Aller au contenu principal

Une prime à la casse sur les vieux pulvérisateurs qui ne fait pas l'unanimité

Dans son rapport publié mi-avril, la mission d'information sur les phytos a proposé une prime qui permettrait d'éliminer les vieux pulvé... Une idée qui ne met pas tout le monde d'accord.

© C.Gloria

« Instaurer une prime à la casse pour le remplacement du matériel de pulvérisation des produits phytopharmaceutiques ayant 25 ans d’âge. » Cette proposition a été particulièrement mise en avant par Gérard Menuet, un des députés rapporteurs de la mission d'information commune sur l'utilisation des produits phytosanitaires. Elle repose sur « un constat unanime de l’obsolescence » de ce type de matériel agricole et une analyse de Dominique Potier, député, qui juge que la moyenne d’âge du matériel utilisé se situe entre 20 et 25 ans. La réalité est probablement plus nuancée. « La moyenne d’âge se situe aux alentours de 14 ans selon notre base de données qui repose sur près de 170 000 pulvérisateurs(1) », estime Vincent Polvêche, directeur du GIP Pulvé qui est chargé de coordonner le contrôle technique des pulvérisateurs. Pour le spécialiste, l'intérêt de la mesure est à prouver. « Ce n’est pas l’âge du pulvérisateur qui fait le risque, précise-t-il. Lors des contrôles, nous avons pu noter du matériel 'ancien' très bien entretenu et opérationnel et du matériel récent qui nécessitait des contre-visites parce qu’il comportait des défauts majeurs à réparer. Nous contrôlons 25 000 pulvérisateurs par an. Plutôt qu’une prime à la casse, il vaudrait mieux instituer un accompagnement des agriculteurs à l’utilisation et au réglage des différents éléments du pulvérisateur au travers de formations. C’est comme cela que l’on résoudra le plus de problèmes car la majeure partie des accidents de pulvérisation sont dus à de mauvais comportements. »

Un montant de la prime trop faible

Du côté d’Axema, union des industriels de l’agroéquipement, la prime à la casse n’apparaît pas satisfaisante non plus. Mais pour d’autres raisons. « Le montant de 50 millions d’euros par an pendant cinq ans avancé par les députés pour cette prime nous paraît insuffisant au regard du besoin, communique l'organisation. Pour Axema, il faut renouveler la moitié du parc de pulvérisateurs d’une valeur totale estimée à 7 milliards d’euros. » D’autre part, le critère d’âge apparaît trop restrictif aux yeux du syndicat qui travaille sur une classification des machines en fonction de leurs performances environnementales. À suivre.

(1) Sur un total de 240 000 pulvérisateurs environ existant en France

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
En créant un groupement d'employeurs, Mickaël et Vanessa Dupeyron, ainsi que Raphaël Descat, ont pu proposer des CDI à leurs salariés.
Gagner plus en travaillant moins : le collectif gagnant de trois agriculteurs
Trois agriculteurs unissent leurs moyens et leur énergie pour développer leur activité. Le groupement d’employeurs qu’ils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures