Aller au contenu principal

Volumes et qualité de retour pour la récolte 2017

Malgré quelques sueurs froides ce printemps et en début d’été, les moissons renouent dans l'ensemble avec les bons rendements, malgré certaines hétérogénéités.

En céréales, la récolte nationale, estimée à 67 Mt, serait exactement dans la moyenne quinquennale.
© J.C Gutner/Archives

Vite fait, bien fait : commencées plus tôt que d’habitude et terminées dans la plupart des régions à fin juillet, les moissons 2017 vont permettre d’oublier 2016. « La production française de céréales à paille retrouve un niveau plus habituel, proche, voire supérieur à la moyenne quinquennale 2012-2016 », indiquait début août FranceAgrimer, Arvalis et Terres Inovia dans un communiqué commun. À 36,8 Mt en blé tendre, 12,3 Mt en orges et 2,1 Mt en blé dur, les volumes, sans être exceptionnels, rentrent dans les clous. Surtout, la qualité est au rendez-vous avec des grains bien secs et des poids spécifiques très élevés, largement au-dessus des minimas contractuels. Cerise sur le gâteau, les teneurs en protéines dépassent dans la plupart des cas 12 %. En corollaire, les orges brassicoles sont un peu trop protéinées, mais cela ne semble pas trop pénalisant. En colza, les performances sont quant à elles excellentes. Le rendement moyen de 35,8 q/ha, supérieur de 7 % à la moyenne quinquennale, compense largement la baisse de près de 6 % des surfaces : la récolte en volume dépasserait de plus de 10 % le cru 2016. S’ils ont freiné les potentiels de rendements, les déficits hydriques et excès de températures de fin de cycle n’ont pas eu que des effets négatifs.

Une forte hétérogénéité entre parcelles et entre régions

Tout le monde n’est cependant pas logé à la même enseigne : « Il est fréquent d’observer des écarts de rendements allant du simple au double au sein d’une même exploitation selon les types de sol et les précédents », relève dans un communiqué Michel Portier, directeur général d’Agritel. L’extrême hétérogénéité des rendements constitue pour la société de conseil un fait marquant de la moisson. La Picardie, la Champagne-Ardenne mais aussi des zones intermédiaires telles que le Poitou-Charentes, la Bourgogne et la Lorraine en pâtiraient. « Dans les départements lorrains, le manque de pluie et les épisodes de gel ont nui au développement du blé », confirme Agreste, qui estime dans ces zones les rendements en retrait de 17 % par rapport à la moyenne 2012-2016. Heureusement, les prix peuvent encore faire la différence. L'énorme récolte russe s'annonce toutefois pénalisante.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures