Aller au contenu principal

Génoplante
Une structure partagée entre public et privé


Génoplante, programme d´analyse des gènes de plantes cultivées, comprend une centaine de projets auxquels participent près de quatre-cents personnes (ingénieurs et chercheurs). Un groupement d´intérêt scientifique (GIS) encadre ce programme. Il est structuré en trois niveaux.
Le comité stratégique décide des orientations du programme et approuve les projets. Le directoire opérationnel est chargé de mettre en application les décisions prises et dix comités thématiques sont chargés d´encadrer les cinq projets Génoplante Générique et les cinq projets Génoplante Espèces. Chaque comité thématique est animé par un scientifique issu des organismes publics et un scientifique issu des entreprises privées.

37 % de financement d´organismes privés
Le financement se répartit entre les différents partenaires avec respectivement 41 % pour les organismes de recherche publique, 22 % pour les ministères de l´Agriculture et de la Recherche et le reste pour les organismes privés.
Les perspectives sur la poursuite du programme sont en cours de définition. Les acteurs impliqués seront sans doute différents. Bayer CropScience et Bioplante souhaitent restreindre, voire arrêter leurs investissements dans Génoplante. « Notre société est impliquée dans différents programmes au niveau international. Désormais, nous souhaitons nous engager sur des projets nous concernant et non plus participer à l´ensemble du programme Génoplante », déclare Michiel Van Lookeren de la société Bayer.

Pour Bruno Desprez de la société semencière Florimond-Desprez « l´investissement de Bioplante s´achèvera en 2005. Les débouchés de la génomique sont encore trop restreints et nous ne pouvons engager de moyens financiers trop importants ». « L´identité du programme ne devrait pas changer mais l´organisation le sera sans doute si nous diversifions nos partenaires privés, en particulier vers des firmes impliquées dans les domaines de l´agroalimentaire ou de la chimie », explique Georges Pelletier, directeur de recherche Inra et président du directoire opérationnel de Génoplante.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour
Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures