Aller au contenu principal

Vers un « no birds land » dans nos campagnes

L’évolution des oiseaux est alarmante dans les milieux agricoles selon deux études du MNHN et du CNRS(1).

L'alouette des champs disparaît de nos plaines céréalières.
© W. Kruck/Fotolia

Le muséum naturelle d'Histoire naturelle coordonne un suivi au niveau national avec le concours d’ornithologues amateurs(2) sur différents habitats, dont le milieu rural. Les populations y diminuent depuis les années 90 et, pour certaines espèces spécialistes de ces milieux comme l’alouette des champs, un individu sur trois a disparu en quinze ans. Le CNRS de Chizé a quant à lui mené une étude sur une zone plus restreinte de plaine céréalière dans les Deux-Sèvres(3) depuis 1995. En 23 ans, toutes les espèces d’oiseaux de plaine ont vu leurs populations fondre comme l’alouette des champs (baisse de 35 %) ou les perdrix avec huit individus disparus sur dix.

Le CNRS précise que ce déclin en milieu agricole concerne toutes les espèces, y compris celles dites généralistes alors que ces dernières ne décroissent pas à l’échelon national selon l’étude du MNHN. Le CNRS en conclut que la diminution est propre au milieu agricole et à l’intensification des pratiques depuis vingt-cinq ans. Il pointe du doigt la fin des jachères depuis 2008-2009, la reprise d’une surfertilisation et la généralisation des insecticides néonicotinoïdes.

(1) Muséum national d’histoire naturelle et Centre national de recherche scientifique.(2) Programme Stoc (Suivi temporel des oiseaux communs).(3) Zone atelier Plaine et Val de Sèvre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Qu’ont fait les grandes cultures pour vous, aujourd’hui ?
Alimentation de base, carburant, et désormais gel hydroalcoolique : la crise est venue rappeler comment les grandes cultures…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures