Aller au contenu principal

Cahiers des charges, traçabilité
Une marque collective Epipainr, fleuron de la région Poitou-Charentes

La filière céréalière de Poitou-Charentes a lancé une marque collective. Elle veut se doter d´une figure de proue pour renforcer la notoriété de ses blés meuniers.


Véhiculer et valoriser l´image positive du blé régional. Voilà en résumé le but d´Epipainr », explique Michel Grenot, agriculteur et président d´une coopérative de Poitou-Charentes. Ici, les organismes stockeurs coopératifs et privés et la Sica portuaire de la Pallice, initiateurs du projet, ont conclu qu´il fallait travailler collectivement avec les maillons de l´aval, meuniers et boulangers. « Lorsque nous les avons sollicités, ces derniers se sont montrés très réceptifs au projet », poursuit-il.
Ainsi, la filière céréalière Picto-Charentaise s´est engagée dans une démarche visant l´obtention d´un signe officiel de Qualité délivré par l´État : le certificat de conformité produit (CCP).
L´idée consiste à asseoir sur cette garantie objective une marque collective qui sera utilisée par tous les maillons de la filière, de l´agriculteur au boulanger. « Epipainr sera la signature de la filière blé meunier régionale. Avec pour objectif de toucher au moins 10 % de la collecte, cette marque constituera notre vitrine sur laquelle pourra s´appuyer une communication positive. Car nous ciblons à la fois le débouché alimentaire régional et l´exportation ».
La marque collective Epipainr

La marque collective Epipainr, signature de l´association régionale « La Dynamique Céréalière ».
C´est une des raisons pour laquelle le blé, la farine et le pain sont certifiés distinctement. « Alors que certaines filières ne certifient que le produit final, nous avons choisi de valoriser les trois métiers en montant un dossier de certification de conformité distinct pour chacun des trois produits », argumente Agnès Buisson de l´Institut régional de la qualité (Irqua) de Poitou-Charentes.
La première grande étape de la démarche de certification remonte à 1999 où les représentants des différents métiers ont travaillé à l´élaboration des trois cahiers des charges, base des référentiels soumis à la CNLC (1). Ces derniers définissent les règles que chaque opérateur adhérent de la démarche s´engage à suivre, depuis la production du blé à la fabrication du pain selon des méthodes traditionnelles.
Seconde étape, la création de l´association « La Dynamique Céréalière » pendant la campagne 1999-2000 a marqué la phase de lancement. Ce groupement qualité, présidé par Michel Grenot, est la structure de concertation qui assure la coordination et le suivi des 14 organismes stockeurs, 5 meuniers, 17 boulangers et les structures exportatrices, impliqués dans l´opération. Il est propriétaire de la marque Epipainr.
La première campagne de production Epipainr a démarré en 2000-2001 sur 1000 hectares avec une centaine d´agriculteurs.
« Toute démarche qualité implique un volet traçabilité »
« Les agriculteurs se sont engagés avec leurs organismes stockeurs (OS) dans le cadre d´une adaptation des contrats qui existaient déjà. Nous avons simplement veillé à ce que les cahiers des charges correspondent aux exigences des référentiels agréés dans le cadre de la certification ». Les contreparties financières sont pour l´instant propres à chaque OS sur la base de paiements à la qualité.
« Sur le volet traçabilité, nous avons démarré avec un système documentaire souple basé sur des fiches parcellaires « papier » de sorte de ne pas imposer un système informatique. Ceux qui disposent d´un système informatique d´enregistrement à la parcelle peuvent fournir leurs propres documents dès lors que les données sont complètes, poursuit Agnès Buisson.
Quel que soit le mode d´enregistrement chez l´agriculteur, les informations sont centralisées de façon homogène, d´abord par les Organismes stockeurs, puis à l´échelon de l´Irqua, qui assure la maîtrise d´oeuvre pendant la phase de lancement. « Le groupe de travail a choisi un logiciel qui permette de géo-référencer les informations parce que nous voulions une traçabilité cartographiée. Chaque parcelle peut être reliée aux interventions culturales enregistrées. Outre l´intérêt pour les agriculteurs de disposer de données géo-référencées, c´est également un atout majeur dans notre démarche d´image régionale. Car il est possible de montrer à un acheteur où sont situées les parcelles constitutives d´un lot ».

Le même pragmatisme prévaut pour les autres échelons de la filière. Les boulangers, en particulier, enregistrent aussi leurs pratiques à différentes étapes de leurs fabrications, « démarche souvent très nouvelle pour eux, témoigne Agnès Buisson.
Pendant cette campagne de lancement, les collecteurs et les meuniers impliqués se sont organisés au sein du groupement qualité pour la répartition des volumes Epipainr. En pleine construction, la démarche va sans nul doute connaître un fort développement. Il faudra alors débattre pour formaliser la répartition des surcoûts administratifs et la remontée de la valeur ajoutée en amont.
Pour l´heure, la première partie du chemin est faite. Les membres de la filière sont réunis autour de la table, tous acteurs d´un projet commun.

(1) Commission nationale des labels et des certifications de produits agricoles et alimentaires.

Blé certifié conforme : 4 variétés stockées séparément
Points essentiels du cahier des charges des agriculteurs :
Liste positive de quatre variétés déterminée chaque année dans le but de réaliser en bout de chaîne un mélange meunier régulier et homogène. Semences certifiées obligatoires.
Stockage en variété pure, sans traitement et pas plus de six mois à la ferme.
Toutes les interventions de l´itinéraire technique doivent être justifiées et enregistrées par parcelle : pratiques raisonnées (charte Irtac-Itcf) et traçabilité.
Raisonnement de la fertilisation azotée à partir de la méthode des bilans et d´une méthode complémentaire pour mieux gérer le fractionnement.
Exclusion de certains fertilisants sur la base d´une liste négative qui inclut notamment les boues de station d´épuration.
Suivi technique (technicien OS) comportant au minimum trois visites par parcelle.
A l´heure du marketing Blé, farine et pain unis sous une bannière collective
Le logotype de la marque Epipain, détenue par « La Dynamique Céréalière », réunit les trois produits de la filière, le grain, la farine et le pain.
En lui-même, le nom « Epipainr » veut mettre en avant la démarche de filière. « De la culture du blé à la fabrication du pain, tous les intervenants s´efforcent d´offrir aux utilisateurs ou aux acheteurs des produits de qualité ».
Soleil, champ de blé, paneton de farine et pain forment un visuel traditionnel dans une connotation moderne procurée par les couleurs vives. Le bleu rappelle le terroir régional, ouvert sur l´océan atlantique et l´export.
En savoir plus
Créé à l´initiative du Conseil Régional Poitou-Charentes, l´Institut régional de la qualité agroalimentaire a pour mission l´information et la formation sur les démarches qualité, la rédaction de cahier des charges, le soutien à la mise en ouvre de projets, et l´accompagnement à la promotion des démarches qualité.
Irqua-6, rue gaspard Monge, SAE Chalembert, 86 130 Jaunay Clon.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures