Aller au contenu principal

Zones intremédiaires : augmenter la résilience des fermes en diversifiant

Diversifier ses productions en développant sur sa ferme un autre atelier, végétal mais aussi animal, aide à résister aux crises.

L'introduction sur sa ferme d'un atelier d'élevage type engraissement fait partie des pistes pour mieux résister aux coups durs.
© S. Leitenberger

Quelles sont les caractéristiques des exploitations qui s’en sortent le mieux ? « En zones intermédiaires, nous ne pouvons pas donner de surfaces ou de production », indique Fabien Balzeau, conseiller Cerfrance Val-de-Loire. À la chambre d’agriculture du Cher, Jean-Dominique Gilet, sous-directeur, fait le même constat. Passé un seuil minimal qui serait de l’ordre de 120 à 130 hectares, « c’est l’homme qui fait la réussite de son exploitation, sa capacité à réagir, à s’entourer, à prendre les bonnes décisions », estime-t-il. Pour le conseiller, « le grand enseignement de 2016, c’est que dans ces zones où les potentiels sont de 60 à 65 q/ha en blé avec des rotations colza, blé et orge, ce sont en fait les systèmes les plus complexes qui résistent le mieux ». Cette complexité se traduit par la mise en place de multiples diversifications : semences, lentilles, luzerne, mais aussi réintroduction d'un atelier d'élevage ou commercialisation en groupe, par exemple. "Un agriculteur seul aura du mal à vendre sa dizaine d’hectares de pois chiche, mais si sept à huit exploitants s’y mettent, les acheteurs commenceront à être intéressés», observe Jean-Dominique Gilet. « C’est à notre sens une tendance très lourde : tous ceux qui nous disent 'c’est dur mais on va s’en sortir' ont complexifié leur système », ajoute-t-il.

L'appui des organismes techniques et des collecteurs nécessaire

Pas facile cependant. Dans l’Yonne, les céréales représentent encore 68 % de la sole dont 40 % pour le blé tendre. « Globalement, les surfaces ne bougent pratiquement pas en dehors du colza, qui a régressé de 4000 hectares entre 2011 et 2015", note Pierre Perreau, au Cerfrance Yonne. Pour le conseiller, trouver de nouvelles têtes d’assolement va être nécessaire et demander l'effort conjoint des organismes stockeurs et des organismes techniques. Pierre Perreau compte lui aussi sur le retour de l'élevage : « Je pense que les systèmes de polyculture élevage étaient résilients dans ces zones-là. Il va peut-être falloir y revenir… mais ça ne sera pas facile : l’élevage est beaucoup plus contraignant que les cultures.»

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures