Aller au contenu principal

Une prime à la casse sur les vieux pulvérisateurs qui ne fait pas l'unanimité

Dans son rapport publié mi-avril, la mission d'information sur les phytos a proposé une prime qui permettrait d'éliminer les vieux pulvé... Une idée qui ne met pas tout le monde d'accord.

© C.Gloria

« Instaurer une prime à la casse pour le remplacement du matériel de pulvérisation des produits phytopharmaceutiques ayant 25 ans d’âge. » Cette proposition a été particulièrement mise en avant par Gérard Menuet, un des députés rapporteurs de la mission d'information commune sur l'utilisation des produits phytosanitaires. Elle repose sur « un constat unanime de l’obsolescence » de ce type de matériel agricole et une analyse de Dominique Potier, député, qui juge que la moyenne d’âge du matériel utilisé se situe entre 20 et 25 ans. La réalité est probablement plus nuancée. « La moyenne d’âge se situe aux alentours de 14 ans selon notre base de données qui repose sur près de 170 000 pulvérisateurs(1) », estime Vincent Polvêche, directeur du GIP Pulvé qui est chargé de coordonner le contrôle technique des pulvérisateurs. Pour le spécialiste, l'intérêt de la mesure est à prouver. « Ce n’est pas l’âge du pulvérisateur qui fait le risque, précise-t-il. Lors des contrôles, nous avons pu noter du matériel 'ancien' très bien entretenu et opérationnel et du matériel récent qui nécessitait des contre-visites parce qu’il comportait des défauts majeurs à réparer. Nous contrôlons 25 000 pulvérisateurs par an. Plutôt qu’une prime à la casse, il vaudrait mieux instituer un accompagnement des agriculteurs à l’utilisation et au réglage des différents éléments du pulvérisateur au travers de formations. C’est comme cela que l’on résoudra le plus de problèmes car la majeure partie des accidents de pulvérisation sont dus à de mauvais comportements. »

Un montant de la prime trop faible

Du côté d’Axema, union des industriels de l’agroéquipement, la prime à la casse n’apparaît pas satisfaisante non plus. Mais pour d’autres raisons. « Le montant de 50 millions d’euros par an pendant cinq ans avancé par les députés pour cette prime nous paraît insuffisant au regard du besoin, communique l'organisation. Pour Axema, il faut renouveler la moitié du parc de pulvérisateurs d’une valeur totale estimée à 7 milliards d’euros. » D’autre part, le critère d’âge apparaît trop restrictif aux yeux du syndicat qui travaille sur une classification des machines en fonction de leurs performances environnementales. À suivre.

(1) Sur un total de 240 000 pulvérisateurs environ existant en France

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Traiter ou ne pas traiter ? Le conseil de préconisation phyto ne peut désormais plus être apporté par les coopératives et négoces qui ont décidé de garder l'activité de vente de produits. © S. Leitenberger
Produits phytosanitaires : ce qui change pour vous avec la séparation vente-conseil
L’entrée en vigueur, depuis le 1er janvier 2021, de la séparation entre la vente et le conseil concernant les produits…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures