Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues

Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle conventionnel.

En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles.
© Julie Pertriaux

Les agriculteurs subissent de plus en plus d’actes de malveillance, de violence et de vols. « En 2019, ce sont 7 500 faits de vols et plus de 1 600 cambriolages qui ont touché spécifiquement le monde agricole, quelques fois à travers des filières organisées », a rappelé Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, le 25 février dernier. Pour y faire face, son ministère a lancé en octobre le dispositif Demeter. « Il s’agit de lutter contre les atteintes graves et/ou en série visant les biens et les personnes », précise Jean-Baptiste Bellot, de la Gendarmerie nationale. S’appuyant sur les effectifs et moyens déjà existants, Demeter est décliné dans tous les départements et se traduit par un suivi de tous les actes de malveillance, et notamment « des actions de nature idéologique, qu’il s’agisse de simples actions symboliques de dénigrement du milieu agricole ou d’actions dures ayant des répercussions matérielles ou physiques ».

Ce volet suscite l’émotion d’associations de protection de l’environnement, qui voient là le soutien à un modèle agricole qu’elles dénoncent et une tentative d’intimidation. L’association « Alerte pesticides Haute Gironde » évoque même une police « au service d’un syndicat ». La gendarmerie a en effet signé une convention avec la FNSEA et les JA pour faciliter les échanges, et prioriser les interventions. « Nous travaillons avec tous les agriculteurs, précisent les autorités. Tous ces professionnels peuvent bénéficier de l’ensemble des services de prévention proposés par la gendarmerie ». À commencer par le diagnostic de sûreté. Gratuit pour les agriculteurs, il permet d’identifier les failles de sécurité sur une exploitation agricole. Demandez le correspondant sûreté auprès de la brigade d’intervention la plus proche !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
La tension sur les camions du fait de la cessation d'activité des transporteurs, faute de rentabilité, ou du droit de retrait des chauffeurs, est l'une des principales craintes de la filière. © J.-C. Gutner
Coronavirus : la logistique, maillon fragile de la filière céréalière
Jusqu’ici, la filière céréalière tient bon, mais des craintes émergent sur la pérennité des transports par camion et par train.
La CNDSF craint des pressions pour imposer les semences certifiées en HVE. © Cap Semences
La CNDSF refuse le "tout semences certifiées" dans les filières de qualité
Pour les défenseur de la semence de ferme, les filières de qualité et la certification environnementale ne doivent pas imposer la…
Quel impact du gel printanier sur les colzas et céréales ?
Après un hiver humide avec des températures printanières, le printemps commence avec un vent d’est hivernal. Les cultures sont à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures