Aller au contenu principal
Font Size

À vos calculettes pour estimer votre surface d'intérêt écologique

La mesure de verdissement de la PAC "surface d'intérêt écologique" doit être respectée dès la campagne 2014-2015. Faites vos calculs avant vos semis d’automne.

La nouvelle PAC impose de consacrer 5 % de ses terres labourables en surface d'intérêt écologique (SIE). C’est maintenant qu’il faut y réfléchir car la mesure s’applique dès cette campagne 2014-2015.

Pour les particularités topographiques, la SIE sera plus pénalisante que les 4 % de la SAU en surfaces d’équivalent topographique (SET) jusqu’alors en vigueur, du fait d’un durcissement des critères. En revanche, l’intégration dans la SIE des cultures légumineuses et des cou- vertures végétales d’interculture hivernale va grandement faciliter l’application de cette mesure sur une majeure partie du territoire.


Bruxelles s’est inspiré du système français, mais au fil des négociations sur la PAC, toutes les règles de calcul ont été modifiées. On ne raisonne plus sur la SAU mais sur la surface de terres labourables, c’est-à-dire la surface agricole totale hors prairies permanentes, prairies temporaires de plus de cinq ans et cultures pérennes. Les surfaces d’intérêt écologique doivent être localisées sur les terres labourables, ou être adjacentes aux terres labourables.

Ainsi, les éléments topographiques situés dans des pâturages permanents ne peuvent plus être pris en compte, alors qu’ils le sont dans la réglementation actuelle sur le SET.

 


Des coefficients moins favorables en SIE qu’en SET

 

Pour traduire chaque élément topographique en surface de SIE, il faut appliquer des coefficients multiplicateurs. Ceux-ci ont été changés par rapport à ceux de la SET, plutôt en défaveur des agriculteurs, hormis pour les bordures de champs (voir encadré). Par exemple, 100 mètres linéaires de haies valent 0,10 hectare de SIE contre 1 hectare de SET auparavant, soit dix fois moins. De même, 100 mètres de lisière de bois non cultivée (d’au maximum 10 mètres de large) valent 0,09 hectare de SIE contre 1 hectare de SET. Si la lisière de bois est cultivée, elle compte pour une surface encore plus faible : 100 mètres linéaires correspon- dent à seulement 0,018 hectare, soit 50 fois moins ! Les dimensions et définitions des éléments topographiques dans le cadre des SIE sont, au contraire, plus favorables que dans celui des SET.

 


Intercultures et légumineuses comptées comme SIE


Mais il y a tout de même des points positifs : à la liste des éléments topographiques entrant dans les SIE se sont ajoutés quatre nouveaux dispositifs qui vont aider les exploitations de grandes cultures à respecter la surface de 5 %, dont deux en particulier : la prise en compte des couverts végétaux (ou cultures dérobées) et des cultures fixatrices d’azote.

la liste des cultures fixatrices d’azote notifiée à Bruxelles par le ministère de l’Agriculture intègre toutes les légumineuses cultivées en grandes cultures et en cultures fourragères. Le coefficient multiplicateur est relativement intéressant puisqu’un hectare de légumineuses vaut 0,70 hectare de SIE. Pour ajuster ses surfaces de SIE, il y a aussi les couvertures végétales en inter- culture, même si le coefficient multiplicateur n’est pas très favorable : un hectare d’interculture ou de culture dérobée vaut 0,30 hectare de SIE.

BORDURES DE CHAMP : La nouvelle PAC leur donne un petit bonus

Si vous avez une parcelle de 1 000 mètres de long et de 300 mètres de large près d’un chemin avec une bordure de champ non cultivée de 2 mètres de large sur la moitié de son contour, soit 1 300 mètres.


- Avec les SET, cette bordure de champ comptait pour 0,26 hectare (1 300 x 2 = 2 600 m2) car le coefficient de conversion était de 1.

- Avec les SIE, cette bordure vous rapporte 1,17 hectare car l’unité est désormais le mètre linéaire : un mètre linéaire de bordure de champ (quelle que soit sa largeur comprise entre 1 et 20 mètres) vaut 9 m2 de SIE. Le calcul est donc le suivant : 1 300 m x 0,0009 = 1,17 ha, soit environ 4 % des 30 hectares de la parcelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures