Aller au contenu principal

Précision
Une rampe toujours à la hauteur

Les automatismes de régulation de la hauteur de rampe favorisent le confort de travail et la qualité d’application dans les parcelles vallonnées.

La progression des largeurs de rampe des pulvérisateurs implique une contrainte croissante dans le suivi de la hauteur de celle-ci durant les traitements. Dans les parcelles au relief irrégulier, on en vient sans cesse à jouer du correcteur de dévers et de la géométrie variable pour conserver une hauteur acceptable et assurer l’efficacité des buses.

Cette attention portée sur la rampe se fait bien souvent au détriment du débit de chantier et de la gestion de la pulvérisation.Dans ces conditions, un dispositif de régulation automatique de la hauteur de rampe peut se justifier. Celui-ci assure en effet, selon les fournisseurs, le pilotage du relevage, de la correction de dévers et même de la géométrie variable, en fonction d’une mesure en continue de la hauteur de rampe. Cette dernière est réalisée par l’intermédiaire de capteurs ultrasons installés sur la rampe qui détectent la distance les séparant du sol ou de la végétation. Ce principe de fonctionnement est repris par les cinq fournisseurs du marché : le Français Agrotronix, l’Allemand Mueller, le Canadien Norac et les américains Raven et John Deere.

DEUX À CINQ CAPTEURS ULTRASONS

Ce dernier est le seul constructeur de pulvérisateur à disposer de son propre système, les quatre autres étant des spécialistes de l’électronique qui adaptent leur système sur tout type d’appareils et qui collaborent avec certaines marques. Quelques points techniques différencient ces dispositifs. Concernant les capteurs de hauteur, dans tous les cas, chaque demi-rampe en reçoit un. Pour les terrains très accidentés avec des rampes larges, certains proposent en option un deuxième capteur par demi-rampe. Particularité des systèmes Norac et Raven : ils intègrent un troisième capteur sur le cadre central. Selon les systèmes, d’autres capteurs détectent la position du cadre central, facilitant l’analyse du comportement de la suspension de rampe. Dans les commandes hydrauliques, Norac se démarque également en installant son propre bloc de valves électroproportionnelles. Quant à Raven, il propose un dispositif alimentant avec une pression variable les vérins de la géométrie variable, qui fonctionne à l’image d’une suspension hydraulique.

LA PROGRAMMATION FAIT LA DIFFÉRENCE

Les fonctions de pilotage sont généralement simplifiées.On note la présence de deux modes de détection (sol ou végétation) chez Norac et John Deere, ou encore le relevage automatique de la rampe couplé à l’arrêt de la pulvérisation en bout de champ chez Agrotronix, John Deere… Reste que l’efficacité de ces dispositifs est directement dépendante de la qualité de programmation et de calibrage. « Les paramètres de réglage sont spécifiques à chaque appareil. Et l’automatisme doit pouvoir s’adapter au comportement de la rampe », souligne Bertrand Plessis de chez Norac.

Autre mise en garde du spécialiste, « une suspension de rampe adaptée à la topographie du terrain est le préalable à tout bon fonctionnement de l’automatisme. La régulation n’est pas là pour corriger un défaut de fonctionnement de la suspension, mais bien pour compléter son travail ». Prudence donc avant d’investir dans cet équipement relativement coûteux: 3000 à 9 000 euros selon les fonctions et les constructeurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures