Aller au contenu principal

VIDEO - Jean-Luc Poulain dément les rumeurs sur le salon de l’agriculture 2022

Le président du Ceneca, organisateur du salon international de l’agriculture, l’assure : l’édition 2022 aura bien lien. Et quelles que soient les mesures sanitaires en vigueur en février prochain, le salon gardera son aspect festif et convivial, promet-il.

Réussir : Des rumeurs vont bon train depuis le début du Sommet de l’élevage sur une possible annulation du salon de l’Agriculture 2022, que répondez-vous à ces inquiétudes ?

Jean-Luc Poulain : Il n’y a aucune raison que le doute subsiste : le Sia 2022 se tiendra bien. Et ce pour plusieurs raisons : les conditions liées au Covid s’améliorent, les exposants souhaitent en masse qu’il se tienne, pour preuve le rythme des inscriptions depuis qu’elles sont ouvertes, et les visiteurs nous font savoir qu’ils souhaitent que cet évènement ait lieu.

Pass ou pas ? jauge ou non ? avec ou sans masque ? sens unique dans les allées ? Nous nous adapterons

Bien sûr nous respecterons les conditions sanitaires du moment. Pass ou pas ? jauge ou non ? avec ou sans masque ? sens unique dans les allées ? Nous nous adapterons à la réglementation en vigueur en février.

Réussir : Quid de la participation étrangère ? Le salon peut-il être économiquement viable sans la présence des exposants et visiteurs étrangers ?

Oui le salon peut être viable même si ce n’est pas notre souhait. Le salon porte le nom de salon international de l’agriculture depuis 55 ans, nous n’avons pas l’intention de le changer. L’évolution de la maladie et l’état de la vaccination dans les différents pays fait que c’est plus facile pour certains que d’autres. Je peux comprendre que certains pays du continent africain aient des velléités de ne pas s’inscrire car leur situation est compliquée aujourd’hui. A l’inverse d’autres internationaux nous ont déjà signifié leur intérêt de venir.

Réussir : Que vous inspire l’ambiance du Sommet de l’élevage avec le retour des concours, est-ce un bon présage pour le Sia ?

Oui c’est un bon présage. Je ne peux pas juger sur la participation car c’était la première fois que le salon s’ouvrait le mardi. Ce jour était en demi-teinte mais apparemment ce mercredi 6 octobre était une belle journée. J’ai senti du côté des professionnels une libération de pouvoir revenir à ces salons depuis la rentrée. La visio c’est bien mais ça ne suffit pas ! La convivialité était là à Rennes (pour le Space, ndlr) et à Cournon (pour le Sommet de l’élevage, ndlr), les professionnels étaient très heureux de se retrouver.

On fera en sorte que le salon garde son aspect festif et convivial.

A Paris, les professionnels seront aussi heureux de se retrouver, et à la veille de l’élection présidentielle de pouvoir débattre avec les politiques. Quelles que soient les mesures anti-Covid, on fera en sorte que le salon garde son aspect festif et convivial.

 

 

 

Les plus lus

Jeune et agriculture
Les jeunes ont une opinion bien tranchée sur l’agriculture
Les 18-35 ans ont une image moins positive de l’agriculture que l’ensemble de la population française et attendent qu’elle joue…
Sanglier ville capture écran reportage TV
Quand les sangliers arrivent en ville, Christiane Lambert pointe « la protection des espèces »
A Rome, les sangliers se promènent dans les rues la nuit et se nourrissent des détritus des poubelles. Un phénomène lié à une « …
100 euros
L’indemnité inflation de 100 euros pour les agriculteurs en cinq questions-réponses
Qui va bénéficier de l’indemnité inflation de 100 euros annoncée par le gouvernement ? Comment ? Quand et par qui sera-t-elle…
Xavier Niel nomme un « Paysan-directeur » à la tête de la ferme d’Hectar
Christophe Naudin, 39 ans, devra gérer la ferme pilote de 250 hectares en polyculture de céréales et élevage bovin en « …
L’Aspa : une allocation pour ceux qui disposent de peu de ressources pour leur retraite
L’Aspa, l’Allocation de solidarité aux personnes âgées est prévue pour permettre aux personnes disposant d’une faible retraite de…
Betteraves
Cristal Union recherche 7000 hectares de betteraves pour saturer ses usines
Le groupe coopératif sucrier cherche des surfaces supplémentaires pour améliorer le fonctionnement de ses usines de Sainte-Emilie…
Publicité