Aller au contenu principal

Une plante sur mille est invasive sur les milliers d’espèces introduites

Datura, xanthium, ambroisie… ces adventices de nos cultures ont comme point commun d’être exotiques et invasives. Elles ont été introduites accidentellement au gré des échanges commerciaux dans le monde. Ainsi, l’ambroisie à feuilles d’armoise serait arrivée en 1860 avec des semences de trèfles. Le datura est utilisé comme plante ornementale et elle vient d’Amérique.
« Mais sur les milliers de plantes exotiques qui ont été introduites en Europe, seules 1 % des espèces sont arrivées à se maintenir et 0,1 % sont devenues invasives, précise Guillaume Fried, du laboratoire de la santé des végétaux à l’Anses. Deux tiers des introductions sont intentionnelles notamment en tant que plantes ornementales (40 %) et aussi pour l’agriculture (6 % : pomme de terre, maïs…). Dans le tiers restant d’introductions involontaires, 9 % des espèces sont arrivées en contaminant des lots de semences importées. »

Capacité à se propager loin du pied mère

Une plante devient invasive quand elle arrive à se répandre rapidement et qu’elle forme des peuplements assez denses pour avoir un impact sur l’environnement (cas de la jussie dans les cours d’eau), sur la santé des gens (ambroisie provoquant des allergies…) et/ou sur l’agriculture (adventices).
L’impact économique n’est pas négligeable puisqu’il a été évalué à 12 milliards d’euros par an sur l’Union européenne. L’arrachage de la jussie sur les milieux aquatiques coûte à elle seule 360 000 euros par an pour la région Pays de la Loire. Et l’ambroisie qui fait tant parler d’elle touche 6 à 12 % de la population en Rhône-Alpes.
Les remboursements annuels de médicaments pour soigner les allergies provoquées coûtent 14 millions d’euros pour cette région. La gestion des organismes exotiques envahissants au sens large nécessite un arsenal législatif qui se fait encore attendre aux niveaux européen et national — l’ambroisie est gérée par arrêtés préfectoraux — et des moyens financiers à la hauteur des enjeux.


Guillaume Fried a consacré un ouvrage aux plantes invasives :

Guide des plantes invasives, aux éditions Belin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures