Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Une bonne connaissance des sols aide à mieux les protéger

Les différentes fonctionnalités des sols sont mal connues des collectivités ou des aménageurs, notamment, ce qui n'aide pas à leur préservation.

Joël Moulin est pédologue à la chambre d'agriculture de l'Indre.
© Chambre agriculture Indre

« Il n’y a rien qui protège les sols en France. Sur le plan juridique c’est vide, à part pour certaines situations comme sur les zones humides, qui concernent peu les grandes cultures. » Pédologue à la chambre d’agriculture de l’Indre, Joël Moulin dresse un constat peu positif sur la protection des sols. « Une directive européenne aurait pu au moins établir un statut pour le sol. Mais il est utopique de croire qu’un seul texte de loi pourrait gérer la protection des sols sur un territoire français qui comprend de grandes disparités géo-morphologiques », considère-t-il.

« Les sols se caractérisent par leur multifonctionnalité avec des fonctions écosystémiques : biomasse (productions agricoles), biodiversité, eau, régulation par rapport aux aléas climatiques, culturel avec les paysages…, énumère le pédologue. Si l’on doit mettre en place des mesures de protection, il faut passer par chacune de ces fonctions. »

Le sol n’est pas un milieu à consommer

« Au-delà de textes de loi, la meilleure considération des sols passe par sa bonne connaissance, selon Joël Moulin. Par exemple, sur la question de l’artificialisation des sols où l’on n’est vraiment pas bon en France, un aménageur considère le sol comme un milieu à consommer sans avoir conscience de sa valeur biologique et agronomique. En France, il y a divers exemples emblématiques où des terres à haut potentiel agronomique sont utilisées pour être bâties. En même temps, il y a une prise de conscience des collectivités de la consommation des sols et une demande de leur part pour mieux gérer l’espace. » Des spécialistes des sols travaillent sur un projet appelé Muse afin de donner des indicateurs aux collectivités locales pour qualifier la qualité des sols, et estimer là où les sols rendent le plus de services. Des informations pour échanger de manière fructueuse avec les collectivités.

Pour aller plus loin : lire "Les sols négligés par les sols"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Le sytème de lavage de main embarqué S-Clean
[Covid-19] : S-Clean, un système de lavage de main embarqué sur tracteur
Le système doté d’un réservoir de 3 litres est équipé d’un porte-savon liquide et de deux vannes permettant 5 à 10 lavages de…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Un impact du gel plus important que prévu sur colza
Le vent de Nord-Est qui a soufflé pendant plusieurs jours la semaine dernière a aggravé les effets des températures négatives sur…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?
Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures