Aller au contenu principal
Font Size

Une prime à la casse sur les vieux pulvérisateurs qui ne fait pas l'unanimité

Dans son rapport publié mi-avril, la mission d'information sur les phytos a proposé une prime qui permettrait d'éliminer les vieux pulvé... Une idée qui ne met pas tout le monde d'accord.

© C.Gloria

« Instaurer une prime à la casse pour le remplacement du matériel de pulvérisation des produits phytopharmaceutiques ayant 25 ans d’âge. » Cette proposition a été particulièrement mise en avant par Gérard Menuet, un des députés rapporteurs de la mission d'information commune sur l'utilisation des produits phytosanitaires. Elle repose sur « un constat unanime de l’obsolescence » de ce type de matériel agricole et une analyse de Dominique Potier, député, qui juge que la moyenne d’âge du matériel utilisé se situe entre 20 et 25 ans. La réalité est probablement plus nuancée. « La moyenne d’âge se situe aux alentours de 14 ans selon notre base de données qui repose sur près de 170 000 pulvérisateurs(1) », estime Vincent Polvêche, directeur du GIP Pulvé qui est chargé de coordonner le contrôle technique des pulvérisateurs. Pour le spécialiste, l'intérêt de la mesure est à prouver. « Ce n’est pas l’âge du pulvérisateur qui fait le risque, précise-t-il. Lors des contrôles, nous avons pu noter du matériel 'ancien' très bien entretenu et opérationnel et du matériel récent qui nécessitait des contre-visites parce qu’il comportait des défauts majeurs à réparer. Nous contrôlons 25 000 pulvérisateurs par an. Plutôt qu’une prime à la casse, il vaudrait mieux instituer un accompagnement des agriculteurs à l’utilisation et au réglage des différents éléments du pulvérisateur au travers de formations. C’est comme cela que l’on résoudra le plus de problèmes car la majeure partie des accidents de pulvérisation sont dus à de mauvais comportements. »

Un montant de la prime trop faible

Du côté d’Axema, union des industriels de l’agroéquipement, la prime à la casse n’apparaît pas satisfaisante non plus. Mais pour d’autres raisons. « Le montant de 50 millions d’euros par an pendant cinq ans avancé par les députés pour cette prime nous paraît insuffisant au regard du besoin, communique l'organisation. Pour Axema, il faut renouveler la moitié du parc de pulvérisateurs d’une valeur totale estimée à 7 milliards d’euros. » D’autre part, le critère d’âge apparaît trop restrictif aux yeux du syndicat qui travaille sur une classification des machines en fonction de leurs performances environnementales. À suivre.

(1) Sur un total de 240 000 pulvérisateurs environ existant en France
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte 2020 : le spectre de 2016 plane au-dessus des blés français
Surfaces de céréales d’hiver très basses, nombre d’épis réduit par l’excès de pluies automnales puis par la sécheresse…
Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
La gestion de l'interculture va devenir encore plus cruciale en cas d'interdiction du glyphosate. © J.-C. Gutner
Se passer du glyphosate en interculture, des solutions... et des questions
Le glyphosate sert principalement à gérer les vivaces et les graminées, et à détruire les couverts. Sa fin programmée amène à…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures