Aller au contenu principal

Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive

En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les craintes d’une altération de la qualité des récoltes sont – pour l’instant – prématurées. Les volumes devraient être supérieurs à la moyenne.

A ce stade, seules les cultures versées se voient pénalisées par les pluies.
© @bdrt.drone

Les cumuls de pluies pour le mois de juin ont nettement dépassé les normales de saison et le beau temps se fait attendre. Alors que les moissons commencent par endroits, cette pluviométrie va-t-elle affecter la récolte à venir ?

La pluie fait brunir les parcelles de colzas, mais sans que cela ait d’incidence sur le potentiel. « Le plus souvent, ces symptômes sont à mettre sur le compte de moisissures ou pourritures dues à des champignons saprophytes », explique Jean Lieven, ingénieur régional Île-de-France Normandie chez Terres Inovia qui rassure : « la pluie a permis de bien remplir les graines, la maturation des plantes est bien avancée et l’incidence des maladies tardives devrait rester faible. »

L’agronome rappelle que les variétés courantes ne sont pas sensibles à l’égrainage, sauf épisode de grêle. « Malgré l’attente, il faudra surtout s’assurer de la bonne maturité du colza avant d’envisager les récoltes. » Histoire d’éviter de perdre quelques quintaux précieux et bien rémunérés.

Pour les céréales, dont le potentiel est élevé, si des inquiétudes apparaissent concernant la qualité de la future récolte, les conditions de culture restent très bonnes, supérieures de 4 points à la récolte 2020. Du côté des rendements, Arvalis projette une moyenne nationale à 74 q/ha, ce qui conduirait à une production d'environ 37 millions de tonnes (Mt).

Concernant la qualité, vu les niveaux d’humidité, c’est surtout la qualité des parcelles versées qui est susceptible de se dégrader, mais les surfaces concernées restent localisées et limitées.

Quant à toutes les parcelles de blé tendre sur pied, le risque de dégradation du PS ou du temps de chute de Hagberg est pour l’instant limité, en particulier au nord de la Loire où les grains, encore laiteux, ne sont pas arrivés à maturité.

Dans ce contexte, l’arrivée d’un temps chaud et sec généralisé pour la semaine prochaine est une bonne nouvelle et semble se confirmer. « La tendance devient plus optimiste à partir du week-end suivant (17-18 juillet) avec l’espoir de voir revenir s’installer l’anticyclone avec un temps enfin plus estival », note par exemple Cyril Duchesne, météorologue à La Chaîne Météo.

Avec une telle météo, voilà dix ans (2011) que la moisson n’aura pas commencé aussi tard dans bien des régions. Et plus la récolte est retardée, plus le risque de dégradation de l’indice de temps de chute de Hagberg est élevé.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Chaque culture peut être assurée avec une franchise qui lui est propre, et le déclenchement se fait à la culture en cas de sinistre.
Assurance récolte: comprendre la réforme qui s'applique en 2023
Le nouveau dispositif qui articule solidarité nationale et assurance récolte privée entre en vigueur. Objectif : convaincre un…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Dans le nouveau référentiel HVE, le durcissement du barème de points de l'item "bilan azoté" et la vulnérabilité aux impacts de la météo renforcent le risque de ne pas obtenir les points nécessaires pour le volet fertilisation.
HVE : qu’est-ce que change le nouveau référentiel ?
Le nouveau référentiel HVE est plus exigeant mais diversifie les possibilités d’obtenir les points nécessaires à la certification…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures