Aller au contenu principal

Réussir Grandes Cultures : le média des céréaliers

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une filière houblon en construction dans le Sud-Ouest

Fanny Madrid et Lucie Le Bouteiller, ingénieures agronomes fraîchement sorties d’école, se sont lancé un défi : implanter une filière de production locale de houblon dans le Sud-Ouest.

Seules les fleurs femelles, dites cônes, sont récoltées et séchées au moment de la récolte en septembre.
© HOPEN

La startup, Hopen - Terre de Houblon, a démarré il y a deux ans dans le cadre de leurs études et a récemment remporté, lors du dernier Salon de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, le premier prix d’innovation agricole : Agrinove 2018. L’objectif ? Répondre à la demande locale des brasseurs artisanaux. « Aujourd’hui les brasseries artisanales n’ont pas accès au houblon français produit en Alsace, explique Fanny Madrid. Ces producteurs vendent principalement aux industriels. Car les brasseurs artisanaux sont trop petits pour établir des contrats. De plus, ils recherchent une autre qualité de houblon, plus aromatique. Résultat, 80 % des brasseurs artisanaux importent des États-Unis, d’Allemagne ou de Nouvelle-Zélande ! » Et le marché progresse : le développement des brasseries artisanales en France explose. D’après Brasseurs de France, le pays compte 1 100 brasseurs, dont la moitié n’existait pas il y a cinq ans.

À la place du tabac ou des prunes

Après sept mois de diagnostic agraire et une étude de marché, un potentiel de production de 150 hectares répartis sur une trentaine d’exploitations est estimé à terme par les deux ingénieures. « Nous développons un modèle de filière où chaque exploitant cultive entre un et trois hectares, souligne Fanny Madrid. L’idée est de positionner la culture comme une solution de diversification pour les producteurs de la région. Pour un investissement entre 80 000 et 100 000 euros, on estime une production de 1 500 kg/ha de fleurs de houblon déshydratées. Vendue aux brasseurs entre 20 et 30 €/kg, la production atteindrait entre 35 000 et 40 000 €/ha de chiffre d’affaires pour l’agriculteur. D’après notre modélisation, la marge brute serait de 14 000 à 16 000 €/ha. » Économiquement, la liane est à l’image de celle du tabac autrefois produit dans la région. Actuellement, les ingénieures sont à la recherche de cinq futurs producteurs pour planter au mois de mars. « Le profil idéal serait un ancien producteur de tabac ou un arboriculteur qui vient d’arrêter la production de prune, car le matériel pourrait être valorisé dans la production de houblon », indique Fanny Madrid. Mais elle n’exclut pas les producteurs de grandes cultures plus classiques. La startup est notamment accompagnée par Brasseurs de France et bénéficie de plusieurs soutiens techniques dont la chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine et le lycée agricole Étienne Restat, à Sainte-Livrade-sur-Lot.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Infestation de vulpin dans un semis très précoce
Semis très précoces en blé  : peser tous les risques
Pour faire face à des impasses agronomiques, le semis très précoce peut séduire. S’il constitue une stratégie d’évitement…
Rodolphe Lormelet, agriculteur à Versainville. "Les jachères mises en place pour favoriser la biodiversité sont bien perçues des chasseurs, des riverains..." © L'agriculteur normand
Environnement/PAC : des jachères SIE pour une biodiversité utile en agriculture
Des jachères dites « mellifères » ont été conçues pour alimenter les insectes pollinisateurs avec des avantages en termes de…
Du fait d'une approche purement quantitative et non qualitative, le système des SIE pousse les agriculteurs à respecter la réglementation a minima. © C. Gloria
Haies, couverts, jachères... : les principales infrastructures reconnues comme surfaces d'intérêt écologique en grandes cultures
La France a opté pour un large choix d’éléments autorisés au titre des surfaces d’intérêt écologique. Ce « catalogue »  inclut…
Avec des blés semés tard et des variétés tolérantes aux maladies, le premier traitement fongicide est souvent retardé au stade "dernière feuille étalée". © L. Vimond
Fongicides céréales : Protéger ses blés des maladies pour moins de 20 euros
Les semis tardifs et le recours à des variétés de blé tolérantes aux maladies autorisent une protection fongicide efficace à…
L'ambroisie se développe fortement dans le Sud-Ouest en plus d'être déjà bien installé dans la vallée du Rhône. © G. Omnès
Désherbage : empêcher datura et ambroisie d'empoisonner le maïs
Dans certaines régions, il faut compter dorénavant sur les infestations de datura et d’ambroisie en cultures d’été. Le maïs…
Après vingt ans de non-labour, François-Xavier Déchamps a opté pour une charrue déchaumeuse pour faire face aux graminées résistantes et à la fin annoncée du glyphosate. © G. Omnès
Charrue déchaumeuse : le bon compromis agronomique grâce au labour à faible profondeur
Efficiente dans la gestion des adventices grâce au retournement du sol, mais tout en conservant la matière organique dans les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures