle du gouvernement sur l’avancée des mesures annoncées par Gabriel Attal. A quelques jours de l’ouverture du salon de l’Agriculture par Emmanuel Macron il prévient que la contestation agricole pourrait reprendre.

Arnaud Rousseau, le 12 février, au micro de France info.
© France Info

« Les annonces, on les veut avant le salon de l’agriculture » a prévenu Arnaud Rousseau, président de la FNSEA, dimanche 11 février sur BFMTV.

Un avertissement au gouvernement alors que le président du syndicat majoritaire agricole s’inquiète de ne pas avoir de nouvelles sur l’avancée de la mise en œuvre de mesures annoncées par le gouvernement Attal.

Lire aussi : Colère des agriculteurs : le point sur les 10 nouvelles mesures annoncées par le gouvernement Attal

Manque d’information sur l’avancée des annonces

« Depuis 10 jours, je n'ai pas vu ni le ministre de l'Agriculture ni le Premier ministre », déplore Arnaud Rousseau. « On ne sait pas à quel rythme ça avance ».

« On veut voir la trame concrète des décisions qui vont changer la vie des agriculteurs », martèle ainsi le patron de la FNSEA qui prévient que la « colère est toujours vive », sur le terrain.

Arnaud Rousseau n'écarte ainsi pas la possibilité que la contestation reprenne « si au moment du salon on n'avait rien ou des résultats pas à la hauteur des espérances ». « Personne n'a intérêt à nous balader parce qu'on l'a dit : s'il n'y a pas de rendez-vous, on reviendra ».

Alors que la venue d'Emmanuel Macron au Salon de l'agriculture est prévue dès le jour d'ouverture, Arnaud Rousseau l'affirme : « Si on venait à se moquer de nous, ça ne pourrait pas se passer dans les conditions classiques d'accueil du président de la République ».

Lire aussi : Colère des agriculteurs : la pression va monter avant le salon de l’Agriculture

Des actions menées contre la grande distribution

Sur France info, ce matin, Arnaud Rousseau a rappelé qu’il y a dix jours le mouvement avait été suspendu pour « se mettre au travail », dénonçant une fois de plus un « tempo qui n’est pas le bon ». 

Pas de mouvement de contestation national prévu pour le moment mais « des actions vont se mener à nouveau plutôt au niveau des GMS pour contrôler les prix », a prévenu le président de la FNSEA. 

A quelques jours de l’ouverture du salon de l'Agriculture, Arnaud Rousseau regrette qu’aucune réunion ne soit organisée autour du plan élevage et déplore une inadéquation entre les annonces et la réalité sur le terrain.

« A Bruxelles on tergiverse alors que toute l’Europe agricole est à feu et à sang »

« Sur le plan environnemental, il y a eu des annonces sur le raccourcissement des délais, mais dans le Nord-Pas-de-Calais le curage n’est pas fait comme il faut », argumente-t-il.

Le président de la FNSEA regrette aussi la lenteur des prises de décisions à Bruxelles, sur la jachère notamment avec l’absence d’accord la semaine dernière sur une nouvelle dérogation 2024. « A Bruxelles on tergiverse alors que toute l’Europe agricole est à feu et à sang. Alors que c’est une décision très attendue. J’espère que cette semaine on va avoir des décisions qui avancent ».

Lire aussi : Pourquoi le salon de l’agriculture 2024 sera « vraiment spécial »

Le gouvernement assure avancer sur le dossier

Quelques heures après ce coup de gueule d’Arnaud Rousseau, le cabinet de Marc Fesneau a organisé ce lundi 12 février à 12h un brief presse pour assurer que le gouvernement avançait sur les grands dossiers agricoles et annoncé un rendez-vous d’étape mardi 13 février entre le Premier ministre et la FNSEA et les Jeunes agriculteurs en présence de Marc Fesneau et Agnès Pannier-Runacher pour « accélérer le tempo ».

Lire aussi : Crise agricole : 5 annonces du gouvernement

Les deux ministres chargés de l'Agriculture « verront dans la semaine chacune des organisations syndicales », notamment pour évoquer le projet de loi sur le renouvellement des générations, a encore précisé le cabinet de Marc Fesneau. Ce texte, reporté pour être enrichi selon le gouvernement, devrait être présenté en Conseil des ministres « à la fin du mois de février » pour un vote « d'ici le mois de juin », a-t-on précisé de même source.

Ca mérite patience, plaide Marc Fesneau

« Je mets au défi quiconque de me trouver un moment politique où on aura fait autant de choses en aussi peu de temps », a réagi Marc Fesneau pour sa part au salon Wine Paris et Vinexpo.  « On a déjà beaucoup avancé en moins de quinze jours et je vous assure que dans quinze jours, on aura diablement avancé. En tout cas, on aura fait en un mois ce qui n'a pas été fait peut-être en 30 ans. Ça mérite la patience », a-t-il plaidé.

Les plus lus

« Il va falloir démondialiser l’agriculture » selon Jean-Marc Jancovici

Face aux défis qui attendent l’agriculture, une forme de protectionnisme sera nécessaire selon l’ingénieur consultant en…

Arnaud Rousseau, président de la FNSEA, dans un de ses champs à Trocy-en-Multien, en Seine-et-Marne.
Arnaud Rousseau répond aux critiques avant le Salon de l’agriculture

A quelques jours de l’ouverture du Salon de l’agriculture et après le fort mouvement de contestation agricole, le président de…

Bérénice Walton devant ses vaches Bazadaises
Agriculture et climat : quatre familles d’agriculteurs à l’honneur sur M6

La chaîne M6 diffuse ce dimanche 11 février en prime time un documentaire de Zone interdite coproduit par Edouard Bergeon et…

Jean-Marc Jancovici, ce lundi 5 février sur RTL.
« Produire plus propre et moins cher : une équation impossible pour les agriculteurs » selon Jean-Marc Jancovici

Le spécialiste de l’énergie Jean-Marc Jancovici a réagi ce matin sur RTL à la colère des agriculteurs et aux mesures prises…

David Forge, agriculteur, sur son exploitation agricole en Touraine.
Ce qui bloque l’agriculture française, selon le céréalier David Forge

L’agriculteur tourangeau David Forge explique sur sa chaîne youtube pourquoi il est de plus en plus dur de dégager un revenu…

Paysage agricole au printemps avec des haies
Gérer les haies : pourquoi est-ce un tel casse-tête pour les agriculteurs ?

Pour montrer à quel point leur travail est compliqué par la réglementation française et européenne, les agriculteurs qui se…

Publicité