Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Semences
Velléités d’ouverture au sein du Gnis

L’interprofession des semences devrait s’élargir à de nouvelles organisations professionnelles et communique vers la société civile. C’est une des conséquences des Etats généraux de l’alimentation.

La filière semences a dégagé un chiffre d'affaires de plus de 3 milliards d'euros en France.
© N. Ouvrard

Après sa remise au ministère de l’agriculture et le débat public à l’occasion des Etats généraux de l’alimentation, le « Plan de filière semences et plants » se traduit par la création d’un comité des enjeux sociétaux au sein du Gnis, Groupement national interprofessionnel des semences et plants. « Ce comité a pour but d’éclairer le débat sur l’utilisation des semences et sur ce qui est fait dans nos entreprises semencières, pour répondre aux attentes de la société civile et des associations de consommateurs, a expliqué François Desprez, président du Gnis, en conférence de presse à Paris le 10 janvier. Le président de ce comité est connu mais nous n’en dévoilerons le nom qu’une fois ce comité concrètement constitué. Il comportera douze personnes et devrait être opérationnel d’ici quelques mois. »

François Desprez a fait connaître une évolution en 2019 sur la gouvernance du Gnis. « Notre conseil d’administration va étudier les demandes émanant de nouvelles organisations professionnelles de la semence à intégrer notre interprofession », a-t-il précisé. Le secteur des semences de fermes est concerné. Le Staff, syndicat des trieurs à façon de France, aurait exprimé publiquement son désir d’intégrer le Gnis, de même que l’organisation « France grandes cultures » (ex OPG) de la Coordination rurale. L’ouverture du Gnis pourrait aller aussi jusqu’au monde de la grande distribution et celui du jardinage.

En dépit d’un débat âpre sur la remise en cause d’une partie de la recherche semencière avec les NBT (1), la filière semences se porte toujours bien en France, en témoigne sa balance commerciale de 947 millions d’euros lors du dernier exercice et d’un chiffre d’affaires de plus de 3 milliards d’euros.

(1) New breeding techniques

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Les céréales n'aiment pas beaucoup les excès d'eau, en particulier les orges. © C. Baudart
En grandes cultures, les excès de pluies hivernales bousculent les assolements
Les niveaux de pluviométrie de l’hiver, largement supérieurs à la normale, modifient la physionomie de la plaine : semis de blé…
Les filières betteravière et céréalière ont accru leur production d'alcool et distribuent du gel hydroalcoolique au personnel soignant. © G. Omnès
[Covid-19] Les grandes cultures lancées dans la bataille
La filière céréalière s’implique fortement dans la lutte contre le coronavirus, au travers notamment de la production de gel…
Le broyage des bords de chemin est à éviter durant le printemps et l'été pour préserver sa faune et sa flore. © Hommes et Territoires
Grandes cultures : faire de ses bords de chemin des refuges à auxiliaires sans les adventices
Un bon entretien de ses bords de chemin permet d’éviter les propagations d’adventices tout en favorisant la biodiversité utile…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures