Aller au contenu principal

Une filière houblon en construction dans le Sud-Ouest

Fanny Madrid et Lucie Le Bouteiller, ingénieures agronomes fraîchement sorties d’école, se sont lancé un défi : implanter une filière de production locale de houblon dans le Sud-Ouest.

Seules les fleurs femelles, dites cônes, sont récoltées et séchées au moment de la récolte en septembre.
© HOPEN

La startup, Hopen - Terre de Houblon, a démarré il y a deux ans dans le cadre de leurs études et a récemment remporté, lors du dernier Salon de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, le premier prix d’innovation agricole : Agrinove 2018. L’objectif ? Répondre à la demande locale des brasseurs artisanaux. « Aujourd’hui les brasseries artisanales n’ont pas accès au houblon français produit en Alsace, explique Fanny Madrid. Ces producteurs vendent principalement aux industriels. Car les brasseurs artisanaux sont trop petits pour établir des contrats. De plus, ils recherchent une autre qualité de houblon, plus aromatique. Résultat, 80 % des brasseurs artisanaux importent des États-Unis, d’Allemagne ou de Nouvelle-Zélande ! » Et le marché progresse : le développement des brasseries artisanales en France explose. D’après Brasseurs de France, le pays compte 1 100 brasseurs, dont la moitié n’existait pas il y a cinq ans.

À la place du tabac ou des prunes

Après sept mois de diagnostic agraire et une étude de marché, un potentiel de production de 150 hectares répartis sur une trentaine d’exploitations est estimé à terme par les deux ingénieures. « Nous développons un modèle de filière où chaque exploitant cultive entre un et trois hectares, souligne Fanny Madrid. L’idée est de positionner la culture comme une solution de diversification pour les producteurs de la région. Pour un investissement entre 80 000 et 100 000 euros, on estime une production de 1 500 kg/ha de fleurs de houblon déshydratées. Vendue aux brasseurs entre 20 et 30 €/kg, la production atteindrait entre 35 000 et 40 000 €/ha de chiffre d’affaires pour l’agriculteur. D’après notre modélisation, la marge brute serait de 14 000 à 16 000 €/ha. » Économiquement, la liane est à l’image de celle du tabac autrefois produit dans la région. Actuellement, les ingénieures sont à la recherche de cinq futurs producteurs pour planter au mois de mars. « Le profil idéal serait un ancien producteur de tabac ou un arboriculteur qui vient d’arrêter la production de prune, car le matériel pourrait être valorisé dans la production de houblon », indique Fanny Madrid. Mais elle n’exclut pas les producteurs de grandes cultures plus classiques. La startup est notamment accompagnée par Brasseurs de France et bénéficie de plusieurs soutiens techniques dont la chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine et le lycée agricole Étienne Restat, à Sainte-Livrade-sur-Lot.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Traiter ou ne pas traiter ? Le conseil de préconisation phyto ne peut désormais plus être apporté par les coopératives et négoces qui ont décidé de garder l'activité de vente de produits. © S. Leitenberger
Produits phytosanitaires : ce qui change pour vous avec la séparation vente-conseil
L’entrée en vigueur, depuis le 1er janvier 2021, de la séparation entre la vente et le conseil concernant les produits…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures