Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Une prime à la casse sur les vieux pulvérisateurs qui ne fait pas l'unanimité

Dans son rapport publié mi-avril, la mission d'information sur les phytos a proposé une prime qui permettrait d'éliminer les vieux pulvé... Une idée qui ne met pas tout le monde d'accord.

© C.Gloria

« Instaurer une prime à la casse pour le remplacement du matériel de pulvérisation des produits phytopharmaceutiques ayant 25 ans d’âge. » Cette proposition a été particulièrement mise en avant par Gérard Menuet, un des députés rapporteurs de la mission d'information commune sur l'utilisation des produits phytosanitaires. Elle repose sur « un constat unanime de l’obsolescence » de ce type de matériel agricole et une analyse de Dominique Potier, député, qui juge que la moyenne d’âge du matériel utilisé se situe entre 20 et 25 ans. La réalité est probablement plus nuancée. « La moyenne d’âge se situe aux alentours de 14 ans selon notre base de données qui repose sur près de 170 000 pulvérisateurs(1) », estime Vincent Polvêche, directeur du GIP Pulvé qui est chargé de coordonner le contrôle technique des pulvérisateurs. Pour le spécialiste, l'intérêt de la mesure est à prouver. « Ce n’est pas l’âge du pulvérisateur qui fait le risque, précise-t-il. Lors des contrôles, nous avons pu noter du matériel 'ancien' très bien entretenu et opérationnel et du matériel récent qui nécessitait des contre-visites parce qu’il comportait des défauts majeurs à réparer. Nous contrôlons 25 000 pulvérisateurs par an. Plutôt qu’une prime à la casse, il vaudrait mieux instituer un accompagnement des agriculteurs à l’utilisation et au réglage des différents éléments du pulvérisateur au travers de formations. C’est comme cela que l’on résoudra le plus de problèmes car la majeure partie des accidents de pulvérisation sont dus à de mauvais comportements. »

Un montant de la prime trop faible

Du côté d’Axema, union des industriels de l’agroéquipement, la prime à la casse n’apparaît pas satisfaisante non plus. Mais pour d’autres raisons. « Le montant de 50 millions d’euros par an pendant cinq ans avancé par les députés pour cette prime nous paraît insuffisant au regard du besoin, communique l'organisation. Pour Axema, il faut renouveler la moitié du parc de pulvérisateurs d’une valeur totale estimée à 7 milliards d’euros. » D’autre part, le critère d’âge apparaît trop restrictif aux yeux du syndicat qui travaille sur une classification des machines en fonction de leurs performances environnementales. À suivre.

(1) Sur un total de 240 000 pulvérisateurs environ existant en France
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Le sytème de lavage de main embarqué S-Clean
[Covid-19] : S-Clean, un système de lavage de main embarqué sur tracteur
Le système doté d’un réservoir de 3 litres est équipé d’un porte-savon liquide et de deux vannes permettant 5 à 10 lavages de…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?
Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés…
Covid-19/grandes cultures : les bons gestes pour vous protéger !
Les recommandations pour lutter contre le coronavirus dans les travaux du quotidien en grandes cultures, entre lavage de mains,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures