Aller au contenu principal

Produits phytos et environnement
Une étude du CNRS émet des doutes sur le Roundup

Après des tests réalisés dans l´eau de mer, ceux-ci ont mis en évidence un retard des divisions cellulaires de l´oursin en présence de l´herbicide à base de glyphosate.


Une étude de chercheurs du CNRS(1) à Roscoff, dans le Finistère, a mis en évidence un retard des divisions cellulaires de l´oursin en présence de Roundup. Ce produit herbicide à base de glyphosate a été testé à 0,8 % dans l´eau de mer pour l´expérimentation, ce qui représente un million de fois plus que la concentration de glyphosate qu´il est possible de trouver dans l´eau de mer. C´est ce que souligne la société Monsanto et que ne contestent pas les chercheurs. Sur la base de l´étude, aucun lien ne peut être établi entre les résultats énoncés et les risques cancérigènes.
Monsanto se fait fort de rappeler les nombreuses études réalisées pour juger de l´effet du Roundup sur la santé et l´environnement, notamment pour la réhomologation du produit au niveau européen. Le Roundup est utilisé en agriculture depuis trente ans. Sa toxicité est très faible pour le monde animal sur le plan de la toxicité aiguë et pour la toxicité chronique si l´on prend comme référence la DJA(2). La demi-vie du glyphosate est comprise entre dix et trente jours dans le sol et de l´ordre de trois jours seulement dans l´eau. Dans l´environnement, la molécule subit une biodégradation en des métabolites ne présentant pas de danger avéré.


Et en association avec des surfactants.
Le glyphosate est formulé à travers toute une gamme de produits en association avec des surfactants. Ces derniers ont pour rôle d´activer la pénétration et la circulation de la molécule dans les plantes traitées. Le CNRS souligne que son étude a porté justement sur le glyphosate associé avec ce type de surfactants dans une formulation Roundup.
Le glyphosate seul n´a pas d´effet sur la division cellulaire des oursins. Il semble que la réglementation officielle ne demande pas systématiquement des études sur le glyphosate associé à son surfactant, notamment pour celles concernant la toxicité chronique.


(1) Résultats publiés dans la revue américaine « Chemical research
in toxicology ». Étude de Julie Marc, Robert Bellé et Odile Mulner-Lorillon.
(2) Dose journalière admissible de 0,3 mg/kg/jour.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures