Aller au contenu principal

Zones intremédiaires : augmenter la résilience des fermes en diversifiant

Diversifier ses productions en développant sur sa ferme un autre atelier, végétal mais aussi animal, aide à résister aux crises.

L'introduction sur sa ferme d'un atelier d'élevage type engraissement fait partie des pistes pour mieux résister aux coups durs.
© S. Leitenberger

Quelles sont les caractéristiques des exploitations qui s’en sortent le mieux ? « En zones intermédiaires, nous ne pouvons pas donner de surfaces ou de production », indique Fabien Balzeau, conseiller Cerfrance Val-de-Loire. À la chambre d’agriculture du Cher, Jean-Dominique Gilet, sous-directeur, fait le même constat. Passé un seuil minimal qui serait de l’ordre de 120 à 130 hectares, « c’est l’homme qui fait la réussite de son exploitation, sa capacité à réagir, à s’entourer, à prendre les bonnes décisions », estime-t-il. Pour le conseiller, « le grand enseignement de 2016, c’est que dans ces zones où les potentiels sont de 60 à 65 q/ha en blé avec des rotations colza, blé et orge, ce sont en fait les systèmes les plus complexes qui résistent le mieux ». Cette complexité se traduit par la mise en place de multiples diversifications : semences, lentilles, luzerne, mais aussi réintroduction d'un atelier d'élevage ou commercialisation en groupe, par exemple. "Un agriculteur seul aura du mal à vendre sa dizaine d’hectares de pois chiche, mais si sept à huit exploitants s’y mettent, les acheteurs commenceront à être intéressés», observe Jean-Dominique Gilet. « C’est à notre sens une tendance très lourde : tous ceux qui nous disent 'c’est dur mais on va s’en sortir' ont complexifié leur système », ajoute-t-il.

L'appui des organismes techniques et des collecteurs nécessaire

Pas facile cependant. Dans l’Yonne, les céréales représentent encore 68 % de la sole dont 40 % pour le blé tendre. « Globalement, les surfaces ne bougent pratiquement pas en dehors du colza, qui a régressé de 4000 hectares entre 2011 et 2015", note Pierre Perreau, au Cerfrance Yonne. Pour le conseiller, trouver de nouvelles têtes d’assolement va être nécessaire et demander l'effort conjoint des organismes stockeurs et des organismes techniques. Pierre Perreau compte lui aussi sur le retour de l'élevage : « Je pense que les systèmes de polyculture élevage étaient résilients dans ces zones-là. Il va peut-être falloir y revenir… mais ça ne sera pas facile : l’élevage est beaucoup plus contraignant que les cultures.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
Terres agricoles : l'indice des fermages 2020 est publié
Le nouvel indice du fermage est connu. En légère hausse de 0,55 %, il est de 105,33. Ce chiffre permet de déterminer le montant…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures